Institut National des Arts Divinatoires (INAD)

l’astropsychologie

Petite mise en boite de l'astropsychologie

L’astropsychologie entend pouvoir tracer le portrait d’une personne en se servant du thème natal. Mais l’on sait que l’observateur interfère avec l’objet étudié. Faut-il vraiment de longues années d’étude en astrologie pour devenir un bon astropsychologue capable de tirer du thème toute la substantifique moelle ? Il est probable que l’astrologue apprend surtout sur le tas et que c’est vraiment ainsi qu’il arrive à contenter son client. Tout comme l’on n’apprend pas la cuisine en allant au restaurant , il apparait que l’on n’apprend pas l’astrologie en en consommant à outrance . La consultation astrologique ne serait-elle pas, finalement, une consultation psychologique recourant accessoirement à quelques notions d’astrologie. Est-ce que l’astrologue n’est pas d’abord engagé dans une relation d’aide ?

Il y a déjà une quinzaine d'années, nous avions publié une plaquette intitulée "L'astrologue face à son client. Les ficelles du métier", préfacée par Jean-Paul Sauzéde qui fut traduit en anglais par les soins du critique australien de l'astrologie, Geoffrey Dean et que l'on trouve sur Internet dans les deux langues, les dessins d'illustration assez savoureux étant dus à Larissa Bliman. Un peu d'humour ne fait pas de mal quand on traite de la pratique de l'astrologie et quand on prépare les élèves à cette activité (voir les cours que nous avons dispensés en 1995-1996, à l'INAD (Institut des Arts Divinatoires, voir intervideo de Youcef Sissaoui, sur téléprovidence)

Nous conseillerons au praticien de l'astrologie de commencer par tester le degré de résistance -ce qui équivaut grosso modo au degré de crédulité- de son client du jour mais cela vaut aussi pour l'enseignant ou le conférencier en astrologie par rapport à son public.

La consultation nous fait penser à une partie d’échecs et parfois entre les deux joueurs, il en est un qui est beaucoup plus expérimenté que l’autre et c’est généralement l’astrologue qui en est à son éniéme client et qui sait parfaitement jouer sur la difficulté qu’il y a à répliquer à une proposition nous concernant. L’astrologue expérimenté ne fera qu’une bouchée d’un client novice et n’aura guère de mal , du moins dans l’ immédiat, à avoir le dernier mot.. Il est donc bon que l’astrologue sache dès le départ s’il aura ou non affaire à forte partie. On commencera donc par apprécier la réactivité de l'interlocuteur, des auditeurs pour déterminer ce qui peut "passer" et le degré de précaution qu'il faudra adopter. Autrement dit, il s'agira d'éprouver les défenses de l'autre partie qu'il faut séduire et convaincre du bien fondé de ce que l'on lui adresse. Ces directives ne valent pas seulement d'ailleurs pour l'astrologie, on s'en doute et en cela il est souvent assez vain de vouloir isoler le cas de l'astrologie au niveau de la communication, de l'entretien par rapport à d'autres pratiques. Qu’il soit bien entendu qu'à la fin du compte, ce n'est pas de l'astrologie qu'il s'agit ici mais bien de l'astrologue et de ce qu'il va dire et prédire au nom de l'astrologie, quand bien même prendrait-il la peine de choisir dans le thème ce qui vient sous tendre son propos en laissant de côté ce qui va à son encontre, ce dont le "client" - au sens large de toute personne payant pour un service - est rarement capable ou désireux de se rendre compte. L'astrologue avancera donc quelques réflexions préliminaires pour tâter le terrain et il devrait assez vite se faire une idée du degré de réceptivité du dit client tant le concernant que concernant tel ou tel savoir dont on exposerait quelques principes. Si le client ne "tique" pas, on peut continuer sans trop de crainte de provoquer un rejet, comme dans le cas d'une greffe. Au vrai, le fait de se rendre chez l'astrologue est déjà signe de défenses immunitaires point trop activées et exigeantes. Et si l'on accepte ce que prétend pouvoir faire l'astrologie, on peut aussi bien accepter ce que l'astrologie a à nous dire personnellement.

L'astrologue expérimenté aura vite fait de tester le degré, plus ou moins faible de réactivité d'une part et de repérer dans le thème ce qui correspondra à ce qu'il pense opportun de communiquer à son client. Ce sont là, nous semble-t-il, les deux compétences qui permettront à la consultation de bien se dérouler, selon les règles. Dans les deux cas, le client semble incapable:

1 d'affirmer que l'astrologue aurait pu aussi bien lui dire autre chose et que cela aurait aussi marché

2 d'affirmer que les données du thème mises en avant n'épuisent nullement ce que le dit thème recèle.

Un cas classique est évidemment celui de la conférence d'astrologie, autour du thème de quelqu'un de plus ou moins bien connu . On ne retient du thème que ce qui correspond à ce quel'auditoire croit connaitre,. L'exercice consistera à chercher dans le thème ce qui correspond à ce qu' l'on pense de la personne dont c'est le thème. On est là dans l'apprentissage d'un langage. Tout comme en français, l'on devra choisir les mots qui conviennent pour dire ce que nous voulons signifier, de même le thème apparait comme une sorte de corpus spécifique dont on extraira ce dont on aura besoin. Mais chacun sait que quels que soient la syntaxe ou le lexique d'une lange, on trouve toujours moyen de communiquer. quand on est habile....

Il semblerait qu'instinctivement certaines personnes ne retiennent que ce qui va dans le sens de ce qu'elles veulent démontrer et tendent à minimiser voire à négliger systématiquement tout ce qui irait dans un autre sens. On peut aussi affirmer qu'une telle approche est sélective et ne considère comme actifs que les facteurs correspondant à des développements ultérieurs mais avec un tel raisonnement on ne peut que confirmer l'astrologie!

L’astropsycholohgie a-t-elle pour raison d’être de figer le comportement de la personne – attention, on ne bouge plus comme devant un photographe !: de justifier ses blocages, ses petites habitudes, ses phobies qui en feraient un être à part ? Sommes-nous, en effet, si différents les uns des autres, une fois que l’on a fait la part des conditionnements collectifs (sexe, pays, religion, époque) ?-

A l’intention des futurs astrologues, nous dirons que le véritable enjeu est n’est pas de dire la « vérité » au client – quelle vérité ? – mais de procéder à une sorte de massage – plutôt que de message, de débloquer un peu les articulations et d’amener le client à faire un travail d’assimilation, de réinterprétation de ce que dit l’astrologue, quitte à trahir totalement la pensée de l’astrologue. Que l’astrologue ait donc l’humilité de ne pas prétendre avoir eu accès à la Vérité et avoir « validé » définitivement « son « ‘ astrologie de par une quelconque approbation du client qui est tout simplement une recherche de résonance qui ne va pas plus loin que lorsque quelqu’un aime une musique, choisit un vêtement., change de look. Le changement est un mot clef de l’astrologie non point tant au niveau événementiel mais à celui de la représentation de soi-même. L’astrologue aide plus souvent son client à « changer de peau » qu’à retrouver ce qu’il est. D’ailleurs, fondamentalement, ne sommes-nous pas tous sorti d’un même moule donc en mesure de nous reconnaitre dans tout ce qui est humain ? C’est ainsi que même si l’astrologue fait fausse route, cela peut conduire le client à se repenser, à se regarder autrement.

Jacques Halbronn

Publié

GABRIELLA: un Alzheimer d'enfer!

On connaissait Tara, Isabella et autres voyantes qui sont en fait de simples robots programmés pour envoyer des révélations bidons et des relances quasi-quotidiennes. Dame, c'est qu'à 30 ou 70 euros la voyance spéciale effectuée pour vous seul et quelques milliers d'autres personnes, faut pas laisser filer le gogo, le désespéré, le mal dans sa peau!...

Voici venir Gabriella, une voyante (pardon, un ordinateur) qui pratique le harcèlement électronique. Si vous avez le malheur, je dis bien le malheur, de laisser vos coordonnées sur le site de Gabriella, votre boîte mail sera inondée de courriers vous prédisant miracles et autres évènements extraordinaires.

Cette fois, il s'agit de vous faire croire que l'esprit de Marie-Antoinette vous adressait un message, à Vous Chère Victime, et aux 25000 autres personnes à qui le mail est adressé. Bon, moi je me suis toujours méfié des esprits de personnages qui ont perdu la tête. Le manque de sang du cerveau ça fait toujours délirer. C'est ce que me confiait l'autre jour le cavalier sans tête… L'esprit de Marie-Antoinette s'est mis à l'ère moderne et a déposé un message sur l'ordinateur de Gabriella. Comment ça c'est pas possible? Je vous rappelle que Gabriella est un robot, un esprit informatique. Il lui est donc facile de discuter avec les esprits en divagation. Parce qu'il faut savoir que notre très très chère Gabriella a rencontré l'esprit de Marie-Antoinette en se promenant dans le parc du petit Trianon. Vous ne trouvez pas ça bizarre, vous, de rencontrer l'esprit de Marie-Antoinette au petit Trianon… quand on est installé en Angleterre? Et oui, figurez-vous qu'en allant jeter un coup d'œil sur les conditions générales de vente, vous apprendre que Gabriella est en fait un site internet édité par la société HDM Productions, domicilié à ...London. Sur ces mêmes conditions générales de vente, vous apprendrez que ladite société a tous les droits et le consommateur aucun, puisque HDM productions se place sous la juridiction britannique. Avis aux clients potentiels, l'arnaque est pratiquement inattaquable car les poursuites sont très difficiles à mettre en œuvre.

Donc, voici le fameux message: "Nathalie, pourquoi votre cœur est-il si dur. Vous êtes la seule personne à pouvoir me sauver. Écoutez ma prière et répondez-moi car je désire vous révéler mon vénérable trésor mystique qui peut faire votre fortune et votre bonheur... "

Ben voyons! La Toinette a vu son mari se faire raccourcir par des prolos avant d'y passer elle aussi et 200 ans et quelques années plus tard elle viendrait offrir un "trésor" aux descendants de ses bourreaux. Soit la Marie n'est guère rancunière, soit elle nous fait un Alzheimer d'enfer!

Retrouvons notre sérieux: il s'agit une fois de plus d'une arnaque qui vous délestera de votre précieux argent sans vous apporter la moindre aide. A fuir donc, comme tout ce qui vient à la pêche aux clients sur internet. Préférez de loin le local et le bouche à oreilles. C'est moins risqué.

Bertrand Cailac

Publié

18 mois de prison ferme

Pronostiquez, voyante* !

C’est un drame qui a été passé en revue et qui a pris la combinaison comique en avançant vers le dénouement de ce dossier de charlatanisme, d’escroquerie, de voyance et autres djinn. Naïma F., la trentaine, fille-mère d’un bébé né de père inconnu comparaît à koléa avec de lourdes charges. Evidemment elle n’a pas forcé la porte de la mère de famille subjuguée par le mot voyante ! On lui a ouvert la porte, offert du lait, un portable, un collier en or, de la poudre de lait sans que personne ne force la victime absente à la barre. Naïma n’a eu qu’une seule parade : «J’étais dans mon landau lorsqu’une fée maléfique m’avait foudroyée c’est pour cela que je me suis présentée comme ‘’mrabtiya’’».

Elle n’a pas versé une seule larme mais les rires dans la salle il y en a eu ! Elle tape à la porte et demande après Nadia. La coiffeuse s’excuse :

«Je suis Malika, coiffeuse !» répond la future victime d’escroquerie à Naïma originaire de Mosta et ayant pour vocation de lire l’avenir des autres, moyennant vol d'objets et autres tours de passe-passe à la va-vite.

Malika, la coiffeuse, explique à la PJ que cette même bout de femme, de un mètre cinquante, d’un poids de moins de quarante kg, avait d’abord un verre d’eau. «Et juste après, elle m’a demandé du lait, du café, je n’en avais pas. Je lui ai proposé du lait en poudre.

Et c’est alors qu’elle a tendu un sachet dont j’ignorais l’usage et la destination», dit-elle avant que le juge ne revient vers le PV et lise la suite qui a fait qu’elle ouvrit le sac et prit les huit mille dinars,avant de "m'enlever le collier qu’elle avait pris soin de fourrer dans un sachet, elle prit un autre sachet et le remplit de lait en poudre, juste après qu’elle m’ait demandé de lui remettre le portable,mon foulard avant de me recommander de n’ouvrir le sachet qu’après son départ de chez moi. Une fois sortie, je m’étais aperçue de la supercherie et je l’ai suivie jusqu’au niveau du commissariat."

«Six années de prison ferme», lâche timidement le procureur qui éclata de rire au moment où Hadj Rabah Barik, ce juge immunisé contre ces pratiques obscures depuis qu’il entreprit avec succès le hadj, avait défié la détenue de dire haut et fort, ici, maintenant le verdict avant même la mise en examen de l’affaire :«Je vous donne ma parole d’honneur de magistrat assermenté de vous accorder la liberté toute la liberté, si vous me pronostiquez le verdict», avait ajouté le président qui vit avec plaisir que Naïma était incapable de livrer le moindre pronostic.

Et donc, c’est sans surprise qu’il revint au délibéré avec un rude verdict : «Dix-huit mois de prison ferme pour Naïma, coupable d’escroquerie, de charlatanisme». Y. S.

  • Avec l'aimable autorisation du journal : Le Temps d'Algérie- Edité par EURL GROUP MEDIA TEMPS NOUVEAUX-Alger.
Publié

Les astrologues et les voyants

Les astrologues et les voyants, deux mondes socialement différents

Nous avons depuis longtemps constaté qu’un groupe ne se définissait pas tant par la nature de son « objet » affiché que par celle de ses membres ou du moins de la grande majorité d’entre eux. Parfois, de fait, certaines personnes s’égarent au sein d’un groupe qui ne  leur correspond pas socialement. Parfois, des groupes ayant des similitudes quant à leur objet diffèrent singulièrement de par leur socle sociologique. Notons que certaines divergences au sein d’un même groupe sont secondaires au regard de ce qui lie ses membres par ailleurs, à un niveau plus  fondamental.(sexe, race, religion, région, culture etc)

C’est ainsi que le monde des astrologues diffère de celui des voyants, en dépit de certaines convergences des pratiques.

 D’un côté, nous avons des gens qui recourent à des savoirs leur permettant de décoder – du moins c’est ce qui est supposé – les signes dont leurs clients sont les porteurs, les véhicules. (Astrologie, Tarot,  Numérologie, Yi King etc). Ces praticiens ne sont pas censés posséder des qualités particulières, ils ne vont pas à la source, ils se situent en quelque sorte en aval, quand les signes sont déjà manifestes/manifestés, présentés en quelque sorte sur un plateau.

De l’autre, nous avons une toute autre population qui se situe plus en amont et qui va chercher les informations à la source grâce à la médiumnité de ses membres. Ce qu’exprimeront ces praticiens d’un autre type (voyance, spiritisme), ce sont des choses qu’ils captent grâce à leur sensibilité.

Nous avons l’habitude de dire que dans le premier groupe, c’est le client qui est le médium et dans le second c’est le praticien.

A partir de telles observations,  l’on ne sera pas trop surpris d’apprendre que le premier groupe est plus « intellectuel » que le second, plus « air » qu’  « eau », selon les Eléments astrologiques. D’où les relations complexes et compliquées du premier groupe avec les milieux universitaires du fait de l’importance accordée  à une tradition livresque, iconographique, symbolique. A contrario, le second groupe intéressera plus les parapsychologues, les métapsychistes lesquels constateront l’ existence de certains pouvoirs. La dialectique du savoir et du pouvoir caractérise bien un tel clivage.

Dans les deux cas, l’entrée dans la profession, dans le métier de praticien se fait souvent dans un deuxième temps (second choix). On apprend l’astrologie ou la numérologie pour soi-même  avant de l’exercer, on prend conscience de ses « dons »  (souvent héréditaires) avant de songer à en faire commerce. D’où des parcours souvent bien différents d’une catégorie socioprofessionnelle à l’autre.

Nous dirons que celui qui vient à l’astrologie  trahit souvent un certain manque de sensibilité qu’il espère justement compenser en recourant à l’outil astrologique.  Inversement, les médiums sont des êtres qui captent intuitivement beaucoup de choses et qui peuvent souhaiter étayer leurs dires par le biais de l’astrologie. D’où un faux procès par rapport aux références à l’astrologie chez des personnes qui ne la connaissent que très superficiellement. On oublie que ce ne sont là que des prétextes et que le voyant ne s’appuie pas vraiment sur l’astrologie, qu’il n’y cherche que des recoupements. L’astrologue a besoin de lunettes pour voir (lunette à prendre au sens astronomique et optique) et s’il perd celles-ci, il est réduit à l'impuissance.

En définitive,  la valeur de l’astrologue reste largement tributaire de la qualité de ses outils, d’où une certaine émulation à faire progresser, à améliorer ceux-ci alors que la valeur du voyant est fonction de son potentiel personnel, de quelque chose de plus intérieur, de plus viscéral. On aura compris que l’astrologue accordera la plus grande importance à tout ce que la culture peut lui apporter,à tout ce qui « traine » dans les bibliothèques, les musées et dont il pourrait tirer parti alors que le voyant est plus proche de la Nature et fera surtout un travail sur lui-même, pour « développer » ses talents, un peu à la façon d’un sportif.

 De telles différences d'itinéraires et de motivations ne peuvent, on nous le concédera,  que déboucher sur des profils différents. Et même l’astrologue le plus « doué » sera marqué par la quête d’outils, à chercher dans les livres et même le voyant le plus performant  aura d’abord eu à travailler sur lui-même.

 Jacques HalBronn  http://www.teleprovidence.com

Publié

un voyant condamné à mort *

Il devait être décapité ce vendredi 2 avril. Ali Sibat a vu son exécution repoussée. Mais pour combien de temps? Vous vous demandez sûrement quel crime horrible Ali Sibat a du perpétrer pour mériter un tel châtiment. Ce Libanais de 49 ans, père de 5 enfants n'a tué ni violé personne. Il s'est juste "permis" de donner des conseils de vie et de délivrer des prédictions sur Shéhérazade, une télé libanaise. Ce qui est d'une banalité totale dans le monde est considéré comme un crime par les intégristes saoudiens. Ceux-ci ont profité d'un pèlerinage à la Mecque de ce bon musulman pour l'arrêter et lui soutirer de force des aveux. Accusé de sorcellerie, Ali Sibat a donc été condamné à mort le 9 novembre dernier. A l'instar de l'Inquisition au Moyen Age, l'Arabie Saoudite utilise l'accusation de sorcellerie à tout va. Et nombreux sont ceux qui ont perdu la vie sous le coup d'accusation aussi fallacieuse.

En Arabie Saoudite, le vendredi, jour de prière pour tous les musulmans du monde, est aussi jour d'exécution. L'Islam est une religion d'amour et de partage. Malheureusement, comme dans toutes les religions, quelques fous de dieu pervertissent les enseignements sacrés pour assouvir une soif de pouvoir et de sang.

Amor Doloroso

Publié

Judaïsme et arts divinatoires

RELIGION

“Recherche du secret de la foi’’, la kabbale permet de découvrir le sens caché des textes sacrés. La mystique juive s’est mêlée aux courants grecs créant ainsi une orientation nouvelle depuis la fin de l’antiquité et durant tout le moyen-âge. Elle induit une communion avec la divinité. Le rituel dicté par la Torah acquiert un certain pouvoir magique.

Seuls, les religieux détenaient le pouvoir de prononcer ces paroles divines. Les capacités magiques et rituelles de certains mots réapparaissent dans les invocations théurgiques. La symbolique du Cosmos intégrée au sanctuaire s’inscrit dans le champ ésotérique. Le temple représentant le Cosmos est divisé en trois parties qui correspondent au ciel, à la terre et à la mer, Les sept branches du chandelier renvoient aux sept planètes, les douze pierres précieuses que porte le grand-prêtre représentent à la fois les signes zodiacaux et les douze tribus d’Israël. La Franc-maçonnerie s’inspirera d’ailleurs de cette symbolique pour la disposition et l’orientation de la loge.

La mystique juive, relevant de l’héritage grec antique, est l’un des constituants essentiel de l’ésotérisme occidental. Les Kabbalistes accordent autant de crédit à la vie cachée de Dieu qu’à sa manifestation intelligible. D’après la Kabbale, le Dibbouk est un esprit qui possède l’être vivant. Partant du principe qu’à chaque consonne de l’alphabet correspond une valeur numérique, le processus kabbalistique (notarikon, ghérnatrie) a pour objet le rapprochement des mots qui ont une valeur numérique identique. La pierre sacrée que les Hébreux appelaient le Béthel (la demeure de Dieu) était considérée comme un condensateur de l’énergie cosmique. Passant de l’énergie cosmique à l’énergie divine, la pierre est devenue un symbole. Ancienne tradition venue du judaïsme, la Kabbale consiste en une manipulation d’alphabets et de textes hébraïques. Sa pratique relève de la lecture et de l’interprétation de livres tels que la Torah (les 5 premiers livres de la Bible), le Zohar, le Zepher Raziel (Grammaire des lettres-énergies). La Kabbale s’inscrit dans une démarche à la fois spirituelle et intellectuelle. Pratiquée par des initiés en quête de méditations, la talismanique est l’an magique le plus accessible de la Kabbale. Il implique néanmoins la connaissance des systèmes évocatoires des hiérarchies évangéliques, faute de quoi les vertus des pentacles seraient extrêmement limitées. Le talisman est confectionné au cours d’un rituel et s’adresse à une personne en particulier. La religion des kabbalistes procède par analogie du connu vers l’inconnu. Us considèrent la religion comme un besoin pour l’humanité mais ne sont pas pour autant adeptes de l’idolâtrie. Aux IXème et Xème siècles, on trouve des ouvrages astrologiques écrits en langue arabe par des juifs (Raban AtTahbari, Sanad Ibn AI). La magie astrologique est évidente dans plusieurs passages du Talmud. Le Talmud vise à établir des normes de comportements de l’homme face à son créateur ou plus largement, au sein de la société. Il s’agit d’un vaste compte-rendu des sciences académiques durant lequel maîtres et disciples discutaient et s’opposaient pour trancher sur des problèmes. Le Talmud se compose de la Michna et de la Guémara.

La Torah reconnaît et tient compte de l’existence de tendances mystiques. Selon la Torah, le miracle est intégré dans la perception rationnelle du monde. Cependant, les Rabbins limitent l’intervention des miracles. La Kabbale théorise les préceptes astrologico-talmudiques alors que le Talmud s’est toujours montré quelque peu laconique quant au processus qui admettait cette perspective. Il se contentait de signaler l’éventualité d’une libération de l’empire des astres. L’astrologie est effectivement, interdite par la loi, Mais, il n’en demeure pas moins que la tentation suscitée par une ligne de conduite aussi catégorique soit omniprésente dans l’esprit de chacun. La notion de destinée est reconnue et développée par le Talmud qui relie la prééminence de trois faits le nombre d’enfants, la longévité et les moyens de subsistance. La destinée préside toujours aux événements de la vie mais elle est sujette à des retournements de situations. Ainsi, un malade agonisant dans le but de modifier son sort, changera de nom ou de lieu d’habitation.

L’astrologie hébraïque accorde une importance aux sept jours de la semaine en établissant une correspondance entre le jour de semaine spécifique du natif et les événements qui ont présidé à ce même jour lors de la création. Ainsi, les natifs du premier jour de la création (le Samedi) sont, soit entièrement bons soit totalement mauvais. L’astrologie hébraïque est essentiellement lunaire. La sorcellerie est pratiquée de la même façon que dans les autres ethnies. L’un des épisodes de la Genèse apparaît déjà empreint de sorcellerie. Il s’agit de la rivalité entre Léa et Rachel autour de la personne de Jacob. Les objets utilisés pour mettre fin à cette situation sont les racines de mandragores, connues pour leurs nombreuses vertus et dont les racines rappellent étrangement la forme du corps humain. Les Hébreux ont fait grand usage des téraphîm, petites statuettes de bois parfois de forme phallique et que l’on croyait douées de paroles prophétiques. Sachant que les Téraphîrn ne représentaient pas Yahvé (DIEU), les juifs l’utilisaient sans crainte, dissociant ainsi religion (yahvisme) et pratiques magiques. Le sorcier hébreu pratiquait les envoûtements par des imprécations, des malédictions à l’aide de poupées de plomb enserrées par un fil, lesquelles fondaient lentement à la flamme sacrée du chandelier à sept branches. Ces pratiques étaient officiellement dénoncées.

Par ailleurs, le sel constitue pour les hébreux l’élément magique par excellence. Pour préserver sa maison et la famille des mauvais sorts, il est recommandé de répandre du sel sur le seuil de la porte. Pour guérir une personne souffrante, le sorcier transpose la maladie sur un animal. Le déplacement d’une malédiction sur un animal est fréquent. La magie rouge est essentiellement axée sur le sang humain, qui permet d’obtenir la réussite et de braver le destin ou les dieux. L’origine du fameux interdit du sang chez les juifs tiendrait au fait que le sang soit le support de l’âme. Après avoir sacrifié des êtres humains (les fils du roi Hie!, par exemple, furent incorporés dans la muraille et dans les portes de la ville lors de la reconstruction de Jéricho), les sorciers se sont rabattus sur les sacrifices d’animaux. Le sang menstruel et celui des animaux de consommation constituent l’apanage des sorciers. Ceux- ci s’emparent de l’âme en se livrant à des opérations maléfiques. Dans la magie hébraïque, la main de gloire (parfois le pied) est constituée à partir de la main d’un pendu. Enveloppée dans un linceul, saupoudré de salpêtre, de poivre, de sel et autres ingrédients, la main sèche pendant quinze jours au soleil. Elle fera par la suite, office de chandelier doté d’un pouvoir de stupéfaction et d’immobilisation.

Yamina GUEHAM

Publié

Les charlatans se régalent

Les charlatans se régalent, mais au bal des vampires, seuls les désespérés sont perdants.

Deviner l'avenir: sans doute le deuxième métier le plus vieux du monde. Depuis que l'homo est devenu sapiens, il veut tout connaître son avenir. Il y a dix mille ans, on lisait les entrailles d'un poisson pour savoir par quel grand fauve on allait être mangé. Aujourd'hui, on se fait tirer les cartes pour savoir si un petit bout de soleil va réchauffer notre avenir. Dans une société où, hormis le temps d'une grande émission caritative, on se fout de tout le monde sauf de soi-même, petits soucis et gros pépins nous envoient chez un professionnel des arts divinatoires. Qu'importe le support (tarot, boule de cristal, ordinateur) du moment qu'on ait la réponse à une question primordiale: vais-je aller mieux?

Face à tant d'interrogations, de nombreux professionnels des arts divinatoires ont choisi de mettre un don réel au service de leurs concitoyens. Comme on ne peut plus vivre sans argent, ils demandent une rémunération juste pour leur travail. Malheureusement, à côté de ces gens honnêtes, il y a des personnages aux desseins plus sombres: les charlatans. Ceux-là ont également un don, mais rien de surnaturel là-dedans. Ils ont juste le don d'imaginer les histoires les plus farfelues pour vider les comptes bancaires et la vie de leurs victimes. Trop fainéants pour écrire de belles histoires, trop minables pour jouer la comédie dans un théâtre, trop peureux pour être de vrais gangsters, ces êtres au karma nauséabond ont trouvé un filon à leur portée. Installés dans un décors kitchissime ou cachés derrière un numéro de téléphone, ces énergumènes capables de vendre leur mère pour une gourmette en toc n'ont aucune vergogne à s'attaquer aux plus faibles d'entre nous pour assouvir leur soif d'argent.

Il faut dire que la tâche est aisée. Un téléphone, un bureau, quelques pubs dans des journaux peu regardant sur la qualité des annonceurs, et le tour est joué. Appâtées par des promesses d'avenir meilleur, de gains exceptionnels ou de retour de l'être aimé, les futures victimes affluent comme des abeilles sur un pot de confiture. Forcément. Quand vos voisins ne connaissent même pas votre nom, quand votre propre famille s'intéresse plus au dernier éliminé de la Star'Ac qu'à vous-même, vous vous adressez à la première personne qui paraît encline à vous écouter, voire à vous épauler. Même si cette personne vous prend tout ce que vous avez en vous faisant croire qu'avec 20 000 euros de moins sur votre compte bancaire, votre avenir ne peut être que radieux.

Que faire pour éliminer ces charlatans qui représentent environ 70% des personnes pratiquant les arts divinatoires. Malheureusement, il n'existe ni aérosol ni super héros capable d’éradiquer ce genre d'individus spécialisés dans la manipulation mentale et l'exploitation de la souffrance. Alors quoi? Changer la société? Pas évident. Il y a tellement de boulot que même le bon dieu a renoncé depuis 2000 ans.

Depuis 1987, l'Institut National des Arts Divinatoires tente de faire bouger le gouvernement et le législateur afin que la profession des arts divinatoires soit reconnue et donc, réglementée. En vain. Bien que la plupart des hommes politiques consultent régulièrement, vous n'en trouverez pas un qui ait assez de courage pour mettre un coup de balai dans la cour de cette profession livrée à elle même. Dommage, il suffirait de peu, quelques lignes sur un Code pour rayer de la carte de France cet agglomérat de praticiens indélicats et de sociétés plus occultes que les sciences du même nom.

Depuis 1987, l'Institut National des Arts Divinatoires essaie de fédérer les vrais professionnels des Arts Divinatoires autour d'une charte qui garantirait à tous les consommateurs de pouvoir consulter un voyant ou un astrologue honnête. Ce code de déontologie constituerait un véritable engagement de la part d'un professionnel à faire bénéficier ses clients de ses dons ou enseignements de façon loyale et pour une juste rémunération. Malheureusement pour les praticiens, hormis quelques dizaines de professionnels consciencieux et attentifs à la réputation de leur don, beaucoup d’entre eux choisissent la solution de facilité qui consiste à feindre d'ignorer les dégâts provoqués par les charlatans. Ceci afin de pouvoir continuer à exercer leur métier tranquillement. En poursuivant cette politique de l'autruche, les voyants honnêtes vont laisser gagner du terrain aux charlatans, ce qui achèvera de jeter le discrédit sur l'ensemble de la profession. Alors messieurs les voyants, ouvrez les yeux et ayez un peu plus de responsabilité! Dans votre intérêt comme dans celui des consommateurs qui vous font confiance.

Buffy Brinogène

INAD: Comme on l'a précisé dans un article antérieur, le problème de la réglementation de la voyance sera évoqué pour la première fois à l’Assemblée Nationale, à la suite d’une intervention de Monsieur Patrick Lemasle, Député et Conseiller Général de la Haute Garonne, qui a posé une question écrite à Monsieur Brice Hortefeux , Ministre de l’Intérieur, de l’Outre mer et des Collectivités Territoriales (JO du 22 décembre 2009).

Publié

Prévention contre l’escroquerie

Comme à chaque fin et début d’année, les clients-consultants sont de plus en plus nombreux à consulter un professionnel des arts divinatoires : Médium, Voyant, Astrologue…Gare aux arnaques ! Afin de sensibiliser les consommateurs qui sont de plus en plus nombreux à se faire escroquer et manipuler par des praticiens indélicats et par certains cabinets audiotels spécialisés dans la voyance par téléphone et des travaux occultes illusoires, l’INAD se propose, dans l’intérêt de la profession, d’ouvrir un mois sur l’escroquerie à la voyance. Cette initiative qui ne plaira pas à beaucoup d’affairistes notoires, à certains marabouts fétichistes et à certains illuminés et médiocres voyants, est une nécessité absolue pour responsabiliser l’ensemble des praticiens et alerter les consommateurs sur les excès pouvant résulter de ces agissements.

Nous faisons donc appel à la responsabilité et à la vigilance des professionnels et des consommateurs afin que les dérives de certains praticiens et cabinets soient dénoncées ; il y va de l’intérêt même de l’avenir de la profession.

Vous avez rencontré des problèmes avec un professionnel ? Vous avez été victime d’un abus, d’une escroquerie, d’une manipulation ? Vous êtes satisfait des services d’un praticien ? Vous avez la possibilité, de nous laisser soit un message par courriel : contact@inad.info, sur le blog de l’INAD soit par correspondance.

.

Publié

Voyance et audiotel: le racket au téléphone

SOCIÉTÉ

Les offres de voyances par téléphone fleurissent sur les sites d'annonces gratuites et dans toute la presse écrite française. Au coût exorbitant et au risque d’escroquerie à la carte bancaire vient s’ajouter un nouveau danger: le Racket.

On connaissait tous le voyant de quartier, consultant souvent à son domicile, bien installé derrière sa boule de cristal ou son jeu de tarot. Un voisin, un ami, un confident même, chez qui on se rendait en toute confiance une ou deux fois par an pour faire un peu le point sur sa vie ou celle de ses enfants. On y allait sans crainte parce que le bouche à oreilles disait qu'il était respectueux, honnête et abordable. Et puis il ne se cachait pas derrière un pseudo et ne faisait pas de pub tapageuse. Malheureusement, l'espèce est en voie de disparition. L'explosion des technologies de communication a poussé chacun à rester chez soi, retranché derrière son écran d'ordinateur. De plus en plus de Français sont devenus des "no life" et ne voient leurs compatriotes qu'à travers les forums, les facebook, twitter et autres Windows live. Si bien qu'ils ne savent même plus à quoi ressemblent leurs voisins et ne se rendent pas compte que derrière l'autre porte du pallier, il y a une vieille qui crèvent de solitude. La plupart, d'ailleurs, n'ont rien à cirer des autres internautes. Le principal étant de se croire célèbre ou utile en déversant des flots de photos personnelles ou en étalant une pseudo science sur les forums. Le problème est qu'en ignorant les autres, on s'isole soi-même. Et quand on se retrouve confronté à un de ces écueils que la vie nous livre tôt ou tard, on se rend compte, trop tard, qu'on est seul. Il y a des petits malins qui ont compris que cette solitude et ce manque de communication représentent une manne financière importante. Et puisque les gens ne se déplacent plus, il faut leur proposer des consultations à distance. Ainsi est née la voyance par téléphone et les dérives qui vont de paire. S'il existe quelques personnes honnêtes, des personnes peu scrupuleuses, avides et avisées ont mis en place des pseudo services de voyance par téléphone dans le seul but d’exploiter la détresse des gogos qui oseront leur faire confiance. Pire encore, d’autres poussent le vice jusqu’à se livrer à un véritable chantage sur les clients qui ont eu le malheur et l’inconscience de se livrer à eux. Ainsi des hommes d’affaires au passé douteux ont-ils mis sur pied un véritable stratagème destiné à se procurer de l’argent ou des biens sans faire d’efforts. Le truc est au demeurant fort simple puisqu'il suffit d’ouvrir un ou plusieurs services de voyance par téléphone. Pour cela, nul n’a besoin d’être un expert en parapsychologie puisque la voyance n’est pas reconnue légalement en France. Un service de paiement par carte bleue s'obtient en quelques jours dans toutes les banques. Quant à un numéro en 08, il nous aura fallu moins d'une heure pour faire la demande chez l'opérateur national.

Le serpent charme le faisan Certains agissent seuls, planqués derrière un pseudo, avec un numéro d'appel normal, et un service de paiement par carte bancaire. Ce sont les artisans de l'escroquerie. D'autres agissent en industriels de l'arnaque et voient plus grand. Pour répondre au téléphone, le patron embauche une majorité de femmes puisque de manière générale on se livre plus facilement à une femme qu’à un homme. Mais il y a aussi des étudiantes et toute autre femme à la recherche d’un emploi plutôt facile et bien rémunéré si on y sait y faire. On leur apprend comment capter l’attention des clients, comment les mettre suffisamment en confiance pour qu’ils livrent les secrets les plus intimes de leur vie privée. Il est facile de parler en sorte que les gens s’ouvrent complètement et sans retenue : quand vous êtes seul, perdu, confronté à un problème, vous vous confiez plus qu’il ne faut à la première personne qui fait mine de vous écouter et de compatir. Il suffit d’un “je vous comprends” ou d’un “ça va s’arranger” pour que le tour soit joué.

L’arnaque Une fois la personne mise en confiance, et après de vagues prédictions, l’hôtesse (car il ne s’agit pas d’une voyante) propose alors un travail occulte. Contre un chèque de plusieurs centaines d’euros, voire plus, elle promet au client un ‘travail” pour le retour de l’être aimé, l’obtention d’un travail, l’élimination d’un rival ou un gain au loto. Le compte est prélevé et reprélevé, parfois au prix d’un emprunt bancaire. Mais foutaise que tout cela, les mois passent et Anne ma sœur Anne ne voit rien venir. Le client réfléchit, s’aperçoit qu’il s’est fait avoir et finit par reprendre contact avec le service (quand celui-ci n’a pas changé de nom) pour demander remboursement. Comme les responsables du service ne veulent rien entendre, il parle d’action en justice. C’est alors que les ennuis commencent… Maître chanteur sur un téléphone perché Notre pauvre client est mis alors face à deux solutions : soit il abandonne toute idée de poursuite, soit son entourage privé et professionnel reçoit une copie de l’enregistrement complet de ses consultations par téléphone. Autre cas de figure : une dame a un jour consulté un voyant par téléphone. Comme beaucoup de consultants elle s’est confiée à lui et plus intimes. Première escroquerie, elle a payé 100 euros pour rien. Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Sachant que cette dame possédait un terrain, le “voyant” lui a demandé de le lui donner afin qu’il puisse construire un “centre de parapsychologie”. Refus de la dame qui a sans doute flairé le coup fourré. Commença alors contre elle un chantage où le pseudo voyant la menaçait de faire parvenir un enregistrement de la consultation à son patron, en l’occurrence l’administration. Tourmentée par ce harcèlement incessant et la peur de voir sa vie définitivement ruinée, la cliente s’est rapidement retrouvée au bord du suicide. Les pseudo voyants flingueurs Ces deux cas font froid dans le dos. Jusqu’à présent nous connaissions les charlatans “ordinaires”, ceux qui escroquent leurs victimes en échangeant faux espoirs contre vrais billets. Mais d’autres vont plus loin encore chantage, racket, corruption ; une certaine pègre s’est emparée de la voyance par téléphone car de plus en plus de Français font aveuglément appel à ce genre de services. Espérant trouver une aide au bout du fil, des personnes déjà atteintes dans leur vie privée ou professionnelle se retrouvent dans une impasse. Car des victimes sont obligées de se soumettre au chantage, à moins d’être psychologiquement assez fortes pour accepter de voir leur vie privée soumise à leur entourage. Et même ceux-là ne prendront pas ce risque s’ils s’aperçoivent que d’autres personnes peuvent être touchées par ce déballage.

Les moyens de défense Le meilleur moyen est encore de se prévenir de ces escrocs. En fuyant les numéros surtaxés, en préférant consulter de visu un voyant installé sous son vrai nom près de chez soi plutôt qu'une personne au pseudo évocateur qui vous attend derrière un simple numéro de téléphone. S'il est difficile de s'en sortir seul après une arnaque, les bénévoles de l'Inad font tout pour aider les victimes à dépasser la honte que provoque le fait de s'être fait roulé par un pseudo voyant. Mais si le mal est fait, il existe des solutions pour venir à bout des maîtres-chanteurs. La loi “informatique et liberté” oblige quiconque possède un fichier informatique d’en faire part à la CNIL et de laisser la possibilité aux personnes fichées d’accéder et de modifier ou détruire les notifications les concernant. Il est donc en principe facile de savoir si votre escrocs conserve des données illégales à votre sujet (n° de carte bancaire, enregistrement) D’autre part il est possible de porter plainte pour chantage, menaces, atteinte à la vie privée, abus de confiance ou pour escroquerie. Les tribunaux français sont de plus en plus sévères envers tous ceux qui font profession de divination. Il est aujourd'hui très rare qu'un voyant poursuivit en justice s'en sorte sans condamnation. Enfin, il est possible de prendre l’arroseur à son propre piège en enregistrant la conversation avec le maître chanteur en présence d’une personne assermentée qui se fera un plaisir de lancer une procédure civile ou pénale contre l'escroc en question.

Bertrand CAILAC

Quand l’agneau se fait loup

Il était une fois une dame qui fit appel à la voyance par téléphone. La malheureuse tomba sur un pseudo voyant qui lui proposa des travaux occultes pour l’aider à résoudre ses problèmes. Ne se voyant pas d’autres solutions que celle-là, la dame accepta de payer plusieurs milliers d’euros pour un résultat inespéré. Mais les choses ne s’arrangèrent pas et avec le temps la dame s’aperçut qu’elle venait de se faire escroquée. Elle partit en vacances histoire de réfléchir un peu. Que pensez-vous qu’‘elle fit à son retour ? Demander remboursement, il n’en fut pas question, et porter plainte n‘était pas une bonne idée. En fait, la brave dame tira un enseignement de sa mésaventure : puisqu'elle avait été escroquée par un quidam, pourquoi ne pourrait-elle à son tour soutirer quelques monnaies sonnantes et trébuchantes aux milliers de pauvres gens qui, comme elle auparavant, croient que la voyance par téléphone est faiseuse de miracles? Elle s'installa donc en tant que voyante-médium et se mit à son tour à arnaquer les personnes en détresse. Mortalité: les épreuves ne font pas que des Saints

Publié

L'homosexualité en province

Comme convenu nous publions ce second et dernier article sur l’homosexualité, dont l’avis fera, peut-être, lever l’incompréhension ou la mauvaise interprétation du premier qui, rappelons le, est un avis, celui d’un médecin, le Dr Raymond Johnson.

Une surprenante rencontre avec des personnes que l’on connaît mal, Gare aux idées préconçues... Il y a un peu plus de 20 ans, la communauté homosexuelle s’est retrouvée exposée au grand jour avec la découverte du Sida. Elle est d’ailleurs toujours systématiquement associée à ce terrible fléau depuis lors, pas forcément à juste titre comme nous le verrons plus loin. La création des gaypride, l’explosion de «coming out» de personnalités de la politique ou du showbiz, quelques films à succès (Les nuits fauves, Gazon maudit, Pédale douce, L'homme est une femme comme les autres, La folle histoire d'amour de Simon Eskenazy), et enfin l’adoption du Pacs ont contribué à une certaine acceptation d’un état de fait de la part de l’ensemble des citoyens français: oui, l’homosexualité existe et non, les homosexuels ne sont pas des psychotiques ou des pervers. Pourtant: l’homosexualité est encore un sujet tabou dans notre société et beaucoup d’entre nous ressentent un certain malaise en présence d’un ou d’une homosexuelle. Ce malaise se transforme hélas souvent en dégoût chez bon nombre de Français: pour preuve, «pédé» est l’une des injures que l’on entend le plus souvent dans la rue. C’est dire le peu de sens d’analyse des Français. Quoiqu’il en soit, les homosexuels demeurent quelque peu en marge de la société française, et il n’est pas si loin le temps où un certain gouvernement collaborationniste contribuait à l’envoi dans les camps d’extermination de toute personne reconnue ou désignée comme homosexuelle. A Paris bien sûr, les homosexuels ont réussi à s’intégrer, à force de s’imposer, à la société civile. Que ce soit dans le quartier du Marais (ghetto doré?) ou ailleurs dans la capitale, il n’est pas beaucoup plus difficile pour une personne homosexuelle de se loger, de travailler et de se divertir. Mais qu’en est-il en Province? C’est ce que nous avons voulu savoir. Plus de 120 homosexuels homme et femme (célibataires, pacsés ou en union libre), âgés de 20 à 63 ans, ont accepté de répondre à nos questions. Il va de soi que l’on ne peut généraliser les résultats de cette enquête à toute la communauté homosexuelle de province. Cependant cette enquête met à mal quelques-unes des idées préconçues que nous nous faisons des habitudes et sentiments de ces gens que nous côtoyons souvent sans le savoir.

Tout commence à l’adolescence

La première idée reçue consiste à croire que l’on devient homosexuel par dépit ou suite à une déception amoureuse…En majorité, les personnes interrogées nous disent avoir découvert leur homosexualité à l’adolescence, entre 14 et 17 ans. Beaucoup précisent même avoir «ressenti» quelque chose au tout début de la puberté, voire dès l’enfance. Les plus âgés (40 ans et plus) ont souvent eu une expérience hétérosexuelle, parfois très longue, et disent avoir découvert leur homosexualité après un divorce, une rupture sentimentale. Une fois encore, nous sommes surpris de constater que nombreux sont ceux qui précisent alors que leur homosexualité était en fait latente et n’attendaient qu’un déclic pour se révéler à eux. Il est arrivé, de façon exceptionnelle, que l’homosexualité soit la cause de la fin d’une vie de couple hétérosexuel. Malgré Mai 68 et la libération sexuelle qui a inondé le monde au début des années 70, le carcan des traditions a souvent étouffé la réalité des attirances. En conséquence, s’avouer à soi-même sa propre homosexualité est longtemps demeuré impensable à une époque où l’homosexualité était considérée comme une maladie honteuse. Il fallait donc mettre cette facette de sa personnalité de côté, il fallait avoir une vie dite «normale», se marier et avoir des enfants. L’époque a donc fourni beaucoup de clients aux psychologues, marchands d’antidépresseurs et autres cafetiers. Papy Sigmund avait du pain sur la planche! Vous avez dit évolution? Evidemment, les temps changent. Grâce au profond travail de quelques associations, et peut-être à quelques revendications musclées, il semble plus facile aujourd’hui d’accepter son homosexualité, même si les autres vous font parfois sentir votre "différence". Cependant le problème demeure délicat pour les adolescents. Chacun sait la dureté dont font parfois preuve les jeunes entre eux. La période de l’adolescence est toujours difficile à passer chez les tous les garçons et les filles. Mais imaginez un peu ce que peut vivre un jeune qui découvre dans le même temps sa sexualité et son homosexualité. Allons encore un peu plus loin et imaginez à présent la difficulté d’aborder la "chose" avec son entourage. Pas facile. Certains en ont parlé uniquement aux parents ou aux amis. D’autres aux parents et aux amis. D’autres enfin ont fait état de leur homosexualité à tout leur entourage: boulot, amigos, frérots. Sans toutefois aller jusqu’à la revendication, comme le précise Thibaud, 22 ans: "Je n’ai rien à cacher à mon entourage, mais je ne suis pas du genre provoque. Je dois avouer que les filles sont plus compréhensibles que les garçons, toujours prêts à vanner. Et ça devient vite lourd". Le "coming out" qui semble de rigueur aujourd’hui à Paris n’est toujours pas à l’ordre du jour en Province. Et si ce sont les jeunes homosexuels qui en parlent le plus, c’est sans doute parce que la génération des 20 ans fait preuve d’une plus large ouverture d’esprit vis-à-vis de ses concitoyens. Quand on baigne dans les différences depuis l’école communale, on accepte mieux l’autre tel qu’il est. Une fois de plus, les jeunes montrent qu’ils n’ont pas tous les défauts du monde, loin s’en faut!

Machos contre homos!

Même si notre société évolue, les homosexuels ne voient pas la vie en rose. En Province, surtout dans les petites villes, l’homosexuel est encore pointé du doigt On chuchote sur son passage, on raille, on fustige. Rarement en face. On a beau jouer les bourgeois «bon chic bon genre», on n’en a pas moins gardé ce bon vieux vice paysan qui consiste à exhumer et critiquer le plus petit travers du voisin. A ce jeu-là, les hommes sont particulièrement doués et féroces. Leurs victimes? Des homosexuels hommes. Pour quelle raison? D’abord parce que les femmes sont tellement discrètes quant à leur sexualité (mises à part les bourges qui s’offrent tout ce qui marche sur trois pattes) que l’ont ne saurait faire la différence entre une hétéro et une goudou (lesbienne pour les intimes). Mais surtout parce que l’homosexualité touche le mâle homo sapiens sur un point ultra sensible: son machisme cro-magnonesque. Tu seras un homme, un vrai, mon fils. Et pour cela, tes élans sexuels ne s’adresseront qu’à une femme. Ou à défaut, à une chèvre.

A l’A.i.d.e.s!

Quand on éprouve quelques difficultés relationnelles avec ses contemporains, il arrive souvent que l’on se tourne vers le milieu associatif. La France est le pays qui possède le secteur associatif le plus important et le plus actif. Et cela, dans tous les domaines. De nombreuses associations évoluent dans le secteur homosexuel. On trouve une association d'homosexuels jusque dans les plus petites villes de province. En abordant ce sujet, nous nous sommes trouvés face à un étonnant paradoxe: si 97% des personnes interrogées disent connaître les associations homosexuelles de leur région, seules deux d’entre elles assurent avoir fait appel à leurs services, aucune n'est adhérente à une association, et une seule avoue avoir l’intention de faire partie de l’une d’elles. Les autres affirment ne voir "aucune utilité à les contacter". D’ailleurs, même si certains reconnaissent que les actions menées par les associations "ont contribué à l’acceptation des homosexuels par la société", la majorité des personnes interrogées demeure dubitative quant à leurs actions (NDLR. aucune des associations contactées n’a daigné répondre de façon officielle à notre enquête sur l’adoption. Cela nous semblait pourtant une bonne occasion pour celles-ci de s’exprimer). Les avis des homosexuels de province deviennent carrément négatifs à propos d’Act up. Cette association de défense des malades du Sida, qui s’est fait connaître par des initiatives quelquefois situées à la limite de la légalité fait presque l’unanimité contre elle. Elle est jugée (à tord peut-être) trop démonstrative et trop radicale. En province, on n'aime pas déranger. A l’inverse, AIDES est plébiscitée par tous et toutes. Cela s’explique par une volonté d’action sur la durée, en profondeur, dans le respect de tous les citoyens. Les bénévoles de l’association sont présents dans tous les départements français et œuvrent pour venir en aide à tous les malades du sida. Un véritable travail de fourmis, effectué souvent loin des médias, qui porte ses fruits. Enfin, il faut noter que quelques associations à but plus ludique ont fleuris ça et là en province. Il faut peut-être y voir le signe de la fin du temps des revendications, et par-là, le début de l’acceptation des homosexuels par notre société bien-pensante.

Un jour pour toujours

Les homos s’amusent et ce n’est pas d’aujourd’hui. Avec la multiplication dans les métropoles régionales des gay-prides, on a l’impression qu’en pouvant s’exprimer au grand jour et de façon si exubérante, la communauté homosexuelle aurait enfin pu se libérer du carcan judéo-chrétien pour goûter aux plaisirs de la vie. On s’aime et on s’amuse, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. La preuve, autrefois les personnalités politiques se battaient pour y être vues. Plus maintenant. Vu de l’extérieur (de la province, donc), la gay-pride livre de plus en plus une image faussée de la réalité homosexuelle. D’autant que les médias se délectent de ces images de follasses surexcitées qui n’ont rien à voir avec la réalité quotidienne de province. Car si nombreux sont les homosexuels (surtout les hommes) qui admettent avoir des rencontres fugaces, on est bien loin de l’image d'un S. B… ou du gay baisant à couilles rabattues tous les mecs qui croisent son chemin. Bien sûr il existe dans les métropoles de provinces des lieux de dragues (bar, boîtes, saunas). Bien sûr on trouve sur Internet des annonces très chaudes d’hommes à la recherche d’un partenaire d’une nuit. Mais rassurez-vous bonnes gens, la communauté homosexuelle de province n’est pas un lupanar géant! On n’y rencontre pas plus d’obsédés sexuels que chez les hétéros qui eux, sont de plus en plus nombreux à fréquenter les clubs et sites libertins. Et sauf erreur, on recense moins de pédophiles chez les homosexuels que chez les curés. En fait, cette enquête révèle que, nous, hétérosexuels bien à l’aise dans nos convictions, nous nous gourons complètement sur l’idée que nous nous faisons de la sexualité et des aspirations amoureuses du troisième sexe. Amours sauvages et libertinages, c’est le cliché qui accompagne dans notre cerveau l’évocation de l’homosexualité. Et ce n'est pas parce qu'un ministre a évoqué les plaisirs pédophiles dans un roman que les homosexuels de France sont tous soupçonnables de pédophilie. Il existe dans cette communauté des délinquants sexuels. Mais pas plus qu’ailleurs. "Il n’y a pas de fumée sans feu, sauf par temps de brouillard", disait Coluche. Il faut croire que nos certitudes sont bien embrumées. A la question "Pensez-vous vivre un jour une relation amoureuse durable?" Toutes et tous ont répondu oui. De plus en plus d'homosexuels de province parlent volontiers de famille plutôt que de drague. Beaucoup précisent qu’ils vivent en couple depuis plusieurs années et que tout va bien, merci. Eh oui, ma petite dame, les homosexuels ont aussi un cœur, une âme. Nous sommes loin des folies parisiennes et des prêtres violeurs. Quant à l'adoption d'enfants par les couples homosexuels, les avis sont étonnamment partagés. Du côté des couples lesbiens, on est pour à cent pour cent et l'adoption est une démarche engagée ou envisagée pour tous les couples bien installés. Par contre, du côté des hommes, une petite majorité est contre. Les raisons invoquées sont au nombre de trois: soit ils ne se sentent pas capables ou pas prêts, soit c'est le blocage du qu'en dira-t-on, soit ils estiment qu'un enfant a besoin d'une mère. Et parmi ceux qui sont pour l'adoption, il y a ceux qui l'envisagent et ceux qui n'en éprouvent pas le besoin ou l'envie. Est-ce parce qu'ils sont noyés dans la masse, mais tous les couples gays qui envisagent ou ont entamé une démarche d'adoption résident dans une grande agglomération. C'est à croire qu'au fin fond de la France, on n'est pas encore prêt à accepter de rencontrer sur un petit chemin ensoleillé un couple d'homme promenant un gamin en poussette. Ce n'est pas que le Français des campagnes soit plus homophobe que le Français des villes, c'est juste que les changements se font au rythme lent des saisons.

Sentiments d’insécurité

En attendant de trouver le grand amour, on fait comme tout le monde. On drague, on flirte, on s’embrasse, on fait l’amour entre deux portes, entre deux histoires sérieuses, on se fréquente sérieusement quelques jours ou quelques mois. Qui n’a jamais fait cela? L’amour est une grande aventure, tant pour les hétéros que pour les homosexuels. Une aventure dangereuse, parfois. Depuis les années 80, la mort rôde et frappe les imprudents. Le sida s’étant développé en premier lieu dans la communauté homosexuelle, les lesbiennes et les gays sont toujours soupçonnés d’être en quelque sorte les vecteurs de cette terrible maladie. Ne le cachons pas, beaucoup d'hétéros ressentent encore un sentiment de malaise physique en la présence d'homos. Un peu comme lorsque l’on se trouve en présence de rats. Une sorte de peur ancestrale. La peur de l'inconnu. Pourtant... S’il est vrai que la trithérapie a entraîné la croyance (chez certains homos comme chez certains hétéros) que l'on guérirait du sida, il est aussi vrai que les multiples campagnes de préventions menées par les associations et l’Etat ont ancré chez les homosexuels des habitudes d’hygiène qui ne sont pas prêtes de s’effacer. Toutefois le combat du préservatif est loin d'être gagné. Bref, on est un peu plus serein mais toujours ultra vigilant. Pas le cas de tout le monde, non? Tenez, faisons un petit test: parmi tous les hétérosexuels de votre entourage, célibataires ou époux volages: comptabilisez celles et ceux qui "oublient" parfois ou souvent d’avoir des rapports protégés. Vous serez surpris. Peu importe la raison évoquée, cette attitude déplorable n’est rien d’autre qu’un crime. Le sida et l’hépatite sont des prédateurs que l’on ne peut ignorer. En province, dans les petits bleds, on a gardé le bon sens paysan, et le préservatif semble être un élément incontournable de la vie sexuelle des homos. Pas de relation sans capote, c’est ce que presque tous les célibataires ou couples papillonneurs ont répondu. Quatre couples bien installés (dont un couple féminin) ont précisé qu’ils font régulièrement un test HIV, comme une sorte de garantie sur l’avenir.

Le bonheur sans fard

Malgré ce petit bout de latex que l’on doit garder présent à l’esprit et ailleurs, les homosexuels que nous avons interrogés disent être plutôt contents d’habiter en Province. Paris présente certes à leurs yeux quelques atouts indéniables: l’anonymat, donc la tranquillité, y semble garanti (les homosexuels aussi ont des idées reçues). Tout comme la tolérance qui fait quelquefois défaut en province. Et puis à Paris, les lieux de rencontre ou de divertissements sont foison. Seulement voilà, la ville lumière n’attire pas pour autant les papillons homosexuels. En fait, il ressort de notre enquête que la vie en province est décidément plus agréable malgré tout. Moins de stress, moins de "gens bizarres", moins de superficialité dans les rapports humains. Bref, en province le bonheur est dans le gazon! En fin de compte, nous nous apercevons que cette communauté qui nous intrigue, nous dérange, nous fait parfois peur, n’est pas si différente de nous. Les homosexuels aiment, rêvent de grandes et belles histoires d’amour, se déchirent parfois, et voient quelques-uns uns d’entre eux plonger avec délices dans un océan d’excès aux conséquences souvent dramatiques: des êtres humains, comme vous et moi…

Enquête réalisée par

Bertrand Cailac

Publié

Les parents homosexuels et les enfants

Comment un garçon peut-ii vivre sa virilité,après avoir vécu toute son enfonce entre deux femmes qui prétendent s’aimer d’amour tendre?

La vie ne s’improvise pas. De l’infiniment grand à l’infiniment petit, l’homme ne fait que découvrir chaque fois, un ordre immuable et incontournable auquel il doit se soumettre pour le maîtriser et, à la rigueur, le mettre à son service, Ainsi en est-il de l’énergie nucléaire, de l’électricité et des arcanes complexes du fonctionnement de notre anatomie, de notre physiologie et de notre psychologie qui étonnent toujours par leur complexité. Une transgression quelconque de ces ordres, se traduit immanquablement par un désordre, une pathologie, une catastrophe au détriment du cours normal de la vie

La société animale est aussi structurée sur ce même modèle visant une certaine harmonie de l’ensemble pour son bonheur et sa pérennité. L’on ne peut parler du bonheur sans évoquer un facteur fondamental qui le conditionne, la santé — physique et mentale’-. Le bonheur est cette possibilité de conjuguer sa raison d’être avec sa joie de vivre et ceci ne s’improvise pas. Il met en jeu tout un ensemble de paramètres dont la maîtrise ne peut s’acquérir qu’à partir d’un milieu donné, unique en la matière, qui est la famille ou ses substituts, les milieux familiers. L’école intervient aussi dans une certaine mesure si l’évolution de l’individu n’est pas faussée à la base. Comme le dit un dicton africain ‘les deux ou trois gouttes d’eau sale restées au fond de la jarre, ne manqueront pas de donner leur goût au contenu’.

Le fond de l’individu se structure dès sa tendre enfance pour acquérir le bagage nécessaire pour sa croissance et faire face aux vicissitudes de la vie. Cet inconscient, qui est communautaire, trouve ses éléments, futurs moteurs de ses motivations, dans ses relations avec son entourage immédiat pour le déterminer comme homme ou femme et lui apprendre un comportement en fonction de son sexe physique et physiologique. Ce qui est indispensable pour l’équilibre de sa personnalité: harmonie intérieure qui se projette sur l’entourage et constitue la santé mentale. Cette santé mentale, c’est l’harmonie avec soi—même et cette harmonie avec les autres. L’on ne peut prétendre être en harmonie avec soi-même et ne pas l’être avec les autres. Ou encore se dire être bien dans sa peau et ne pas pouvoir s’entendre avec les autres. C’est le problème constant du paranoïaque qui trouve chez les autres Rous les travers qu’il n’ose pas s’avouer à lui-même.

Le développement psychologique et affectif de l’enfant nécessite, pour être harmonieux, h présence à ses cotés, d’un échantillon de chaque sexe pour apprendre à être un homme ou une femme, même si la gestation a été induite par une insémination in vitro. Un spermatozoïde n’a jamais fécondé un autre spermatozoïde ni une ovule féconder une autre ovule. Il est nécessaire qu’un spermatozoïde aille à la rencontre d’une ovule, même s’il en faut des dizaines de millions pour réussir l’opération; c’est la loi et l’ordre de la nature, notre mère à tous. L’apport des chromosomes de l’homme et de la femme, constitue le patrimoine génétique de l’enfant à naître. De même, le modèle du comportement des géniteurs donnera des repères à la personnalité du jeune enfant, qui ne va pas plus tard, se mettre à improviser un comportement avec des dérapages de violence qui aboutissent à la délinquance, tant inventoriée et décriée actuellement. Son apprentissage de la vie ne résulte pas d’un pur hasard. Ce qui remet la famille à sa place de noblesse que certains esprits veulent lui contester en la considérant comme une simple convention sociale. Dans certaines ethnies africaines, qui n’ont pas des formalités élaborées pour célébrer les noces, la vraie union se trouve au niveau de la progéniture, de l’union des deux familles, à travers les enfants qui appartiennent aux deux communautés. Les parents peuvent se séparer et refaire leur vie comme bon leur semble. Les enfants, eux, ne peuvent se permettre un autre père ou une autre mère comme bon leur semblerait. Ils vivent un lien de sang inchangeable.

Le mariage n’est donc pas seulement une institution religieuse, légale ou conventionnelle pour faire prendre à deux êtres, de sexe différent, la responsabilité du devenir de leurs enfants, hêtre humain n’est pas fait pour vivre seul. L’homme est un être solitaire mais solidaire’ qui doit trouver dans son conjoint une complémentarité psychologique et même physique pour son plaisir et sa joie. Naturellement, tous nos actes vitaux, manger, boire, uriner, etc. sont gratifiés par une sensation de plaisir encore plus marquée avec le rapport sexuel pour assurer la pérennité de la race. Mais la sexualité ne consiste pas exclusivement du jeu des organes génitaux, la génitalité, mais de tout un ensemble de comportements, qui, à la longue, confère une qualité de vie à notre existence. La recherche exclusive du plaisir en altère le sens premier et devient annexion, un esclavage de l’individu à ses instincts; malgré que l’homme n’est pas fait pour souffrir.

Cette recherche effrénée du plaisir individuel caractérise les sociétés dites développées. Ainsi le plaisir est confondu avec la joie qui est communicative et qui fait partie de l'essentiel à transmettre aux enfants pour qu’ils trouvent dans leur vie une raison d’être qui leur donne une joie de vivre, en bref le bonheur, qui débouche sur l’autre.''Car sans autrui,je grelotte de solitude’’.

Cet autrui ne peut efficacement jouer son rôle que dans la complémentarité comme les deux bras qui nous pendent de chaque coté de notre corps et dont les actions conjuguées nous permettent de réaliser des merveilles. Les sentiments de tendresse entre deux individus du même sexe est dans la norme des choses et irréprochables. Chacun passe par ce stade de l’homosexualité au cours de son développement affectif lorsqu’il s’intègre à un groupe d’âge pour l’identification de son gendre. Lorsque cette relation comporte l’usage des organes génitaux, l’on parlera alors de pédérastie chez l’homme et de lesbianisme chez la femme, rapports sexuels entre individus de sexe identique.

Comment deux êtres, de sexe identique, peuvent- ils honnêtement éduquer un autre à vivre harmonieusement dans une société où les hommes et les femmes sont appelés à co-habiter ? Comment un garçon peut-il vivre sa virilité, après avoir vécu toute son enfance entre deux femmes qui prétendent s’aimer d’amour tendre ? Ou encore, une fille, sa féminité, n’ayant jamais eu de figure maternelle à laquelle s’opposer pour assouvir son complexe d’Oedipe? Nous devons ici faire l’exception des familles monoparentales, contraintes et forcées de s’en tirer toutes seules. Les statistiques démontrent qu’il existe plus de mères abandonnées que de pères seuls qui s’occupent de leurs enfants.

En fin de compte, il est regrettable de priver un enfant, qui n’a pas demandé à naître, des conditions idéales pour son évolution et son épanouissement, malgré un potentiel inné adéquat, l’entourage n’étant pas à la hauteur pour faire le reste. La loi de la nature étant bafouée quelque part, et le plaisir étant l’objectif premier du couple homosexuel, le devenir psychologique de l’enfant se trouve hypothéqué. Posséder des enfants pour le couple homosexuel, ne serait encore qu’une autre forme de propriété pour le plaisir d’avoir des êtes humains qui leur appartiennent dans leur entourage et auxquels on transmet le même goût de vivre. L’on ne peut donner que ce que l’on apprécie soi-même. Car, après tout, les dispositions légales concernant la vie commune des homosexuels, le PACS, ne visent en premier lieu, que la gestion des biens matériels et leur passation de l’un à l’autre des partenaires intéressés. Il n’est certainement pas question des êtres humains, que sont les enfànts, impliqués dans cette sorte de mariage. Heureusement que certains états, qui autorisent ces mariages, interdisent l’adoption des enfants aux couples homosexuels.

Le devenir de notre société dépend de ces choix contre lesquels des voix s’élèvent avec véhémence pour prévenir une certaine déchéance qui menace la race humaine. La procréation par clonage en est un, avec tous les risques de malformations congénitales imprévisibles. Ce sera la génération des enfants avec des parents absents, comme la brebis Dolly qui n’a ni père ni mère.

La vie ne s’improvise pas. C’est un constant devenir suivant un ordre rigoureux et qui a ses lois auxquelles l’on ne saurait désobéir sans subir les conséquences qui en découlent, l’immuable règle des causes et effets.

Dr Raymond JOHNSON Psychiatre-psychanalyste NB : Article paru dans destins n°20

Publié

Comment reconnaître un “bon” voyant ?

Tester la réalité de la voyance, la Science s’y emploie, mais apparemment sans succès. Il est probable que l’ambiance froide des laboratoires et le scepticisme sous-jacent des "testeurs" ne sont pas des conditions idéales !

Aussi honnête qu’il soit, le voyant, le vrai, peut échouer quand il subit un test cherchant à prouver ses facultés. La divination n’étant pas assujettie à la volonté, c’est uniquement le « don » (faculté immatérielle) qui différencie le vrai du faux.

Comment séparer le bon grain de l’ivraie ?

Il semble que pour la compréhension et la pratique des Arts Divinatoires quant aux personnes qui les consultent, la voyance, la médiumnité, la tarologie, etc, relèvent d’un phénomène conjectural et de ce fait ne peuvent faire l’objet d’aucune certitude.

Par conséquent, tous les professionnels qui affirment donner des dates précises quant à la réalisation d’un événement ne peuvent être que mensongers, et ces mêmes professionnels pourraient être poursuivis, dans certains cas, pour la non-réalisation de la prédiction. Le voyant ou le tarologue n’étant pas tenu à une obligation de résultats, le client peut exiger un remboursement quand un praticien lui affirme avec certitude la réalisation de ses prédictions.

Le voyant est uniquement là pour guider son consultant dans sa situation présente, soutenir, redonner espoir face aux difficultés qu’il a « perçues » dans sa vision. Cette vision va lui permettre de redonner force et courage à son consultant, une énergie accrue et un dynamisme renouvelé pour mener à bien la conduite de sa vie. On voit donc que le rôle du professionnel honnête et consciencieux est un rôle éminemment social.

Et c’est bien parce que les professionnels de la voyance touchent au fait social, que certains d’entre eux s’infiltrent dans ce milieu, rentable et mal protégé. De multiples affairistes, ces commerçants trafiquants de la détresse humaine, officient sans vergogne. Très souvent organisés en véritables industries, ils organisent des réseaux téléphoniques, des plateformes*…, en plus de leurs publicités mensongères et tapageuses, piégeant ainsi personnes âgées, femmes seules, hommes et femmes perturbés en proie à une misère morale qui les fait se raccrocher à n’importe quel « Maître », « Voyant », « Mage de pacotille », tous habiles charlatans aux honoraires extravagants.

Par ailleurs, je peux dire qu’il y a seulement 5 à 6 % de professionnels qui sont capables de faire de la voyance par téléphone. Les autres, un reliquat de 95 %, donnent des conseils (douteux) sans grande efficacité. 75% sont des affairistes, des manipulateurs qui ont l’art et la manière de berner les personnes qui les consultent en toute bonne foi.

Le bon voyant, c’est celui dont les critères de sérieux, de moralité et de compétence sont au-dessus de tout soupçon. En premier lieu, il ne parle pas de lui pour faire durer la consultation, il n’inculque pas la peur et l’angoisse dans l’esprit de son client, il ne cherche pas à lui proposer des travaux occultes imaginaires, il ne doit pas l’encourager à rappeler régulièrement afin de faire le point sur l’évolution de sa situation, car c’est le moyen le plus simple et le plus efficace pour rendre un client fragile dépendant de tels conseils, il ne fait pas de démarchage à domicile pour proposer ses services de voyance, il ne fait pas du chantage ou des menaces à son client mécontent. Il respecte la vie privée de son client et s’interdit de la divulguer à son entourage, même le plus intime. Secret professionnel oblige.

Le bon voyant informer son client sur ses honoraires, qu’il a affiché dans son cabinet. De 20€ à 100€, c’est une honnête rétribution pour une durée de 30 minutes à 1 heure de voyance en cabinet. Au delà de cette somme, nous considérons à l’INAD qu’il s’agit d’un abus. Quant à la voyance par téléphone qui représente aujourd’hui le moyen le plus rapide pour consulter un professionnel de la voyance, usurpateur ou authentique, il est important de savoir que ce type de consultation est souvent, à de rares exceptions près, illusoire et sans intérêt et ce type de consultation ne devrait pas dépasser 70 €, pour une durée de 1/2 h à 1h, quelles que soient les compétences proclamées par le praticien. L’important est de ne pas se tromper et d’éviter les professionnels et autres cabinet(s) spécialisé(s) dans le commerce de la voyance mercantile et illusoire.

Le bon voyant, c’est celui qui vous révèle, sans vous poser de question, ni vous demander votre date de naissance, l’objet de votre sollicitation. Il ne vous débite pas des généralités flattant votre ego et ne vous extorque pas des détails concernant votre vie privée, détails qu’il s’empressera d’enjoliver et qui lui serviront de canevas pour sa consultation.

Si un voyant vous affirme que vous êtes envoûté ou environné d’ondes négatives… provoquées par votre entourage familial ou social, ou encore du fait d’un rival (rivale) sur le plan sentimental, et que dans ce cas de figure il pourrait vous délivrer de cette action occulte, moyennant une grosse somme d’argent, c’est probablement un affairiste ou un charlatan. Il s'agit d'un piège classique, car dans le domaine de l’ésotérisme on ne doit pas demander d’argent, l’on donne ce qu’on « veut ».

Y.SISSAOUI Président de l’INAD

  • Il n’est pas inutile de rappeler, en vertu de l’article 313-9, les personnes morales, en particulier les sociétés commerciales, peuvent être déclarées responsables pénalement des infractions définies aux articles 313-1 et 313-4…

Ce sujet (légèrement réactualisé) est paru dans INAD-C0NS0MMATURS HS.

Publié

Voyance ou escroquerie ?

J’ai eu de la difficulté à trouver de l’information de qualité pour écrire cet article. En fait, j’ai découvert un univers flou, difficile à cerner avec précision… Je voulais savoir objectivement ce qu’était la voyance mais à la place je n’ai trouvé que des publicités m’incitant à une consultation gratuite. OK! J’ai fini par savoir ce qu’est la voyance, en fouillant à gauche et à droite, mais je n’ai pas du tout aimé l’enrobage.

En tapant le mot « voyance » dans la petite boîte de recherche Google, on voit apparaître une kyrielle de sites tous plus commerciaux les uns que les autres. On se demande alors, et avec raison, si nous ne sommes pas face à une escroquerie monumentale, escroquerie qui se nourrit de la détresse psychologique et sociale des gens de cette planète. Car n’oublions pas, le phénomène est mondial. Partout, les arts divinatoires ont une place de choix dans nos sociétés si éclairées et combien évoluées… En effet, la voyance est un phénomène qui fascine l’être humain depuis la nuit des temps. En réalité, on devrait parler d’un marché, d’un énorme marché où des milliers d’emplois sont en jeu.

Une réelle industrie… En France seulement, les arts divinatoires représentent une industrie de 3,2 milliards d’euro. 15 000 000 consultations annuelles! 100 000 professionnels. Comment se retrouver dans tout ce cirque? Les escrocs pullulent. Les plaintes s’accumulent. Or, tout continue comme si de rien n’était…

L’INAD à la rescousse Fort heureusement, il existe un organisme à l’échelle nationale, l’INAD, voué à la défense des consommateurs charmés par les arts divinatoires et les sciences occultes. Cette organisation a élaboré et proposé une charte morale et professionnelle à l’ensemble de l’industrie. Cependant, tout n’est pas rose pour l’INAD. Il est souvent victime d’intimidation…

Un don à la naissance Je répète donc mon titre : la voyance, don ou escroquerie? Pour moi, il ne fait pas de doute que certaines personnes ont reçu le don de voyance à la naissance. Mais d’où me viens cette certitude? Elle me vient de mes lectures, de témoignages de proches qui disent avoir eu affaire un vrai voyant ou à des films saisissants sur le sujet. Vous le voyez donc, je n’ai rien de concret à offrir comme preuves.

Mais qu’est-ce que la voyance au juste? Certaines personnes, en contact avec un autre être humain, peuvent percevoir des flashs, des intuitions au sujet du passé, du présent et du futur de cette personne. D’une grande sensibilité, elles peuvent percevoir odeurs, bruits, saveurs qui lui sont étrangères. Ces flashs ne durent que le temps de l’éclair. Au voyant à décoder ce que cela veut dire.

Comment trouver un vrai voyant? Il faut évidemment tabler sur la renommée et sur le bouche à oreille. En votre présence, un bon voyant ne pose pas de questions. Il explique simplement ce qu’il voit de ses flashs qui lui traversent l’esprit. Il peut utiliser un support comme une boule de cristal, des cartes du tarot, la numérologie ou faire de la voyance pure sans support et avoir directement des flashs.

Je n’ai qu’un seul mot à ajouter pour conclure mon enquête sommaire : si vous avez absolument besoin de consulter un voyant, ouvrez l’œil… et le bon!

Alma Diaz ( Québec)

INAD : nous publierons prochainement un sujet : Comment reconnaître un bon voyant !

Publié

Audiotel et manœuvres frauduleuses

Audiotel et manœuvres frauduleuses

Je vous écris afin de vous tenir au courant d'une mésaventure que j'ai eu avec le cabinet de voyance Cosmospace. il y a 2 jours.

J'ai reçu le message suivant sur mon portable le 19 aout dernier, le jour de mon anniversaire:

"ESME: Joyeux anniversaire M…! Je pense bien fort à vous en ce jour très important. Si besoin appelez moi au 01 77…. – 15 € 10mn"

En effet je connais un peu cette personne dénommée Olga, à tort ou à raison j'étais en confiance avec elle. Je l'ai consulté la semaine dernière je pense lemercredi 28 octobre ou le lendemain, pour une question, cela a duré 10 minutes, elle m'a prévenu au bout de 10 minutes que les 10 minutes étaient bien dépassées, nous avons mis fin à la discussion et j'ai été débitée de ma carte Bleue d’un montant de 15 euros comme il était prévu. Je n'ai donc pas eu de surprise ; c'était bien un acte volontaire et conscient de ma part.

Il y a 2 jours le mercredi 4 novembre 2009 j'ai reçu le message suivant;

"INFO MEDIUM: Je dois vous parler en urgence M…: Vos cartes montrent un départ. Appelez-moi vite SVP, mon tel direct: 04 92 …. (10min-15€)" et ce message n'avait pas de signature.

A postériori je me rends compte que je suis tombée dans ce piège, je me suis inquiétée, j'ai pensé que ce message venait de Olga, vu notre communication récente, j'ai appelé mercredi après-midi, ce n'était pas un numéro direct mais le secrétariat de Cos… j'ai demandé à parler avec Olga; On m'a proposé d'appeler à 17 heures car elle n'arrivait qu'à 17 heures. J'ai donc rappelé à 17 heures, j'ai expliqué que j'ai reçu ce SMS, on, m'a dit si vous l'avez reçu ce message ce matin, ça ne pouvait pas être de la part d'Olga, je vous passe la personne qui a eu ce ressenti pour vous, elle s'appelle Françoise.

J'ai eu donc Françoise, elle me dit bien sûr qu'elle ne me connait pas, mais elle voit un changement rapide dans ma vie, est ce que tout va bien? Pourquoi j'ai été triste ces derniers jours?

Je réponds que tout va bien...Elle insiste à dire que ça ne va pas, " je vois des choses alors que vous dites que tout va bien, est ce que vous n'avez pas de problème avec votre mari, je pense qu'il ne parle pas beaucoup, que s'est il passé en juillet? Je réponds rien, je ne vois rien, nous étions occupés et tracassés par notre déménagement mais rien de grave. Et cette maison, je suis sûre qu'il y aura un problème, il n'ya pas un problème d'humidité par hasard?...etc.

Elle me dit je vois tout de même un changement qui peut être négatif comme positif, faites attention M…., faites attention à votre vie, je pense que votre mari ne veut pas la même chose que vous... N'étant pas d'accord avec son raisonnement, j'ai continué à parler, je lui ai même dit:" vous me faites peur !...

En fait je me rends compte que j'ai raconté ma vie, j'ai été branchée sur des sujets sensibles du passé, j'ai raconté alors que je n'avais aucune question sur le passé…,

Vous imaginez que les 10 minutes sont vite passées, elle ne m'a pas demandé si je souhaitais continuer au delà, (tarif 7,5 euros le minute).

La communication a été coupée une fois, j'ai rappelé, j'ai dit qu'on a été coupé mais ça va être très cher, la secrétaire m'a dit vous allez lui dire au revoir. J'ai eu de nouveau Françoise, avant toute chose j'ai dit que ça va être trop cher pour moi, est ce qu'on peut considérer comme une nouvelle consultation avec le forfait de 10 minutes pour 15 €. Elle ne m'a pas répondu, pensant que c'était le cas et juste pour finir la phrase, on a parlé et je n'ai pas vu le temps passer, je n'avais pas de montre à la main.Elle avait toujours des choses à me dire, elle changeait de sujet, et votre belle famille ? Ec. etc. Et bien entendu, jamais des choses très plaisantes pour m’ intriguer .

J’ai dit à cette voyante et plusieurs reprises au moins 4 ou 5 fois : « maintenant je vous laisse, je dois vous laisser, elle ne mettait pas fin à la conversation, elle voyait soi-disant encore des choses, encore une chose à vous dire, encore un conseil, et si vous voulez m'envoyer un message ou des photos voici notre adresse mail...etc. Moi, je n'arrêtais pas de lui dire vainement : « oui, oui je vous laisse.. »

On me dit ensuite que la consultation m'a couté 15 € d'abord plus 502 euros. Ceci a été confirmé par un SMS que j'ai toujours sur mon portable. Inutile de dire que j'ai été en colère, j'ai protesté, j'ai eu le responsable qui était désolé mais sans solution, hormis un paiement en 2 ou 3 fois, ou alors un forfait avec Françoise d'un montant plus cher de je crois 700 euros, m'engageant de nouveau à consulter Françoise dans le futur, j'ai dit que cela ne m'intéressait pas, surtout pas avec Françoise, qui m’a piégée et a que j'ai demandé plusieurs fois à mettre fin à la consultation mais elle a continué à me parler, et à m'intriguer.

On pouvait rester des heures au téléphone à parler de tout et n'importe quoi, pour moi ce n'était ni de l'astrologie ni de la voyance mais un abus de confiance, une technique commerciale malhonnête!

Je dois dire que je ne me suis pas sentie bien après cette conversation….

Au total j’ai été débitée de 15 € plus 442,50 euros!

C'est abusif, monstrueux… J'ai fait une erreur, je n'aurais pas dû faire confiance, je n'aurais pas dû. Je leur ai dit que ce ne sont pas des pratiques honnêtes, je suis prise au piège, ce n'est pas normal d'envoyer des messages à des personnes qui n'ont rien demandé, ils n'ont rien voulu savoir.

Finalement étonnée de ce qui s'est passé, j'ai voulu avoir Olga au téléphone pour savoir si le fameux message venait d'elle. J’ai eu plusieurs interlocuteurs visiblement des secrétaires au téléphone, avec à chaque fois une version différente:

Une personne m'a dit : Non ce n'est pas Olga, c'est son binôme qui vous a envoyé le message, j'ai demandé si le binôme avait mes coordonnées téléphoniques? "Oui car ils travaillent ensemble m’a- t- on dit. C'était curieux de voir que quelqu'un qui ne me connaissait pas pouvait avoir un ressenti pour moi!...

J'ai protesté je les ai traités d'arnaqueurs et on m'a raccroché au nez, bien que toujours très polie au et très commercial au téléphone!

Voilà aujourd’hui je fais appel à vous. Je ne comprends pas comment des cabinets d'escroqueries de ce genre puissent exister, comment ils abusent de la confiance et du mal être des gens de notre société pour gagner de l'argent d'une façon malhonnête.

Je pense qu'il est temps de les dénoncer massivement, pour éviter d'autres victimes.

Maria*. Le vrai nom a été remplacé par un pseudonyme

Publié

interview exclusive

HUMOUR

Interview exclusive du Grand mage Kivatnikeh

Devant la polémique soulevée par l'existence des audiotels, nous avons décidé d'aller interviewer le plus honnête des voyants-médiums-astrologues-tripier-tapissier, le grand mage Kivatnikeh. Après douze heures de micheline, nous l'avons retrouvé dans sa modeste villa de 567m² au bord de la Méditerranée. Le grand mage Kivatnikeh nous a reçus au bord de sa piscine d'eau de mer. Buffy Brinogène: Grand mage, vous semblez fatigué. Du surmenage à cause de votre célèbre dévouement pour autrui? Mage Kivatnikeh : C'est exactement cela. Hier soir j'ai organisé une petite fête pour célébrer mon cent millième client. Ça s'est terminé vers 9 heures ce matin. Oui, j'avais fait venir un DJ d'Australie. Il faut bien aider les jeunes talents. BB: Votre sérénité, beaucoup de Français ont souffert de la crise. Comment avez-vous vécu cette période difficile? MK: Et bien, j'ai été très préoccupé par ce que vivait mes compatriotes. J'ai réfléchi à ce que je pouvais faire pour eux. Et je dois dire que la période a été très... productive. J'ai quadruplé mon chiffre d'affaires. BB: Votre magnificence, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, vous vendiez des potions amaigrissantes dans l'Aveyron. Aujourd'hui vous possédez une véritable entreprise. Comment en êtes vous arrivé là? MK: Laissez moi vous dire une chose. Dire au gens que leur amour va revenir, leur promettre le gros lot du loto, vendre de la poudre de perlimpinpin, ça paye bien. Mais ça prend un temps fou de baratiner les gens. Alors j'ai eu une idée lumineuse: faire travailler les autres. BB: Vous avez laissé tomber la voyance? MK: Pas du tout. Est-ce qu'on tue la poule aux œufs d'or? Bien au contraire, j'ai appliqué la taylorisation à la voyance. En gros, je paye, fort peu, des gens pour travailler à ma place. Et je vends, très cher, un service bidon à des gogos. BB: Vous faites travailler des voyants? MK: Surtout pas. Les vrais voyants coûtent trop chers. Et puis au bout d'un certain temps ils ont des remords. Bon, j'en connais quelques uns qui s'arrangent avec la moralité, histoire d'arrondir les fins de mois. Mais ceux-là préfèrent se la jouer perso. Je ne vais pas les blâmer. J'ai commencé comme eux. Non, moi je fais travailler des étudiants, des chômeurs … BB: Vous avez ouvert une école de voyance? MK: Non, mais vous me donnez une idée. Une école de voyance, des cours bidon, un joli diplôme en carton pâte. A deux mille euros le stage d'une semaine, ça peut être rentable de se diversifier. BB: Alors ces étudiants, vous les sortez d'où? MK: De la fac pardi. Vous savez quand on est étudiants, on doit payer son logement, ses fournitures, sa nourriture. Pas facile quand les parents ne peuvent pas aider financièrement. Moi je leur offre un job et je leur permets de survivre. BB: Ça consiste en quoi ce job? MK: Raconter des bobards à des personnes qui sont dans la mouise et qui veulent qu'on leur dise que ça ira mieux demain. BB: Et c'est bien payé? MK: Oui. Je leur donne 4 euros par heure générée. BB: 4 euros par heure de travail? C'est pas cher payé. MK: Ah non. Je n'ai jamais parlé d'heure de travail. J'ai dit 4 euros par heure générée. C'est-à-dire par heure de consultation. BB: Ils ont des connaissances ou un don, ces étudiants. MK: Non, ils ont juste besoin d'argent. BB: Et si un de vos pseudos voyants n'attire pas de clients? MK: Il n'est pas payé. BB: Pardon grand mage, mais c'est de l'exploitation. MK: De l'exploitation? Je dirai plutôt que c'est une chance pour eux. Les petits boulots ça court pas les rues ces temps-ci. Pour un jeune, le choix se limite entre le fast-food, la voyance bidon ou la prostitution. Le fast-food ne peut pas faire travailler tout le monde. La prostitution ça rapporte mais ça donne froid aux fesses. Moi je leur permets de travailler bien au chaud, chez eux, tout en étudiant. Et puis c'est ça ou rien. BB: Charmant. Et du coté des consultants, ça se passe comment. MK: Les gens appellent, attendent, rappellent. Ils sont invités à retenter leur chance le lendemain. Et oui, qui sait, on peut toujours avoir de bonnes nouvelles le lendemain. Alors ils rappellent, rappellent et rappellent encore. C'est comme pour le loto, ils tentent leur chance tous les jours. Mais au final, c'est moi qui gagne le gros lot. BB: Ils sont si nombreux à faire appel à vos services? MK: Que voulez-vous, en temps de crise, les gens doivent faire face à des tas de problèmes. Alors ils se raccrochent à ce qu'ils peuvent. Les gens sont devenus si égoïstes qu'ils se foutent des autres. Du coup, quand ils ont des problèmes, ils n'ont personne à qui se confier, personne pour les soutenir. Moi je leur fais croire qu'ils ont trouvé une oreille attentive. Je suis comme un ami pour eux. Un ami payant, c'est tout. En ce moment, ce qui marche bien, c'est l'emploi. Et puis il y a les valeurs sûres comme le retour d'affection et le gros lot du loto. Ça c'est indémodable. BB: Vous continuez à proposez des travaux occultes, alors. MK: Officiellement, non. J'ai même inscrit sur mon site internet que la déontologie interdit ce genre de pratique. Mais quand le client est bien ferré, on lui propose un petit truc en plus. Un galet ramassé sur la plage et revendu comme pierre astrale rapporte 2000 euros. Il ne faut pas laisser passer une occasion de payer ses impôts. Je ne suis pas l'Abbé Pierre. Tenez, le must en matière d'arnaque, c'est la poudre magique obtenue après un rituel connu des seuls initiés qui se déroule les soirs de lune rousse dans un coin perdu de l'Afrique. Je vends ça de 5000 à 25000 euros. Mais attention, je suis honnête. Chaque fois que je m'offre un safari, je ramasse de la latérite dans les jardins de l'hôtel où je descends. J'ai une conscience. BB: Vous n'avez pas honte par moment de profiter de la détresse grandissante des gens? MK: Pas du tout. Car après tout, tendre la main, même si c'est pour taxer le portefeuille, c'est toujours tendre la main. C'est le geste qui compte, vous savez. BB: Et vous les trouvez où ces gogos? MK: Voyons, il suffit de sortir dans la rue pour en ramasser à la pelle. BB: Vous faîtes du racolage? MK: Qu'allez-vous chercher là? Je travaille mon image, c'est différent. J'adopte quelques pseudos, je réponds à quelques questions sur les forums de voyance, j'offre une question gratuite, je passe des petites annonces sous différents noms, j'ai deux sites internet où je propose d'aider les gens. Je prône même une certaine déontologie. J'appâte le client quoi! BB: Et que se passe-t-il quand le client mord à l'hameçon? MK: J'écoute, je caresse, je fais peur pour mieux rassurer, j'offre toujours plus de services. Tout y passe, voyance, tarots, astrologie, magie, envoûtement, maladie, mauvais œil. Le principal est de fidéliser la clientèle, puisque chez nous, un client heureux est un client qui paye… Même s'il n'a pas les moyens. BB : Vous pensez ouvrir une annexe d’un service audiotel à l’étranger ? MK : C’est déjà fait. J’ai déjà une plate forme en Tunisie et ça marche du tonnerre de Dieu.

Buffy Brinogène

Publié

Voyance : le nirvana des escrocs

La multiplication des cabinets de voyance "bidon" ne présage rien de bon quant à l’avenir de la profession des arts divinatoires, d'autant plus que la majorité de ces cabinets sont dirigés par des individus dénués de scrupules, faisant commerce de la détresse humaine qui peut rapporter gros.

La recrudescence des escroqueries à la voyance au sein de certains cabinets audiotels devient extrêmement préoccupante. D'autant que la pratique des arts divinatoires ne fait toujours pas l'objet d'une réglementation. Ainsi, n'importe qui peut se prétendre voyant, médium ou marabout. Et ce même n'importe qui peut faire n'importe quoi de ses "clients-victimes", du moment qu'il est en règle avec le fisc et l'URSSAF.

Du coup, de nombreuses personnes sont victimes au quotidien des méfaits d'un grand nombre de marabouts usurpateurs, de spécialistes en travaux occultes qui vendent du vent, ou encore de pseudos voyants qui s'autoproclament experts, conseillers ou psychothérapeutes. Et que dire de la prolifération des cabinets audiotels, véritables usines à fric, qui « emploient » des individus sans états d’âme dont les compétences en matière de voyance sont d’une nullité affligeante. Ou qui, à l'inverse, exploitent sans vergogne des voyantes et des voyants qui pensaient œuvrer dans un esprit altruiste. La majorité de ces cabinets profite de moyens financiers importants pour attirer le client. Le problème est que ces mêmes cabinets ont l’art et la manière de fidéliser ledit client jusqu'à le rendre dépendant, un peu comme les sectes. C’est ainsi que des personnes particulièrement fragiles ont été délestées de dizaines de milliers d’euros pour rien. Ces personnes, malades, âgées ou isolées doivent alors faire face à des problèmes financiers en sus des autres écueils de la vie. Car il faut bien le dire, la plupart des "voyants" qui interviennent au sein de ces cabinets audiotels ne voient ni ne ressentent rien. Tout juste savent-ils faire preuve d'un semblant de psychologie. Mais qui peut reprocher à un chômeur de vouloir travailler et gagner sa vie? Personne. Notre civilisation est bien plus barbare qu'elle ne veut le faire croire, et dans la jungle humaine, le malheur des uns permet aux autres de survivre. Et du haut de leur promontoire les vrais prédateurs, les responsables de ces cabinets, se délectent de cet argent salement gagné.

Aux yeux de certains "prétendus professionnels", la voyance ne représente plus cet art millénaire, ce don utile et indispensable pour aider, éclairer, réconforter ses semblables. Ils ont souillé cet art pour en faire un véritable commerce de la détresse humaine. Dès lors la voyance est devenue un vivier rentable pour les spécialistes de la manipulation mentale et de l’exploitation des personnes fragiles et vulnérables. Pour eux, plumer une personne en souffrance est devenu une activité lucrative et un plus pour atteindre le nirvana des escrocs.

Il y a de bons, de très bons voyants, médiums et astrologues. Et leur rôle social est indéniable. Il est triste de constater que seule une poignée d'entre eux ose élever la voix pour dénoncer ces dérives constantes. Tous les autres demeurent désespérément silencieux, préférant la technique de l'autruche à l'implication. Nul ne peut les blâmer, cependant ils seront les premiers à hurler au scandale lorsque les escroqueries auront été si nombreuses et importantes que la pratique des arts divinatoires sera purement et simplement interdite. Car à trop tirer sur l'élastique, il finit par lâcher. Tolérée par l'Etat car indispensable à beaucoup de nos concitoyens, la pratique des arts divinatoires est appelée à disparaître si les praticiens ne se donnent pas les moyens de ramener la balance du coté lumineux. Seule la solidarité entre voyants, astrologues, médiums, peut redonner confiance aux clients.

Nous rappelons que la consultation d’un voyant une voire deux fois par an est amplement suffisante. Par conséquent nous recommandons aux consommateurs qui font appel aux services audiotels de ne pas consulter plusieurs voyants et ce, quelle que soit l’insistance ou les encouragements de la personne qui travaille sur le site en cause. Bien entendu chacun est libre de dépenser son argent comme il veut. Le dépenser à bon escient et surtout pour un service véritablement rendu c’est encore mieux. Et c'est parfait quand on fait en sorte de conserver son libre arbitre.

Enfin, les honoraires élevés demandés voire exigés par certains praticiens, qu'ils soient connus ou méconnus, nous paraissent exagérés voire, pour quelques uns d’entre eux (elles), inversement proportionnels à leur compétence. Quant à celles et ceux qui encouragent les clients à revenir en consultation afin de faire le point, ils ne sont rien d'autres que des margoulins dénués de toute morale.

Rappelons enfin qu'une consultation de voyance ou d’astrologie doit être rémunérée à sa juste valeur. Menée dans le respect du consultant, de son intégrité psychique, elle ne devrait faire l’objet d’aucune contestation par le client dès l'instant qu'elle est le résultat d'une démarche librement consentie et non d'une suggestion ou d'un ordre. Il appartient donc au professionnel rigoureux de ne pas profiter de son ascendant pour imposer aux personnes fragiles des consultations régulières, en cabinet ou par téléphone. Car c'est là que commence le commerce de la dépendance, susceptible de conduire les esprits faibles aux pires extrémités.

Publié

Visions surnaturelles

Les visions font parties de nos perceptions du monde à l’aide de nos sens. Les oreilles perçoivent les sons, la langue les goûts, le nez les odeurs, le toucher les formes et les températures et les yeux apprécient les formes et les couleurs ainsi que les lumières et l’obscurité. Ce sont alors les visions qui peuvent être de différentes natures. Les visions naturelles sont celles qui sont perçues objectivement par un certain nombre de personnes. Ces visions peuvent être qualifiées de consensuelles, puisque leur réalité peut être confirmée par plusieurs personnes. Les visions pathologiques revêtent un caractère singulier qu’il faut savoir discerner par rapport au terrain où elles se produisent. Ce sont, en premier lieu, les hallucinations caractéristiques de certains psychotropes, effets recherchés par les toxicomanes. Ces perceptions peuvent être auditives, visuelles, cénesthésiques qui se localisent au niveau de la peau sous forme de fourmillement ou de présence de toile d’araignée. Dans les crises de délirium trémens, le patient signale des petits avions qui volent dans sa chambre, ou encore des bêtes noires menaçantes qui déclenchent sa violence, dangereuse pour son entourage. Ces visions seraient dues à des altérations chimiques de la myéline, constituant des neurones, et qui produisent ainsi dans l’encéphale des images parasites du système nerveux. Les visions oniriques qui se produisent pendant le sommeil et qui sont liées au déroulement de ce dernier. Il s’agit de productions de notre inconscient au moment où nos sens ne nous relient plus au monde extérieur. Nos fantasmes peuvent donc se donner libre cours et se livrer à des processus de défoulement que sont les rêves, et même les rêves prémonitoires, qui ressortent du domaine de la parapsychologie. Ces représentations sont le plus souvent liées à du déjà vu. Ce qui veut dire que nous pouvons parfois, nous échapper des contraintes sociales que peuvent nous imposer les sens, pour nous permettre d’évoluer dans les champs des interdits.

Il y a le cas des délirants, dont les perceptions sont faussées par l’existence d’une maladie organique telle qu’une méningite, une encéphalite ou une fièvre élevée dans le paludisme ou même une tumeur à localisation cérébrale spécifique. Notons les mirages perçus par les naufragés du désert, images qui disparaissent avec la soif. Malgré le caractère particulier et fugace de ces perceptions, elles ne peuvent être considérées comme surnaturelles. Même la vision du Christ, marchant sur l’eau, est bien un phénomène surnaturel, mais pas une vision, car elle était perçue par la foule des disciples.

Les visions surnaturelles apparaissent à des personnes saines de corps et d’esprit qui peuvent en faire fidèlement la narration qui peut être crédible et ultérieurement confirmées par les évènements annoncés par le sujet de la vision. En commençant par l’Annonce faite à Marie qui a complètement bouleversé l’histoire du monde en marquant considérablement la civilisation chrétienne. Avant cela, l’épisode du buisson ardent, qui ne se consumait pas, confirmait la mission sacrée confiée au prophète témoin par le Seigneur. Toujours est- il que les visions surnaturelles sont destinées à des personnes hors du commun, désignées pour porter la responsabilité des conséquences. Des voix ont intimé à Jeanne d’Arc, à Domrémy de voler au secours de la France en péril et d’amener le roi se faire sacrer à Reims. Les dix huit apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, à la grotte de Massabielle à Lourdes et dont on fête les cent cinquante ans cette année, nécessite une attention particulière pour illustrer le caractère de ces visions. Seule Bernadette pouvait voir et entendre la dame, éblouissante de blanc vêtue, qu’elle ne connaissait pas et qui lui donnait un message à transmettre aux fidèles. Et pourtant, elle était suivie par une foule qui ne voyait ni n’entendait rien. Pour confirmer la réalité des récits, il a été ordonné à un aveugle de se laver le visage avec l’eau de la source creusée par Bernadette sur l’ordre de la dame, l’aveugle a retrouvé miraculeusement la vue. Ensuite, l’apparition a révélé son nom à Bernadette, une analphabète, pour le communiquer à l’Abbé Peyrevalde, le curé des lieux, qui s’était étonné qu’une illettrée puisse connaître l’existence de l’immaculée Conception ; une autre preuve que les visions étaient surnaturelles. Les temps n’ont pas démenti les messages de ces apparitions et Lourdes est, à présent, l’un des hauts lieux de pèlerinages dans le monde.

Les visions surnaturelles nous interpellent sur le monde dans lequel nous vivons et qui ne serait pas limité à ce que nous pouvons en apercevoir seulement, ce que peuvent saisir nos sens. Il doit exister au-delà de nos facultés de percevoir un autre monde, qui s’inscrit comme irrationnel. Cet au-delà serait à la limite, la frontière entre le rationnel et l’irrationnel, qui nous fait dire, dans nos traditions africaines que: «les morts ne sont pas morts ». Ce monde de l’au-delà, qui est une réalité dans l’existence de l’Africain, fait partie de sa cosmogonie. Ce monde l’angoisse, par ce qu’il demeure inconnu, le rassure, par ce que le terme de sa vie n’est pas le néant, mais le motive pour se préparer à s’y retrouver avec les siens, les ancêtres qui l’y ont précédé ; d’où l’importante de la religion dans nos cultures.

Être relié à d’autres et ne pas vivre dans l’isolement, caractérise l’image du bonheur ici-bas. Ce n’est nullement l’individualisme et la jouissance à tout prix, comme objectif de l’existence, encouragé par le monde moderne de productions et de consommations, qui donne sa valeur à une vie réussie, par ce qu’on a réussit dans la vie. Une vie réussie est toujours une vie partagée en demeurant pourtant enrichissante. Comme l’a écrit le Dr A. Schweitzer: «L’amour est la seule chose qui se double lorsqu’on le donne »,

Il est bien probable que les visions surnaturelles ne manquent pas à notre époque de technologie avancée. Mais les visionnaires modernes seraient en mal de discerner l’impact des spots publicitaires outrancières et la pureté d’une vision dénuée du conditionnement mental dû aux médias et au cinéma, où les situations les plus extravagantes, qui dépassent l’imagination, sont mises en scène. Les visions surnaturelles constituent des clins d’œil de ce monde qui reste énigmatique, sauf lorsque la religion ou les traditions nous rassurent sur sa réalité comme la destination, le lieu ultime de la punition ou de la récompense pour notre âme immortelle, de ce que nous aurons fait de notre existence. Car à l’approche de la mort, les sentiments de l’homme seraient un résumé de tout son vécu, une prise de conscience inévitable de ce que l’on aura fait de son temps, que l’on aurait investi dans la tromperie et la vanité des choses, ou la réalité et l’enrichissement de la relation avec autrui dont le temps se conjugue avec le mien et qui; à la limite, est mon ESPERANCE.

Dr.Raymond JOHNSON Psychiatre. Psychanalyste

Publié

Voyance, audiotels et abus divers

Ce site a été initié dans le but d'informer les consommateurs sur les arts divinatoires, leur pratique, leurs bienfaits mais aussi les abus que l'on rencontre de plus en plus souvent. Il permet également à tout un chacun de s’exprimer librement, de faire part de ses observations ou suggestions, de donner son avis sur des pratiques réelles ou supposées, de témoigner et de donner des conseils aux victimes de praticiens indélicats. Enfin, il nous apparaît important de rappeler que les commentaires ne sont pas une plate forme pour faire sa propre publicité. Afin de réponde aux observations, aux interrogations et aux provocations particulièrement injurieuses, insultantes et diffamatoires, qui ont été volontairement supprimés (mais archivées car une plainte a été déposée à l’encontre de leurs auteurs), il nous a semblé opportun de rappeler que l’INAD est une association qui existe depuis 21 ans, et dont le but est la défense des consommateurs et la moralisation d'une profession qui baigne dans un flou artistique le plus total. En effet, cette activité des arts divinatoires n’est soumise à aucune surveillance à aucun contrôle et la loi dans ce domaine précis est totalement inadaptée. Elle permet à des individus constitués en véritables lobbies, sans foi ni loi de faire la « pluie et le beau temps » au détriment des consommateurs. Au sein de l'Inad, chacun est bénévole, ne bénéficie d’aucun salaire ni d’aucun avantage ou privilège

L’INAD c’est quoi au juste ? Un organisme qui tente d’écarter d'une profession déjà très décriée tous ceux qui profitent de la détresse humaine pour faire de l'argent: voyants voyous, escrocs, charlatans, mages de pacotilles, marabouts "bidon" en djellaba ou en gandoura, services audiotels, dont la majorité sont une véritable plaie pour l’ensemble de la profession. Vous pensez que c’est une utopie, un rêve insensé ou une malveillance délibérée de la part de l’INAD de vouloir faire la lumière sur une pratique dont le chiffre d’affaires est gigantesque? Pour répondre à ces interrogations, contrairement aux dires malveillants de certains professionnels peu scrupuleux, l’Inad ne poursuit aucun but personnel, lucratif et encore moins malveillant envers qui que ce soit. L'Inad n’a aucun rôle de gendarme de la profession. Son objectif est d’éclairer le consommateur afin de lui permettre d’évoluer en toute quiétude dans le monde de la voyance et des arts divinatoires, mais aussi et surtout de sensibiliser et de faire prendre conscience à tous les professionnels responsables qu’il est de leur devoir d’être solidaires car cette activité, pourtant utile à nos semblables, risque de disparaître ou d'être sérieusement malmenée par la faute de manipulateurs professionnels et véritables commerçants de la détresse humaine.

Il est important de savoir que, lorsqu’une personne victime d’une escroquerie ou d’un abus de faiblesse fait appel à l’INAD, cette association fait tout son possible pour trouver un arrangement amiable avec les auteurs de méfaits qui ne sont souvent ni plus ni moins que des délits. A défaut d’un arrangement, l’INAD donne son avis à la victime et lui laisse la liberté, en dernier ressort, soit d’abandonner toute poursuite, soit de déposer plainte contre le ou les responsables d’abus..

Les services audiotels On reproche à l’INAD d’accepter comme membres adhérents quelques cabinets de voyance spécialisés dans les services audiotels. Il est bien évident que l’acceptation de ces cabinets est non seulement rare mais surtout limitée à ceux qui ont pris l’engagement de respecter les règles édictées dans la charte morale et professionnelle mise au point par l'Inad. Les bénévoles de l’Inad peuvent se féliciter des résultats obtenus pour le compte des victimes d'abus de la part de certains cabinets adhérents ou non. En effet, à la suite de l’intervention de l’Inad, les rares services audiotels adhérents à l’INAD ont toujours remboursé les plaignants pour respecter leurs engagements vis à vis de la charte morale à laquelle ils ont souscrit et qui les engage. Est-il nécessaire de rappeler que l’Inad ne donne pas un blanc sein à ses adhérents, qu’ils soient professionnels individuels ou services audiotels? Bien au contraire. S'agissant des services audiotel, ceux qui ont souscrit à la charte de l'Inad redoublent de prudence et font preuve de responsabilité car, ils savent que l'Inad n’offre aucune garantie de façade mise à la disposition de professionnels pour leur permettre d’attirer une clientèle potentielle. Qu'il s'agisse des membres de l'Inad ou des autres professionnels, l'Inad entend bien poursuivre son action de prévention, d'information, de conseil et de médiation envers les consommateurs et les professionnels des arts divinatoires.
L’INAD n’a aucun pouvoir juridictionnel ni de médiation officielle. Impossible donc, pour l'association, d'imposer une quelconque solution. Cependant l’INAD intervient régulièrement dans le cadre de ses attributions associatives pour trouver un compromis amiable de nature à satisfaire les parties en conflit. A défaut, l’INAD donne avis, conseil et aide aux victimes de praticiens indélicats qui souhaitent déposer une plainte auprès du parquet. L'association assiste également la victime tout au long de l’instruction de la plainte avec le concours d’avocats choisis par elle.

Il est bien évident que l’on ne doit pas se voiler la face et laisser fleurir les services audiotels dont beaucoup, il faut le reconnaître, sont devenus un véritable piège pour les personnes fragiles, en situation de faiblesse ou de détresse. Les responsables de ces services ont compris que certaines personnes en grande détresse morale peuvent vite être fidélisées au point de devenir addicts à la voyance et à certaines pratiques chimériques. Brefs, des victimes faciles à plumer en toute impunité. Pourquoi ce genre de pratique? La réponse tient en quelques mots : lesdits services audiotels ne sont soumis à aucune réglementation, à aucun contrôle. Ils peuvent donc exploiter les consommateurs comme les voyants (vrais ou faux) en les rémunérant à hauteur de 4,50 € de l’heure générée, c'est-à-dire l’heure réellement travaillée. Nous sommes loin du salaire horaire minimum imposé par la loi qui est de 8,74 € de l’heure. Pour faire du chiffre, les faux ou vrais voyants sont alors obligés de faire de l'abattage.
En outre l’absence de confidentialité des consultations en ligne est totalement contraire aux règles élémentaires de consultation de la voyance qui relève du secret professionnel autour de la vie privée et de l’intimité même des consommateurs. Il est bien entendu que tous les services audiotels ne sont pas à mettre dans le même panier mais il n’en demeure pas moins que le procédé en soi est très généralement critiquable et que l'on constate des dérives permanentes.

Partant de ces constatations, l'Inad soumet différentes propositions telles que: - rendre public le nom des responsables de tout site audiotel, - imposer la gratuité des délais d’attente obligatoire. En effet, concernant les délais d’attente en matière de voyance par audiotel, nous allons intervenir auprès du Haut Conseil de la Consommation pour clarifier la situation afin de mettre un terme aux abus relevés dans ce domaine.
- interdire la divulgation à des tiers le contenu des consultations - limiter les coûts des prestations en ligne - imposer à tout service audiotel l'emploi de vrais professionnels des arts divinatoires, - imposer une juste rémunération qui ne saurait être inférieure au SMIC pour une durée de 35h maxi de travail par semaine, - interdire les propositions des consultations de voyance sous forme d’abonnement. Une pratique purement commerciale qui n'a rien n’a voir avec les valeurs de la voyance, - interdire aux services audiotels et à tout praticien privé le démarchage à domicile, - interdire aux services audiotels et à tout praticien privé la pratique de la voyance par sms qui n’a aucune valeur. Cette pratique n'est qu'un piège à gogo et une rente confortable pour certaines sociétés commerciales.

Il nous apparaît également que la délivrance des autorisations de prélèvement des consultations téléphonique ne doit pas dépasser une somme supérieure à 100 € pour toute consultation de voyance par téléphone via un service audiotel, pour une durée d’une heure (1h). Tout prélèvement abusif de plus de 150 à 400 €, voire plus ne doit pas être autorisé par le centre des cartes bleue. Il apparaît que ce dernier est aussi responsable au même titre que ses clients a qui il a délivré les machines ou autorisation pour prélèvements des consultations de voyance.

Nous conclurons cette mise au point par une dernière information. Une dizaine de plaintes pour escroquerie et abus de faiblesse, portant sur plus de 100.000€, viennent d’être déposées, avec le soutien de l’INAD, contre plusieurs pseudo voyants et marabouts aux pratiques qui relèvent ni plus ni moins que de l’escroquerie et de la manipulation mentale. D’autres plaintes portant sur des sommes avoisinantes sont sur le point d’être également déposées. Fort heureusement, depuis plusieurs années la Justice écoute les victimes d'escroquerie à la voyance et punit régulièrement les auteurs de ces délits.

Publié

MAGIE,SORCELLERIE EN AFRIQUE

Même si l’Afrique noire n’est plus aujourd’hui ce continent inconnu de l’européen, nombre de fausses interprétation planent sur la magie, la sorcellerie, la voyance et les marabouts. Bien avant que la civilisation occidentale ne pénètre son continent, la magie africaine était considérée comme un ensemble de rites, de croyances à caractère religieux et secret. Elle était pour l’africain une religion, mais aussi l’élément d’identification de toute une communauté. On ne convertissait pas on initiait, et ces deux mots n’avait pas toujours une frontière précise. Si les cultes dits moderne mettent un prophète au centre de la liturgie (intermédiaire entre Dieu et les hommes), les cérémonies religieuses africaines étaient une communion avec l’ancêtre mort. Une particularité se dégage de ce concept : la multiplicité des prophètes, chaque famille ayant son prophète, le patriarche mort. Enfin, la nature des cultes était différente d’une tribu ou d’une ethnie à l’autre, avec, cependant un point commun : les offrandes. Aujourd’hui encore, ces pratiques résistent, dans l’Afrique profonde, à la modernité. Il n’est pas rare de rencontrer des chrétiens convaincus pratiquer une double religion avec le culte des ancêtres. Pourquoi ce réflexe de conservatisme ? Parce que l’africain redoute une chose plus que toute autre : la malédiction. Ne pas être en «phase » avec les ancêtres peut susciter leur colère. La victime est ainsi la proie de phénomènes mystérieux et inexplicables : maladies ou succession d’échecs mis sur le compte d’envoûtements.

LE SORCIER FAIT REMONTER LE CRÂNE DE LA TERRE PAR DES INCANTATIONS La magie en Afrique a ses lieux de culte, ses autels. On ne peut s’y rendre librement il faut y être préparé et initié par le sorcier du village. Chez les Bamilékés du Cameroun, peuple très attaché aux traditions, lorsqu’un patriarche meurt, son crâne est déterré après quelques années, puis conservé dans autel édifié pour la circonstance.

La cérémonie de prélèvement du crâne est tout un rite rares sont ceux autorisés à y assister. Le sorcier fait remonter le crâne de la terre par des incantations - il n’y a aucune action matérielle sur le sol - et l’abrite dans un autel, généralement une petite case située au fond de la concession. La famille doit, à Des périodes précises, y déposer des offrandes sous forme de sang de chèvre ou de mouton, d’oeufs et de banane plantain cuite dans de l’huile de palme. Chez les Laoussiens de la Côte d’Ivoire, tribu vivant près de la mer, la magie est concentrée sur l’eau, l’esprit des ancêtres étant supposée vivre dans ses profondeurs et se manifester sous forme d’animal. L’exemple du crocodile, sacré chez la tribu Baoule. en est une illustration. Dans ce cas, c’est la rivière ou la mer qui sert d’autel. Lors de la cérémonie, le prêtre plonge dans l’eau. Il en ressort sans en être mouillé. TEL PRÊTRE VAUDOU S’OUVRE LE VENTRE AVEC UN COUTEAU ET CICATRISE AUSSITOT. La magie en Afrique est aussi un moyen de guérison et de désenvoûtement. C’est là toute la signification du rite vaudou. Le Bénin s’illustre particulièrement comme Terre vaudou, mais le culte, originaire du Continent africain, a différentes appellations. Au Cameroun, clans le pays Bassa, il est appelé Njingo et se pratique dans la forêt profonde. Le Vaudou guérit les malades par des moyens spirituels et les cérémonie sont le plus souvent difficilement supportables pour les néophytes tel prêtre vaudou s’ouvre le ventre à l’aide d’un couteau et cicatrise aussitôt, tel autre s’enferme dans la flamme brûlante quelques instants sans succomber. Tous ces gestes ont une explication ils servent à entrer en contact avec l’esprit du malade. Notons que la guérison n’est pas toujours effective, tout comme la science ni la magie ne sont infaillibles. Si la magie a des finalités positives, il n’en est pas de même pour la sorcellerie, qui a toujours été rejetée et pourchassée dans la société traditionnelle africaine. Une confusion se fait encore aujourd’hui dans les pages publicitaires de certains magazines où voyants et guérisseurs africains se réclament du titre de marabout.

IL Y A PLUS DE MARABOUTS EN OCCIDENT QU’EN AFRIQUE Dans la réalité, le marabout n’est ni un voyant, ni un guérisseur. On attribue ce titre à un chef, un fondateur d’une confrérie religieuse ou à un pieux musulman ayant acquis une réputation de sainteté et dont le souvenir est commémoré. Une des originalités du marabout est qu’il est désintéressé. Comme se fait-il qu’aujourd’hui les gens s’attribuent avec fierté ce titre ? Parce que l’africain musulman se sent plus en confiance face à un marabout, pour son coté bonté et piété. En Occident, on remarque qu’il a plus de marabout, pour son coté bonté et piété. Cette activité est devenue une véritable industrie.

On est en droit de se demander quel est le degré d’efficacité de ces voyants ou guérisseur. Nul ne peut vraiment le dire. Des clients doivent y trouver leur compte, puisque l’activité se développe. Cependant, les marabouts installés aujourd’hui en Occident n’ont pas tous une odeur de sainteté. Comme dans toutes professions, il y a des brebis galeuses.

En Afrique, le guérisseur est généralement désintéressé. Lorsqu’il réussit une opération, c’est au consultant de faire un présent, s’il le souhaite, en nature le plus souvent car la tradition répugne toute exploitation mercantile de don reçu par la grâce des dieux.

EN FRANCE, LES TARIFS CONSEQUENTS SONT DES GAGES DE SERIEUX. Un voyant bien connu sur la place de Paris à qui nous avons posé la question des raisons de cette dérive en France, nous répond : «Pour être crédible ici, il faut afficher des tarifs conséquents, sinon personne ne vous prend au sérieux » poursuit «il y a, dans notre métier, beaucoup de charlatans qui profitent de la crédulité de personnes en détresse. Ils sont managés par des affairistes européens qui ont mis sur pied une stratégie commerciale très agressive. Ceux-ci recrutent un africain, l’installent dans un local et s’occupent de lui assurer une clientèle par l’achat d’espaces publicitaires; » Notre interlocuteur, sur la défensive, conclut «il y a de bons voyants parmi les africains, seulement l’appât du gain amène certains à raconter n’importe quoi. On ne peut pas guérir tout, contrairement à ce que beaucoup affirment. Or la surenchère va entamer la crédibilité Des voyants et guérisseurs africains en France ». Face à cette situation, quelques voyants africains veulent clarifier la situation. On parle même de créer un ordre. Mais quels critères seront requis pour être reconnu comme marabout 7 Comment juger que tel ou tel possède des dons ?

Il convient d’instaurer un code de déontologie de la profession. L’avenir Des voyants et guérisseurs africains installés en Europe passe par un effort de crédibilité qui consiste à mettre en avant le soulagement de leurs patients avant les considérations financières. JULES KEMAJOU.

  • cet article a été publié dans Destins -ombres et lumières
Publié

Usurpation d' identité et escroquerie à la voyance

Isabelle Viant vient de déposer une plainte contre une société de voyance pour usurpation d’identité et escroquerie. En effet, un groupe ou société de voyance par téléphone, dirigé par un certain Delanoé, utilise frauduleusement son nom professionnel pour démarcher la clientèle à domicile pour des consultations téléphoniques au tarif de 5 € pour 10 minutes.

Afin de faire la lumière sur cette pratique déloyale et frauduleuse, mettant en cause la responsabilité morale et professionnelle de notre adhérente, nous sommes intervenus auprès du responsable dudit groupement qui a refusé de révéler son identité mais a promis vainement de ne plus utiliser le nom de Mme Isabelle Viant par une certaine « Isabelle Vien », tout en nous précisant qu’il est à la tête d’une société basée à l’étranger.

En l’absence de contrôle et de surveillance des activités des arts divinatoires, de la prise de conscience collective des professionnels sérieux, les affairistes et les charlatans de ‘’tout poil’’ continuent à prospérer en toute impunité et les consommateurs en sont les premières victimes.

Rappel : Consommateurs, l’INAD tient à vous mettre en garde contre le démarchage de la voyance par téléphone, sms, Internet …, et en même temps les moyens de sauvegarder vos intérêts. En effet, outre les plaintes qui sont régulièrement déposées par les victimes visant les agissements frauduleux de certains cabinets et professionnels indélicats, il apparaît, aux termes d’une jurisprudence récente du Tribunal de Grande Instance de Marmande (Gers) que les personnes incriminées ont commis le délit connexe de ne pas avoir fait savoir aux personnes démarchées à domicile pour des voyances et autres travaux occultes (imaginaires) qu’elles avaient 6 jours pour se rétracter. A ce titre, il convient de compléter votre plainte, en cas de besoin, et de la fonder sur le délit supplémentaire sur les sommes que vous avez payées indûment.

A titre d’information, de nombreuses victimes ont déposé ou sont sur le point de déposer des plaintes auprès du Tribunal de Grande Instance de Nevers, Grasse, Pontoise, Bobigny, Paris contre des voyants et des marabouts pour escroquerie à la voyance, abus de faiblesse, chantage et menaces. Etant précisé que certaines plaintes visent plusieurs personnes agissant en bande organisée.

Publié

Voyance par audiotel,mission: vous plumer

En lisant le témoignage de Grégory concernant l'Audiotel je voulais également vous faire part de mon histoire : voici quelques uns des témoignages que j'ai diffusés sur un forum parlant de la voyance par AUDIOTEL :

VICTORIA - OLIVIA- ELEONORE-etc. Bon je me lance, ce n'est pas un règlement de compte mais juste un vrai recul par rapport à mon expérience. Donc je commence à consulter en Janvier OLIVIA qui m'annonce un retour rapide de Monsieur mais quand je dis rapide maximum 15 jours, rien ne se passe, je l'appelais pratiquement tous les jours un moment il me dit as-tu déjà eu VICTORIA ou ELEONORE, etc... (la liste est longue), bah non, je te conseille de les appeler et voici le début de la spirale. Donc depuis Février je consulte tout ce petit monde, j'ai relu mes petits papiers sur eux (tous les soi-disant voyants que j'ai consultés sur ce réseau) et je m'aperçois que tous avaient faux, comme je l'ai déjà dit à chaque fois, c'était dans 1 semaine, il ne faut pas que je m'inquiète et surtout ne bouge pas et j'ai eu le tort de les écouter car en Mars Monsieur m'avait laissé un message qui en disait long et maintenant je suis sûre que si j'avais répondu à son message je serais dans ses bras à ce jour. Je ne peux pas revenir en arrière mais maintenant je peux vous promettre que je reprends mon avenir en main, je ne dis pas que je ne reconsulterai pas, non, mais maintenant je sais , en tout cas, pas ces CHARLATANS FAUX VOYANTS.

AUTRES TÉMOIGNAGES DE MA PART SUR CE FORUM : Bonjour les filles, Tout ce que je peux dire ce matin et que ce forum m'a ouvert les yeux sur l'AUDIO, maintenant je sais que je me suis fait avoir comme beaucoup de gens par des personnes se disant voyants. J'ai donc commencé à consulter fin Janvier lors d'un événement brutal dans ma vie, au début on s'accroche car on nous donne des retours positifs donc on le croit et puis comme on veut toujours y croire on continue et c'est le début de la spirale, comme une drogue, en plus à cette époque j'étais au chômage donc seule chez moi à me prendre la tête.

Maintenant avec le recul de ces quelques mois, je m'aperçois que tous ces réseaux n'ont qu'un seul but nous plumer en nous faisant espérer des choses qui n'arrivent jamais. Bien sûr personne ne m'a obligé d'appeler mais vous savez lorsque vous êtes seule et dans la souffrance vous cherchez un moyen de vous rassurer, ce n'est pas une excuse mais simplement la réalité.

Quand je pense maintenant que tous m'avaient annoncé une grosse rentrée d'argent par rapport à mon procès, je suis maintenant persuadée qu'ils me disaient cela pour que je continue d'appeler en me faisant croire que ma situation financière allait s'arranger avec ce procès. Comme vous le savez, je ne recevrais aucun chèque, donc rentrée d'argent 0. Pour le boulot, heureusement que j'ai suivi mon intuition car sinon j'aurais pu dire non à mon emploi actuel si j'avais écouté certains voyants qui me disaient ce boulot n'est pas pour toi et là je trouve cela très grave car à cette époque j'étais au RMI.

Je me souviens d'une consultation avec une vraie voyante en cabinet qui d'ailleurs combat contre l'audiotel, elle m'avait dit de faire très attention et moi naïve je lui avais répondu, vous savez il y a des réseaux sérieux et de bons voyants, et elle m'avait expliqué qu'elle avait fait une enquête sérieuse de plusieurs mois sur plusieurs réseaux pour un magazine et que tout ceci était de l'arnaque. .....

Véronique INAD: Nous consacrerons prochainement un sujet sur la voyance par téléphone.

Publié

Info aux internautes malveillants

Contrairement à vos observations malveillantes, dénuées de tout fondement, dont on sent le mépris,la haine, une jalousie paroxystique qui vous aveuglent et laissent apparaître un comportement irresponsable. Pour votre information, nous tenons à vous préciser que nous connaissons Maud Kristen en sa qualité de professionnelle discrète, honnête et loyale. Mais cela ne nous empêche pas, elle le sait, que nous ne sommes pas d’accord avec ses honoraires élevés voire prohibitifs, même si le coût de ses honoraires sont clairement précisés à ses clients qui vont la voir en toute connaissance de cause.on ne peut pas être plus royaliste que le roi. Aussi, nous vous recommandons expressément de lire ou de relire posément et à tête reposée le passage de l’article qui parle d’elle. Surtout, ne perdez pas de vue, vous y gagnerez en sagesse, que le site de l’INAD est un organe d’information, de prévention et de protection du consommateur mais aussi une référence pour tout professionnel loyal, honnête et sérieux ( on ne le répétera jamais assez).Ce site est aussi une tribune qui permet aux consommateurs et aux professionnels de s’exprimer librement dans le respect et dans la dignité afin de faire évoluer la pratique des arts divinatoires et de permettre à tous les praticiens une prise de conscience collective pour que leur activité ne soit pas ternie par les agissements irresponsables de charlatans avides d’argent ou de détracteurs qui n’ont rien d'autre à faire que de polluer le forum par leur mal être.
Par ailleurs et à titre d’information, si vous pensez, si vous croyez un seul instant pratiquer le harcèlement sous le couvert de l’anonymat pour polluer le site de l’INAD en toute impunité, détrompez—vous ! En ma qualité de président de l’INAD, agissant ès qualité, au nom des dizaines de milliers de consommateurs, de membres et sympathisants et en mon nom personnel, vous allez devoir répondre devant la justice, vous et vos complices éventuels, de vos injures, calomnies, insultes, diffamation publique et harcèlement. Etant précisé que vos messages récents et anciens ainsi que ceux de vos complices éventuels ont été conservés et seront joints à la plainte qui va être déposée auprès de Monsieur le Procureur de la République de Paris. Nous demandons à nos amis internautes qu'ils soient consommateurs,membres,sympathisants ou curieux intellectuels de ne plus répondre aux internautes anonymes malveillants...

Youcef SISSAOUI Président de l'INAD

Publié

lettre ouverte de Isabelle Viant

Je reviens sur votre "guide de voyance 2009", et notre entretien qui m'a valu une notation aussi arbitraire qu'injustifiée de votre part. Je vous rappelle les faits : suite à un premier contact, nous étions d'accord pour une consultation téléphonique, qui restait à venir. Or, en visualisant votre numéro de téléphone, j'ai reçu beaucoup de messages, flashes. Je vous ai donc appelée afin de savoir si vous étiez, de votre côté, disponible. Vous l'étiez. Les flashes se succédant rapidement, j'ai ainsi pu vous dire beaucoup de choses, et les développer en peu de temps. Vous convenez vous même, sur votre livre, que j'ai bien situé votre environnement, avec de nombreux détails sur votre vie sentimentale, le jardin de votre ami (que j'ai décrit), jusqu'aux pannes électriques dans l'appartement, etc... Je vous ai, entre autres, parlé de vos enfants, j'ai vu que votre fille s'investissait dans l'humanitaire, etc... Vous m'avez d'ailleurs dit "être très satisfaite", que tout correspondait, et même au-delà ! Permettez moi d'être surprise lorsque je lis "cette voyance laisse sur sa fin"... A quoi peut-on attribuer ce qu'il faut bien nommer ou de l'hypocrisie, ou des contradictions. Je penche pour les deux. Disons : 2 minutes pour 1/4 d'heure... est ce valorisant ? Ce qui l'est, c'est la satisfaction de mes clients qui, surtout en période de crise, apprécient ma justesse de ton, de prédictions et le prix très en rapport avec le temps passé : rapide et efficace... Bizarrement, je n'ai jamais eu de réclamations à ce sujet ! Personnellement, je pense que nous n'avons définitivement pas les mêmes valeurs ... que les vôtres sont à base de mauvaise foi et que vous n'êtes pas une personne de confiance. Et je ne vous crois pas lorsque vous invoquez les retours de mes clients, mécontents. Car : - d'une part, la "télépathie" dont vous me taxiez dans le guide précédent est totalement hors de propos... la consultation pour le guide 2009 en est la preuve... vous ne revenez pas sur cette mauvaise critique, d'ailleurs... - vous n'avez non plus pas tenu votre (seconde) promesse de parler sur le guide du coaching intuitif, que je pratique... Sous couvert de confidences, vous m'aviez conseillé de prendre contact en voyance avec deux personnes (je souhaitais en effet leur envoyer quelques clientes) . Claudia, de Savoie, qui après trois faux rendez vous, m'a fait une consultation plus que bas de gamme, pour un prix de 100 euros.. . Véronique Faucheux, un flou total sous couvert de bonnes pensées, d'harmonie, etc... un bla-bla , rien de concret. Je suis moins déçue que pour Claudia, mais guère satisfaite. Je sais que ma consultation n'a pas suffisamment satisfait votre égo, surdimensionné, monstrueux, ni votre insatiable appétit de voyances gratuites, aussi longues que répétées... car vous n'hésitez pas à réclamer, relancer, les voyants... cela est bien connu de nous tous, sous couvert de "guide"...

Je tiens à vous faire connaître que nombre de clients et confrères m'ont contactée, outrés de cette nouvelle notation. Beaucoup de voyants sérieux, honnêtes et appréciés à juste titre, se manifestent. Car il est évident que vous êtes plus que partiale, voire agressive, cynique, inventant des "prédictions", en occultant d'autres, n'hésitant pas à mentir avec aplomb et soutenant certains "voyants" aux pratiques douteuses et connues, hélàs, de nous tous... En conclusion, il semble bien que vous aurez non seulement les échos, mais aussi les retombées, méritées... ceci n'étant qu'une question de temps.

Publié

Le Guide de la Voyance: la polémique

Lettre ouverte de françois Lambert

Ayant été consulté par Anne placier dans le cadre de l’écriture de son livre « guide de la voyance » je l’ai acheté le 19 mai. J’en ai pris connaissance et je suis surpris de lire les commentaires me concernant dans la mesure où ce n’est pas du tout la transcription de son ressenti à la fin de la consultation. Elle m’avait précisé que mes propos étaient pertinents… Comme dit l’adage, « on ne peut pas plaire à tout le monde » et je n’ai pas la prétention de dire que je ne me trompe jamais. Je suis avant tout un homme et il m’arrive parfois d’être fatigué ou que la symbiose n’ait pas lieu avec le consultant. J’accepte les critiques quand elles sont fondées sur des faits et non des ressentis… Ainsi, je tiens, à travers ce courrier, à rétablir la vérité du moment passé avec Anne placier et à vous faire part de mon mécontentement. En préambule, ce guide donne des indications pour choisir le bon Voyant selon des éléments objectifs. Néanmoins, ses analyses dans la suite du livre m’apparaissent totalement subjectives. Par conséquent, je ne comprends pas les critères permettant l’élaboration de la grille de jugement avec les 6 signes. Il est très bien décrit pour certains professionnels que la consultation a été intéressante pour elle mais pas pour certaines lectrices (CF. Antoine de cassandre – 2 étoiles). Pourquoi alors être si catégorique sur ma consultation en se basant sur son retour et celle d’une seule autre personne ? Je pratique mon métier avec sérieux et conviction depuis maintenant 15 ans. De manière générale, j’ai toujours eu de bons retours de la part de mes consultants, qui sont d’ailleurs sur mon site : vous pouvez lire des commentaires de clients non arrangés. En outre, je suis le seul dans le guide, selon les descriptions sommaires, à assurer un suivi gratuit auprès de mes consultants sur une période de 3 à 4 mois. Par principe, je ne suis pas là uniquement pour 1 heure, pour prendre l’argent et partir… je me dois d’accompagner au mieux mes consultants. De plus, je suis très surpris d’une remarque d’une lectrice dans mon commentaire alors que je ne figurais pas dans la précédente édition du guide… Alors, permettez-moi de m’interroger sur la provenance et le bien fondé de cette source.

J’ai été sollicité pour cette consultation d’Anne Placier par l’intermédiaire d’un confrère. Ce dernier m’a proposé de rencontrer cette journaliste, qui est une connaissance, pour lui offrir cette consultation afin de paraître dans son guide.

Madame Placier évoque, dans le passage me concernant, que j’offre un café ou un thé à mes consultants. J’ai fait cela sans aucun arrière pensée. Je le fais régulièrement. Madame Placier omet de dire qu’elle avait rendez-vous à 13h00 et elle est arrivée 30 à 40 minutes plus tard. Je me suis permis de la contacter sur son mobile pour savoir où elle était afin de la guider si besoin. Une fois arrivée, elle s’est excusée de son retard en précisant qu’elle n’avait pas eu le temps de préparer sa venue… ce qu’elle fait normalement et selon les conseils qu’elle donne en préambule. Voilà pourquoi je lui ai offert une collation. Mais, je l’ai déjà fait à d’autres personnes qui avaient un malaise ou juste comme ça… Désolé d’être trop humain !

Madame Placier me disait, pendant la consultation, qu’elle passait un bon moment, que c’était très intéressant ce que je lui disais. Malgré le stress que je pouvais avoir en raison, à la fois du retard qui m’a déstabilisé en premier lieu et, en plus, se sachant testé… Vous pouvez imaginer les conditions de la prestation. Je savais très bien que je n’avais pas le droit à l’erreur.

Madame placier a oublié d’écrire qu’à la fin de la consultation, je lui ai posé la question : « avez-vous d’autres questions ? » et elle ma répondu « Non, vous avez tout dit ! Et comme nombreux de vos collègues, vous m’avez dit les mêmes choses... » Quand elle évoque le passage affectif le jour de la consultation, j’entends encore Madame Placier me dire : « Vous le décrivez bien ! ». De plus, je lui ai parlé de livres à venir et d’immobilier… ce qui est décrit chez d’autres voyants et qui est exact, selon ses dires. Elle se limite uniquement à quelques lignes comme si j’avais bâclé la consultation ; ce qui n’est pas le cas. D’ailleurs, c’est elle-même qui l’a écourtée car elle devait finir l’écriture d’un article.

Je rajouterai aussi que Madame Placier m’a demandé si je connaissais d’autres confrères qu’elle pourrait aller voir. Je lui ai demandé si elle avait été voir Claude Alexis et elle m’a répondu : « Oh surtout pas lui ! Il a dit trop de méchancetés sur moi… » .En préparant cette lettre ouverte, j’ai contacté Claude Alexis lui-même et lui ai rapporté les éléments de Madame Placier. Il a accepté que je cite ce passage dans le présent courrier en précisant que Madame Placier ne tenait pas une place importante dans sa vie pour répondre à de telles critiques.

Heureusement, que je n’ai pas donné les coordonnées d’un confrère ou consœur. Je m’en serais voulu qu’il soit critiqué de cette façon comme je le suis. Pour finir la consultation je lui ai indiqué que si elle avait d’autres questions, elle pouvait me contacter comme je le fais pour tous mes consultants : Voilà où mène la bonne foi !

Enfin, Madame Placier ne m’a jamais dit qu’elle proposerait aux lecteurs une réduction de 19 € comme on peut le noter pour 55 professionnels dont 39 qui ont 3 ou 4 étoiles. Là encore, étrange de ne pas placer tout le monde sur un pied d’égalité.

Ce guide aurait pu être intéressant et utile à chacun si il avait été écrit avec plus d’objectivité par une personne n’ayant pas l’habitude de consulter depuis plusieurs années. En effet, madame placier indique, à plusieurs reprises pour des professionnels cotés au maximum, qu’elle les consulte depuis longtemps.

Ce genre de guide, tout comme les guides sur la gastronomie et compagnie, pour chacun dans leur domaine respectif, est déstabilisant pour des personnes, comme moi, qui pratiquent leur métier avec passion et éthique. Pourquoi ne pas plutôt s’en prendre aux gourous et autres charlatans (même très bien coté dans ce guide) qui, en échange de sommes colossales, pratiquent, eux-mêmes, des travaux occultes ou des nettoyages d’âmes ou de maisons…

François Lambert

Publié

TRAVAUX OCCULTES : LE JACKPOT

TRAVAUX OCCULTES : LE JACKPOT DES ARNAQUES S'il y en a qui ne connaissent pas la crise, ce sont bien les escrocs qui proposent des travaux occultes. En ces temps égoïstes où chacun pense à ses infimes petits malheurs plutôt qu'à la détresse des autres, certains ont compris qu'il pouvait être facile de "faire de l'argent" en abusant de la crédulité ou des envies de leurs contemporains. Les travaux occultes sont devenus l'El Dorado du troisième millénaire. En moins fatiguant; car il suffit d’un peu de bagout pour soutirer des milliers d’euros à des personnes en situation de détresse morale et financière. Le tout sans bouger de son fauteuil.

La carotte et le bâton Depuis plus de vingt ans, l'Inad n’a de cesse de dénoncer la technique des arnaqueurs des arts divinatoires. En résumé, il s’agit tout simplement de souffler le chaud et le froid sur le moral des clients. Promettre du malheur pire que les sept plaies d'Egypte, puis donner de grands espoirs aux victimes désespérées. Mais au goutte à goutte bien sûr, de façon à soutirer le plus d’argent possible à ces gens en mal de bien-être. La méthode est simple: il suffit d’être à l’écoute (ou de faire semblant) du "client", afin de lui compter un avenir qu'il appelle de toutes ses forces. Un truc tout bête que l’on apprend dans toutes les écoles de vente et qui est très bien utilisé par les arnaqueurs de tous poils. Et quand on tombe sur un os, c’est à dire sur un faisan qui s’aperçoit qu’on est en train de le plumer, il vous suffit de balancer quelques menaces appropriées pour calmer soupçons et réclamations. Ni vu ni connu je t’embrouille, le tour est joué et l’argent a changé de mains.

Les as des escroqueries

La plupart des arnaqueurs se contentent de soutirer quelques centaines d’euros à leurs victimes. Gentillet quoique pas bien du tout. Mais il y a des petits malins très mal intentionnés qui ont choisi de donner dans le grandiose. Ils ont opté pour les travaux occultes, un truc plus facile et moins dangereux que le trafic de drogue ou le braquage de banque. C'est donc en racontant des sornettes à un public prêt à tout croire que ces personnes de mauvaise intention engrangent des milliers d'euros. Et croyez moi, ces escrocs se creusent moins la tête qu'un écrivain et ne perdent pas leur temps à trifouiller des cartes de tarots. Leur plus grosse occupation consiste à compter les billets au bord d'une piscine du coté du Canet.

C'est pas cher… Pour se lancer dans les travaux occultes, nul besoin d’engager de grosses sommes d’argent. II suffit d'un ordinateur et d'un téléphone. Un petit logiciel pour créer un site internet, histoire d’avoir pignon sur web, une ou deux publicités dans des magazines à fort tirage et le tour est joué. Pas besoin non plus d’avoir des dons de voyance, de magnétisme ou autre, il suffit d’avoir de l’imagination. Et de l’imagination, nos amis les arnaqueurs en ont à revendre. A tel point qu’ils pourraient se recycler dans l’écriture de scénarii pour Hollywood. Car, à lire les témoignages de leurs victimes, on se demande où ils vont chercher tout ça.

C’est facile Mieux organisés que des pêcheurs au gros, les travailleurs de l’ombre ne connaissent pas d’égal dans l’art de soutirer de l’argent à leurs victimes. En premier lieu, la victime est ferrée par un voyant-médium-astrologue, 1er prix du salon mondial de la voyance de Trifouillis-les-Oies. Lequel pratique un interrogatoire en règle sur la vie privée er professionnelle du client. Facile, il suffit de prendre un air compatissant: les gens désespérés ont juste besoin d’une oreille attentive et compréhensive. Sauf que dans ce cas-là, l’oreille attentive se fait payer. Allez hop, 80 euros dans l'escarcelle. Les petits euros faisant les grandes fortunes, la suite coûtera beaucoup plus cher. Car le problème est grave, extrêmement grave. D'ailleurs, on n'a jamais vu situation plus désastreuse. Forcément. Donc la seule solution possible est de réaliser un travail occulte. Mais voilà, notre travailleur de l’ombre a un emploi du temps très chargé. Très très chargé. Voire extrêmement très chargé. Mais... Comme le cas en question est extrêmement très grave, notre sombre travailleur demande dix minutes de réflexion. Juste histoire de choisir avec ses collègues par quel menu la victime va être dépouillée de ses maigres économies. En d’autres termes, notre Darth Vador de la parapsychologie imagine quel travail, aussi occulte que loufoque (voir encadré), il va pouvoir proposer à sa victime, pour en tirer un bénéfice maximum.

Et ça rapporte gros

Hors donc, après dix minutes d’attente fébrile, notre pauvre hère reprend son téléphone dans l'espoir d'une réponse positive de la part de son occulte bienfaiteur. Et là, ô miracle, notre escroc lui annonce qu’extrêmement très exceptionnellement, et parce que le cas est extrêmement très grave et extrêmement très urgent, il accepte de partir dans un pays extrêmement exotique pour acheter des potions extrêmement rares et effectuer un travail occulte extrêmement très complexe et extrêmement très dangereux. Et qui va coûter extrêmement très cher, cela va de soi. Quand vous êtes dans une détresse profonde et qu’on vous garantit que tout va s’arranger, vous raquez sans rechigner. Une fois, deux fois, dix fois s’il le faut. Même si vous devez hypothéquer votre maison et liquider la ménagère de mémé. C’est ainsi que des dizaines de personnes vident leurs comptes en banque, empruntent de l’argent et vendent leurs biens dans l’espoir de voir revenir un mari volage, de guérir d’une grave maladie, de retrouver l’usage de leurs jambes ou simplement de retrouver du travail. Et c’est ainsi que des sociétés occultes se font grassement payer (1000, 2000, 10.000, 150.000, 300.000 euros) pour des travaux si occultes qu’ils en sont purement imaginaires.

Pourvu que ça dure

Evidemment, aucun travail occulte n’aboutit puisqu’il n’y a aucun travail. Le pays lointain, c'est la Côte d'Azur, la potion rare c'est le pastaga et le travail dangereux consiste à ouvrir une boîte d'olives fourrées aux anchois. Alors à un certain moment ou à partir d'une certaine somme, le client pose des questions à son bourreau. Que croyez vous que fait l’homme en rouge? Il profite du doute pour passer le relais à un autre spécialiste de l’arnaque. Car si le travail ne donne aucun résultat, c’est qu’il existe un blocage dans l’environnement de la victime. Non mais! Un parent, un ami ou un esprit lui veut du mal. Mais ça, c’est la spécialité de quelqu’un d’autre. Qui, bien qu’étant extrêmement très occupé, reprend l’affaire en main (extrêmement très compliquée) moyennant versement d’honoraires extrêmement plus élevés. Le plus triste dans l’histoire, c’est que ça marche! La victime gratte les fonds de tiroirs, s’endette un peu plus avec toujours cet espoir vain. Et ainsi de suite, de Patricia (qui se prend pour Pamela Anderson) à Stéphane, de Nicolas à Christophe, de Maurice à Jean, de André à Roméo, la victime passe de mains en mains et y laisse plume après plume. La devise des sociétés qui proposent des travaux occultes devrait être "Pour chaque problème, un travail occulte". Pardon, je devrais écrire "pour chaque problème, il existe une arnaque". Ces gens-là sont mieux organisés que l’administration. Même la mafia et son organisation sans faille ont du mal à soutenir la comparaison. Y compris dans le domaine des pressions psychologiques. Car quand une victime s’aperçoit qu’elle a été arnaquée et ose réclamer son argent, nos spécialistes du côté obscur de l’occulte ne s’embarrassent pas de principes. Ils sortent des placards une cohorte de démons aussi imaginaires que féroces. Comparée à ce que promettent les dieux de l’arnaque aux victimes qui se rebiffent, l'Apocalypse c’est du pipi de chat. Vous comprendrez alors que la plupart de leurs victimes, déjà fortement éprouvées par la vie, rentrent dans les rangs. Et pour ceux qui font mine de résister, il reste les menaces plus "musclées". Bref, face à de pauvres gens sans argent, sans espoir et sans connaissances, le noir travailleur gagne à tous les coups...

Les artisans de l'arnaque Dans tout domaine, il y a les grosses entreprises et les PME. Pour les travaux occultes, c’est pareil: à l’ombre (si je puis dire) des grosses sociétés de l’arnaque, il y a les indépendants. Les artisans de l’occulte en quelque sorte. C’est le soi-disant marabout ou l’illuminé qui se prend tant et si bien pour un descendant de Jésus qu’il adopte un pseudonyme rappelant étrangement le Christ (ça aide pour emballer les victimes). Mais qu'ils se fassent appeler Monsieur Dialo ou Emmanuel Christ, les petits escrocs se donnent un peu plus de mal pour arnaquer leurs "clients". Car en général ils travaillent "en direct" et ne peuvent se contenter d’un simple téléphone. Recevant leurs clients en cabinet, ils doivent soigner leur image, travailler la mise en scène. Certains sont même obligés de faire acheter à leurs victimes des ingrédients nécessaires à la réalisation des travaux occultes. Cela va de la poudre d’os de chauve-souris au poil de Schtroumpf grognon arraché sous un chêne centenaire par une nuit de pleine lune... Un marabout a même réussit à se faire offrir un appareil photo numérique, objet extrêmement très indispensable pour la réalisation d’un travail occulte, cela va de soi. Et grâce à ces efforts surhumains, nos occultes travailleurs indépendants de l’arnaque arrivent à récupérer quelques euros sans trop forcer. C'est moins que les sociétés de l’occulte organisé, mais en bûchant le coté mythomane, on peut se faire un petit salaire. Que voulez-vous, il faut bien vivre mon brave Monsieur. Allez, on ne va pas les plaindre: certains artisans de l'escroquerie aux travaux occultes arrivent tout de même à soutirer plus de 35000 euros à leurs victimes...

La morale de l'histoire Qu’ils soient organisés en société ou qu’ils travaillent seuls, nos extrêmement très gentils organisateurs de l’arnaque occulte ne font guère montre de scrupules. Car à la fin de l’histoire, leurs victimes se retrouvent sans le moindre sou, certaines étant carrément endettées pour de longues années. Parmi les personnes qui contactent l’INAD pour raconter leurs déboires, plusieurs ont fait des tentatives de suicides, d’autres ont vu leur état de santé se dégrader, d’autres encore ont perdu parents et amis. D’autres enfin se retrouvent à la rue, SDF comme ont dit. Et pendant ce temps-là, les rois de l’arnaque se dorent la pilule au soleil de Provence (la plupart de ces sociétés sont situées à Nice, Mouans, Marseille, Cannes, Le Cannet…). Ils comptent leurs millions au bord d’une piscine tandis que leurs victimes sombrent dans les tréfonds du désespoir. Que fait l’Etat? Il encaisse une TVA substantielle. Que fait la justice? Ce qu’elle peut, avec les moyens qu’elle n’a pas. Alors que faire? Arrêter de croire qu’un mari atteint du démon de midi puisse revenir grâce à un travail occulte. Arrêter de croire qu'on peut guérir du cancer par des incantations psalmodiées au fin fond de la savane africaine. Arrêter de croire que l'on peut retrouver du travail en ingurgitant de la poudre d'os de coq saigné le lendemain de la première pleine lune d'hiver. Parce ça n’existe pas. Mieux vaut chercher une aide morale ou financière auprès d’un proche, d’un ami, d’un psychologue ou d’un voyant honnête. Et en soi-même. Et puis peut-être faudrait-il commencer par ouvrir les yeux et le cœur sur les autres afin de se rendre compte qu'il y a toujours plus malheureux que soi. L'Abbé Pierre disait qu'en aidant les autres on se soignait soi-même. Mais que faire quand il est trop tard et qu’on a déjà versé des centaines, voire des milliers d’euros à un escroc pour de soi-disant travaux occultes? PORTER PLAINTE pour escroquerie, abus de confiance, abus de faiblesse, manipulation mentale ou exercice illégal de la médecine.

BERTRAND CAILAC

CES SOMBRES TRAVAUX RAPPORTENT BIEN PLUS QUE LE TRAVAIL AU NOIR. EN TOUTE LEGALITE !

QUELQUES TRAVAUX OCCULTES

Mariage Karmique : 5000 € Mariage ésotérique : 4500 € (A la mairie du village, le mariage est gratuit) Exorcisme : 7500 € et +. (La cassette du film "L’exorciste" est disponible dans tous les vidéoclubs) Harmonisation des chakras, Messe blanche, Magie blanche, Cérémonies diverses et loufoques, Actes de magie du même acabit. Ces deux derniers nécessitent des objets et autres instruments de pacotille qui coûtent cent fois plus cher à l’achat qu’à la production...

Publié

Mise au point de Claude Alexis

J’ai pu constater, sur un certain nombre de forums , que des personnes malveillantes ,sous le couvert de l’anonymat, écrivent des mensonges et des contrevérités sur les professionnels de la voyance non seulement pour les discréditer mais aussi et surtout pour les salir…, c’est si simple, si facile de se cacher derrière l’anonymat !... Pour information aux consommateurs, je dois préciser que j’ai été déjà mis en cause et par conséquent obligé de poursuivre les responsables de deux blogs ayant laissé véhiculer des informations mensongères d’internautes anonymes qui n’étaient autres que des’’ voyants’’ malveillants et jaloux. En effet, en se faisant passer pour des consommateurs mécontents, ils ont voulu me discréditer et me porter atteinte gravement pour des raisons qui s’apparentent plus à la jalousie qu’à autre chose. Or, je ne connaissais même pas ces individus, qui étaient au nombre de 6. Bien entendu ils ont été condamnés le 17 février 2009 pour diffamation et à 3500 € de dommages et intérêts chacun par le Tribunal de Grande Instance de Paris. Je dois préciser que la condamnation de ces individus comportait la publication du jugement en page d’accueil de leur site internet. Mais comme je n’ai pas l’esprit tordu ou revanchard… Quel voyant aujourd’hui peut prétendre être infaillible ? Moi ! Je ne vis que d’incertitude car je n’ai jamais eu la prétention d’affirmer que je suis infaillible. Bien sûr on ne peut pas plaire à tout le monde… Je constate que le suivi de certains de mes consultants, depuis toutes ces années, me prouve que si j’étais aussi nul comme relaté dans ces commentaires, je me serais posé la question : « pourquoi ils reviennent ? » J’ai au moins la franchise et l’honnêteté de dire à chacun de mes consultants de ne pas prendre pour argent comptant mes clichés, mes visions, mon ressenti…, une réussite de 60 ou 70 % de mes prédictions ou celles d’un confrère, c’est déjà une performance non négligeable. J’ai toujours laissé le libre arbitre à mes consultants ; je ne suis pas là pour leur imposer contre leur volonté ma voyance car chacun d’entre nous est le seul maître de sa propre destinée. Je déplore que l’on tente de discréditer certains professionnels qui courageusement mettent le holà ou qui essayent de faire leur travail honnêtement. …..

Claude Alexis

Publié

La véracité des sciences occultes

La croyance est l’adhésion de l’âme à une opinion. Cette définition classique lui confère une grande subjectivité, c’est-à-dire un caractère individuel qui varie avec le jugement les sentiments, les habitudes propres à chacun.
Peut-on convenir, que chaque individu est libre de croire ce qu’il veut et du coup, tout débat sur l’occultisme semble vain d’autant plus que l’expression même de «sciences occultes ’’parait impropre’’? La science étant un processus intellectuel suivi en vue d’une connaissance exacte et raisonnée d’un sujet défini.

Un cartésianisme étriqué On dit très souvent que l’occidental est cartésien ou si l’on préfère nationaliste si bien que pour le sens commun ces deux mors sont synonymes. C’est faire preuve d’inintelligence ou d’immaturité que de prétendre prospecter le monde de l’invisible, ‘le domaine de l’irrationnel, de l’incertain. Il n’y a rien à chercher au-delà de la raison, cette opinion va trouver ses racines dans la doctrine du philosophe Descartes qui voit dans ‘les idées des semences de vérité” dont la “clarté” et “l’évidence” sont les critères indéniables : «Tout ce qui se présente avec clarté et évidence à mon entendement est vrai...” Tel est le sens profond du “cogito” inscrit dans sa célèbre formule: ‘je pense donc je suis’ Voilà résumée pour les inconditionnels du rationalisme toute la pensée du philosophe. Mais c’est là, en vérité un cartésianisme vulgaire qui repose sur l’ignorance de la démarche de Descartes. La découverte du cogito, le moi pensant, ouvre la voie à la connaissance de l’âme et conduit à la connaissance de Dieu. Or, ces “idées suprasensibles”, pour parler comme Kant, ne peuvent pas être appréhendées par la raison. Nos “prétendus” cartésiens croient avoir compris le maître dont ils arrêtent pourtant si souvent en chemin la pensée. La science est objet de savoir. Grâce à l’évolution, elle s’est donnée polir vocation de débarrasser l’homme de l’ignorance; a contrario celle-ci ne peut être considérée comme la voie royale qui conduit à la connaissance. Et, il y a, justement, dans ce cartésianisme primaire une forme d’aventure qui empêche les esprits jaloux de “leur rationalisme” de sonder les profondeurs de l’occulte pour y découvrir ce qui est caché dans la science. L’épistémologie contemporaine a montré avec G. Bachelard que l’empirisme n’est pas la science mais un mouvement de l’esprit qui «commence par l’enregistrement de faits évidents». La science, elle, dénonce cette évidence pour établir des lois cachées. Regain de spiritualité et recrudescence de l’occultisme Dans sa vision prophétique du monde, Malraux affirmait que “le XXIe siècle sera religieux ou métaphysique”. Le vent de sa prédiction semble souffler déjà sur l’humanité qui assiste à un regain de spiritualité des sectes se multiplient, essaiment un peu partout, exaltent d’un côté Jésus Christ et commettent de l’autre des ex-centricités affolantes, prêchant le suicide collectif ou assignant le salut à leurs adeptes à travers un destin macabre. L’apparition du Vodoun en Occident, culte jadis méconnu et relégué au rang de viles superstitions alors qu’il mérite toute l’attention de l’ethnologie religieuse atteste cette vitalité du spiritualisme. Par ailleurs, on observe une recrudescence de l’occultisme qu’on juge de façon manichéenne situé aux antipodes du spiritualisme comme relevant du domaine des forces du mal. L’occulte est caractérisé par son ésotérisme c’est-à-dire par le fait d’être essentiellement réservé aux seuls initiés et l’initiation consiste à élever le degré de connaissance d’un individu pour lui permettre de comprendre ce qu’il ne peut saisir à l’état de veille. L’occultisme repose sur une science véridique que la cupidité des hommes corrompt bien souvent d’autant que la plupart de ces prophètes de malheur qui vous tendent une carte de visite à la sortie du métro pour s’attirer la clientèle n’ont peut être jamais eu accès aux enseignements d’un guide émérite. De là à généraliser les expériences de quelques uns aux résultats à l’efficacité d’une science dont les normes insolites rebutent le profane devient un paralogisme.

Le rôle de sensibilisation des médias

Comment peut-on nier les prédictions de Nostradamus qui s’étaient concrétisées sous les yeux de ses contemporains ? Et qui peut évaluer encore la probabilité qu’un événement comme la prise d’otages d’Alger* prédit dix jours auparavant devant des milliers de téléspectateurs par Aurélien Le Blé puisse se réaliser ? Et pourtant, il eut bel et bien lieu. N’en déplaise aux avocats du rationalisme qui riaient ce jour là aux dépends des invités présents sur le plateau Est-ce le fait du hasard qu’on sensibilise de plus en plus aujourd’hui dans les médias des esprits avides de savoir, sur des phénomènes mystérieux ? Et que dire de ces médecins compétents parfois perplexes devant des cas critiques de maladies au point qu’ils conseillent à leurs patients de recourir à des pratiques occultes ? Les éprouvés peuvent en témoigner après avoir vécu des heures d’angoisse que rien ni même des analyses médicales conséquentes ne sauraient justifier. A la question posée aux téléspectateurs le 10 février1994 lors de l’émission ‘’ J’y crois, ,j’y crois pas” de savoir s’ils croient ou non à l’efficacité des médecines parallèles, 70% ont répondu positivement et je suis tenté de souligner comme ce député européen des Verts présents ce soir là sur le plateau «Faire semblant que la réalité n’existe pas n’est pas intelligent’ C’est bien là une judicieuse réplique à la leçon que des intelligents modernes prétendent donner aux “primitifs” de cette fin du XXe siècle. Que la science imbue de préjugés garantis par ses progrès se souvienne de ses origines. Elle doit sa naissance à des hommes qui avaient une conscience élargie de l’occulte. Keppler travailla son astronomie sur la base des données mystiques de la pensée de Pythagore. Paracelse et Newton firent aussi des alchimistes. En reprenant l’idée de Bachelard qu’ “il n’y a de science que de ce qui est caché” répétons avec le Père Teilhard de Chardin que “seul le fantastique a des chances d’être vrai”

Cosine Zinsou QUENUM Chargé de recherches en Sciences humaines

  • article publié dans :Destins
Publié

Paroles de voyants

Alors que la majorité des voyants subissent les aléas de la profession du fait de l’absence d’une législation précise en ce domaine et la véritable jungle que représente le marché de la voyance, certains s’accordent à penser que l’honnêteté, l’écoute et l’aide demeurent les valeurs indispensables que chaque professionnel digne de ce nom se doit de respecter.
Ils exerçaient des professions liées au commerce, au secteur médical, à la gestion de société., et un jour, le goût des relations, des échanges, ou l’étude des astres leur a permis de meure leurs dons au service des autres. Solange pratique la voyance par téléphone. La perception de la voix et le prénom lui fournissent les éléments nécessaires pour répondre aux interrogations des consultants. Alexis Claude exerce depuis plus de dix ans avec pour support un jeu de cartes crée par lui-même, qui raconte « une vie quotidienne Coiffeur de formation, il se décrit comme cartésien très «terre à terre». Il n’a jamais voulu être voyant. «On m’a poussé à m’installer, je gagnais bien ma vie auparavant» déclare t - il. Françoise Ietot, quant à elle, a étudié l’astrologie il y a dix ans. Elle a choisi cette profession par passion. Les supports qu’elle utilise sont l’astrologie et les cartes cela varie en fonction du type de consultation. Ces hommes, ces femmes extralucides, sont devenus voyants. Ils possédaient un don héréditaire ou non, mais reconnaissent avant toute chose qu’ils ont été poussés par le destin dans cette voie, d’autant que chacun avait une situation professionnelle établie. Claude Alexis considère cela comme « une espèce de sixième sens » et selon lui « tout le monde en est doté », Finalement, ce don le gêne un peu. Il s’interdit de donner des dates précises car il ne s’agit en aucun cas de diriger la vie des autres. La décision revient aux consultants, Claude Alexis est là pour prévenir. On note chez chacun de ces voyants des motivations quasi identiques quant à leur rapport avec le métier. Pour Françoise Letot, comme pour ses confrères, les mots d’ordre sont l’écoute, l’aide par la transmission d’informations, sans pour autant diriger l’avenir d’autrui. Les pratiques occultes relevant de l’envoûtement sont fermement récriminées. En aucun cas il ne s’agit d’abuser de la faiblesse d’un être. Et chacun sait combien il est facile de tomber entre les mains de pseudo - voyants dont l’objectif est purement vénal. Pour Claude Alexis, comme pour Solange, l’amour des autres, la découverte de l’autre, cet autre qui vit peut être des situations que l’on a soi- même connues, les aident dans leurs consultations car il s’agir avant tout de relations humaines. Claude Alexis souhaite dire aux gens ce qu’il ressent sans fioriture mais ne veut en aucun cas prendre des décisions pour eux. Solange ouvre des portes, permet aux consultants de prendre conscience des événements qui les attendent, elle les alerte en les engageant à se prendre en charge eux mêmes et ce, dans leur intérêt. Françoise Letot considère qu’il ne faut pas tout attendre des voyants. Le voyant est là pour venir en aide, conseiller et la notion de libre arbitre est à ses yeux l’une des questions essentielles à respecter chez tout être humain. Par le biais d’une étude astrologique, il devient possible de dater des périodes et ajoute t-elle «les choses sont marquées de façons favorables ou non». Il convient par la suite de soutenir des personnes qui auraient des difficultés face à certaines situations, de les encourager. « Parfois, les gens vont tellement mal qu’ils attendent tout de vous, Il faut savoir rester à sa place ». Une fois de plus, on ressent à quel point la détresse de certaines personnes les pousse à vouloir tout obtenir et tout de suite comme si le médium, outre ses dons de prédictions était muni du pouvoir de magnifier leur avenir, au delà de toute considération se rapportant à la réalité. L’un des sentiments qui gagne les voyants à l’heure actuelle, est celui de la méfiance que cultivent certains consultants à leur égard. En effet, le contexte socio-économique bancal, les conjonctures politiques, induisent de la part de chacun des attitudes plutôt surprenantes. « En ce moment, on oriente beaucoup l’actualité sur l’abus. Les gens vont mal et il y aurait une tendance à assimiler l’ensemble de la profession à des escrocs » relève Françoise Letot. Elle reconnaît à quel point il est honteux d’abuser de la faiblesse de certains clients d’autant qu’il s’agit le plus souvent de personnes en détresse à qui l’on fait croire que l’on peut résoudre leurs problèmes. Mais elle regrette néanmoins que l’ensemble de la profession en subisse les inconvénients d’autant qu’ils sont un certain nombre à œuvrer dans le sens d’une clarification des statuts et du respect des consultants. Concernant les limites de leur action, ils s’accordent à penser qu’ils ne sont pas détenteurs de tous les pouvoirs. Leur métier consiste à divulguer des informations quant à l’avenir des consultants. Les envoûtements et autres pratiques occultes ne font pas partie de leur univers, Claude Alexis reconnaît que l’exigence de certains clients est liée à leur état, leurs attentes et leurs incertitudes face à l’avenir. Par conséquent, ils sont impatients et exigeants. «Vous n’avez pas le droit à l’erreur et certaines personnes réagissent mal lorsque vous leur annoncez des choses qu’ils ne veulent pas entendre». Dans la mesure où nul n’est détenteur de la vérité absolue, ils sont parfaitement conscients de leur râle, et de la portée de leurs propos. Annoncer la mon est une chose délicate. Certains s’interdisent de le faire. Ll y a une façon d’aborder la question, de parler de ce sujet», nous dit Claude Alexis. Pour Française Letot, il en va de même. Non pas que le sujet soit tabou mais un consultant est une personne qui vient chercher de l’aide. Il faut donc essayer de trouver un terrain d’écoute, d’échange et d’aider au mieux. Solange n’hésitera pas à orienter une personne vers un médecin, un psychologue si elle perçoit que l’aide relève d’un tout autre domaine, Le médium est là pour donner des points de repaire quant à l’organisation de l’avenir mais il ne va pas guérir un consultant. Leurs clients viennent de tous horizons et sont issus de milieux socio-économiques très divers. En effet, bien que certains individus se disent cartésiens au point de ne jamais recourir à la voyance, ils ont certainement été tenté pat une consultation dans un moment de doute, L’envie de savoir, de connaître des dénouements, d’anticiper les événements, de se rassurer, d’être conseillé sont tant de raisons qui motivent un consultant à franchir le pas. Parmi les satisfactions les plus encourageantes que procure ce métier, celles du bien être du client après consultation (ou suivi de consultation), celles gageant d’une amélioration de la situation et d’une prise en main du destin ravissent les trois voyants.Claude Alexis qualifie cette satisfaction de «plus belle école de la vie», Solange et Françoise Letot sont ravies de recevoir des nouvelles et de constater qu’elles ont pu se rendre utiles. Quand voyance rime avec bienveillance, d’un côté comme de l’autre, chacun pourra trouver réponses à ses questions. Yamina Gueham

  • article paru dans INAD Consommateurs
Publié

LA CONDITION HUMAINE

« Je pense, donc je suis ». Cette assertion de Descartes mériterait un complément: «Je ne suis que dans les limites où je pense». D’où l’intérêt de points d’appui, de jalons, de conseils éclairés. Tous, un jour ou l’autre, nous éprouvons ce besoin de déborder le cadre de nos faibles moyens. Il faut bien convenir que ce don de vie aux humains passe l’entendement. A tenter de pénétrer les mystères qui nous enveloppent et président souvent à notre destinée, combien d’interrogations, vaines vu notre incapacité à résoudre ce qui nous interpelle tant! Ignorance - Méconnaissance - Perception - Foi - Révélation - Amour - telle nous semble être cette échelle de Jacob qui nous est proposée, face à ce Cosmos où nous ne figurons que comme des «poids de rien». Au fil des temps, quelques personnages éclairés, inspirés sont apparus ici-bas, sorte de porte-paroles d’un monde supérieur - milieu devin? - stimulant nos interrogations, guidant nos pas : Emile et Elisée, voici près de 3000 ans, délivrant messages, encouragements, promesses, menaces de jugement... suivis d’Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Daniel, édifiant, exhortant, consolant, tendant à éclairer les hommes dans un sens propre à façonner leur destinée. Le premier «vrai» voyant fut peut-être Jérémie, en butte, en lutte, et parfois victime du malin. D’autres, nombreux, lui emboiteront le pas, apparentés aux prophètes, à leur office sanctifié comme prêtrise ,œuvrant semblablement au milieu d’aveugles, de nouveau-nés aux pas hésitants, somme toute nous autres... .non voyants, encore en enfance, qui avons grand besoin de nous référer aux cailloux blancs de certains petits poucets pour ne pas nous perdre sur notre chemin aventureux d’où l’ogre et le loup ne sont jamais loin non-voyant que nous sommes longtemps en cette sorte de tunnel de la vie où la moindre lueur nous apparait commun trésor et une grâce ...non-voyant encore lorsqu’il convient de nous encorder pour gravir telle difficulté - piton, mont et surplomb - que nous ne saurions affronter solitaires. ...non-voyant, bien que Présidents de la première puissance au monde; les Lincoln et Kennedy dont deux conseillers proches (à l’homonymie inversée) ont, seuls, la prescience des attentats qui vont survenir- ce qui ne fait qu’accroître le mystère de nos destins propres ...non-voyant enfin, les faux prophètes - tel Ananas foudroyé devant Pierre - et à travers les temps la kyrielle de mercantis prostituant cyniquement l’office au nom des Belzébuth... un temps! . . .
Quand aux autres, vrais voyants à l’intégrité rigoureuse et la déontologie sans faille pénétrés de modestie et de prudence parce que dépositaires d’une parcelle du sacré, ils servent leur prochain, relativisant leur privilège, convaincus que, pour ceux d’En-Haut, eux aussi demeurent des... « mal-voyants ». Georges SEGNEUR Auteur de : Aux enfants d'Abraham Ancien conseiller d'un Président Africain

  • cet article a été publié dans INAD- Consommateurs n°2
Publié

Les voyants sous les projecteurs

Le pouvoir surnaturel que l’on prête aux voyants est comparable à l’influence magique des sorciers, à la fascination exercée par une prédiction que ni la logique ni l’intuition ne permettaient d’envisager Le voyant impose une vision, qu’elle soit passée, présente ou à venir. La prévision d’un événement s’appuie sur un enchaînement de faits déjà vécus qui vont former un nouveau potentiel de faits. Le voyant impressionne car il pénètre notre intimité. Le sorcier qui retrouve une personne disparue en interrogeant son pendule exalte notre imaginaire plus encore que le meilleur des agents secrets. La voyance aujourd’hui ou la sorcellerie d’hier et d’avant-hier excitent les passions et la curiosité car elles touchent le mystère profond de l’origine de l’homme. Quelles sortes de perceptions l’authentique voyant ressent-il? Il utilise souvent un support, fréquemment un tarot. Le tirage en croix avec le Tarot de Marseille par exemple, lui permet d’annoncer un événement et sa conclusion. Le cerveau et la télépathie n’ont pas encore livré tous leurs secrets. On ignore si le voyant “cueille” ses informations au fond de nos pensées; encore faudrait-il supposer que nous connaissions déjà notre propre devenir. De nombreuses constatations démontrent qu’un voyant lit un thème de naissance sans le connaître. Dans le cas par exemple de Coluche, qui possède Uranus à I’ ascendant et une exacte conjonction Mercure Mars formant un imbroglio d’aspects difficiles, un accident était probable sous certaines directions et transits de ces planètes. Face à l’acteur un voyant pouvait pressentir ces avertissements planétaires et deviner que sa vie serait écourtée à la maturité (en vérifiant par exemple cette assertion dans sa ligne de vie). Tandis que l’astrologue, suspectant un risque d’accident cherchera à évaluer la maison VIII (accidents, mort, héritages). Aucune planète ne s’y trouve à la naissance de Michel Colucci. Jupiter, maître de VIII régit la maturité et se trouve près de la Lune noire, maléficiée. Saturne n’apportant pas le soutien du temps car il est faible et mal aspecté, le risque d’accident mortel n ‘était pas écarté. L’analyse du thème de naissance rejoint la fugitive vision du voyant. Astrologues et voyants sont en osmose et leur rivalité ne saurait exister hormis bien sr contre les faux prophètes qui pullulent et confondent le consultant avec la tirelire du Père Noël. Devant l’accumulation de preuves fournies par les voyants peut-on en partie expliquer l’énigme du phénomène? Un thème natal contient des éléments intéressant de réponse grâce aux vibrations de certaines planètes, leur position et la configuration des maisons. Affirmer la voyance dans un thème demande cependant des investigations plus prolongées, et seule la synthèse de toutes les influences planètes, maisons, signes, orientera vers telle ou telle direction. Selon la logique des analogies planétaires Neptune devrait être la première planète à observer. En astrologie Neptune est le domicile des Poissons et de la maison XII. Cette planète située au-delà d’Uranus régit les mouvements de l’inconscient, la matière impalpable de l’âme, l’intuition,l’inconnu... Le cycle neptunien est lent, environ une dizaine d’années par signe. Il y a peu de chances que Neptune se positionne sur l’un des 360 degrés monomères favorisés par le don de prophétie dont il n’existe qu’une dizaine. Nostradamus lui-même n’en a pas bénéficié en ce qui concerne la planète des prémonitions. Les dons psychiques sont plus fréquents avec Neptune sur la pointe de l’ascendant et, lorsque la planète occupe la maison I la personne est naturellement portée vers l’étrange. La piste neptunienne est intéressante à suivre si l’on cherche à s’assurer des facultés du voyant. Les possibilités extra-sensorielles de Neptune seront renforcées lorsque les maisons dites occultes ou d’eau imprègnent le thème car elles exaltent la perméabilité aux influx extérieurs, à l’invisible.

Les maisons IV, VIII et XII régissent respectivement la conception, l’origine de la vie et sa fin reliées au Cancer et à la Lune, la sexualité et le mystère de la vie et de la mort sont du domaine du Scorpion et de Pluton et enfin les rêves, l’inconscient correspondent aux Poissons et à Neptune. L’astre de la nuit est propice au rêve et aux prémonitions. La Lune domine la maison IV par son analogie avec Minuit et l’éloignement maximum du Soleil, par extension la fin de notre séjour sur terre. La VIII en trigone à la IV pouffait évoquer les pérégrinations de l’esprit et la XII un voyage dans l’inconnu. Les phénomènes psychiques se produisant pendant le sommeil n’obéissent pas à la volonté; ils ont leur propre automatisme. Le rêve débouche sur la faculté d’imaginer et de pressentir de nouvelles formes. La création de l’homme a lieu au moment de la Nouvelle Lune dans plusieurs cosmogonies y compris celle de la Babylonie. Cette faculté imaginative de la Lune suggère la voyance, particulièrement lorsque l’astre est angulaire en I (le soi), en IV, ou en maisons VIII et XII. Le voyant Didier Derlich présente la Lune en maison I conjointe à Lilith. La Lune n’est pas seule à l’origine d’un don spécifique, il faut ajouter les aspects qu’elle forme avec trois planètes en VIII: Uranus, l’illumination, l’éclair, et Mars Pluton domiciliés dans leur maison. Si l’on considère le Soleil et Vénus très angulaires en IV le thème du voyant contient 5 planètes dans les lieux dits ésotériques. Les planètes reliées à la Lune en orbe assez serrée (moins de 50) expliquent une sensibilité particulière et un don possible de prémonition. Les degrés de la Caballe n’apportent pas de confirmation, la célébrité du voyant reste essentiellement populaire. Il ne semble pas que le don de prophétie naisse de simples aspects lunaires, le voyant se met cependant à l’écoute des maux quotidiens en rapport avec l’astre le plus rapide. En relation avec le public, la foule la Lune montre la popularité de Didier Derlich, La Lune noire apporte un facteur significatif dans un thème orienté vers L’occulte. Souvent inquiétante on rattache la Lune Noire ou Lilith au karma. Elle est Hécate, lune infernale qui perce les ténèbres ou produit les enchantements. Conjointe à une planète elle en creuse la signification intrinsèque. À Neptune, par exemple, Lilith sonde (es mystères de l’inconscient. A la Lune (Didier Derlich) elle approfondit le rêve en détecte les faces prémonitoires, aiguise l’intuition. En conjonction à Pluton elle peut révéler les mystères les plus profonds mais aussi entraîner dans une plongée dans les ténèbres amenant destruction ou renouvellement. Au fil de ces recherches on pourrait comparer la voyance à un état proche de la transe et en déduire que le voyant ne peut exercer son art plusieurs heures de suite, encore moins derrière un téléphone … Mort et pouvoir supranaturel se rejoignent lorsque Lilith est conjointe à Pluton en maison VIII. Chez Nostradamus la Lune y séjourne de surcroît. La brillante carrière du médecin de Salon apparaît dans le rôle central de Jupiter, significateur général de la médecine, exalté en cancer en IV. Jupiter est conjoint à Mars Saturne et relie la Lune et Uranus dans un grand triangle. Le nœud Nord de la Lune est sur l’ascendant décrit par le 29e degré des Poissons: “Lorsqu’il est animé de l’esprit prophétique, que ce soit en sciences ou dans tous cas graves pour le gouvernement ou la santé de ses semblables, il risque de n’être écouté que tardivement. Cependant il fera progresser la recherche des secrets des forces naturelles, et très avancé dans l’art de guérir, il apparaîtra tel un thaumaturge ranimant les morts des portes du tombeau.” Les degrés influençant la voyance sont rares mais chez Nostradamus 4 degrés sont concernés (en prenant les degrés des 9 planètes). Vénus nous décrit l’inventeur d’un appareil apte à capter ou démontrer des influences considérées jusque là immatérielles ou impalpables, le rendant maître pour ainsi dire de l’espace et du temps. Le degré de Pluton évoque un Temple, au fronton duquel se lit l’inscription: Notre Dame de la Miséricorde. Une femme, nimbée comme une madone et dont les mains se prolongent en rayons fluidiques, étend les bras dans un geste de protection. Le Mage de Salon n’a jamais contracté la peste en vivant des années à son contact. Mercure trônant surie milieu du ciel est sur un degré d’initiation aux Arts Magiques. Une telle profusion de dons pourrait se passer des influences de planètes en maisons. Toutefois la Lune, Lilith et Pluton investissent la maison VIII et Uranus en XII étend ses trigones aux planètes en signe d’eau. Ce triangle d’eau éclaire le thème d’une perpétuelle inspiration, toujours contrôlée par l’intelligent Mercure et ses propriétés de raisonnement, à côté du Soleil au milieu du ciel. Les maisons à partir de l’ascendant sont dans leur ordre naturel du Bélier au Poissons en XII, permettant l’amplification de leurs propriétés. Ce prophète n’eut pas besoin de Neptune à l’ascendant pour stimuler son génie alors que le thème entier s’architecture autour d’une pensée supérieure contenant la vision du futur. Il ne s’agit pas bien sûr de prédire des dons de voyance, de guérison ou de prophétie à toute planète réceptive en position de force. Si la Lune et Neptune accordent l’inspiration il est fréquent de retrouver ces dominantes dans les thèmes artistiques, plus spécialement chez (es écrivains. Un Neptunien sera peut-être un navigateur chevronné ou un simple amateur de planche à voile, à moins qu’il ne travaille dans l’industrie chimique ou devienne alcoolique.

Monique Debouyllon et Jacques Fieffe

NB: cet article a été publié dans le magazine Destins-ombres et lumières.

Publié