La révolte d'une voyante repentie

Mon nom est Roxana, mon pseudo étant ... sur le site de Cosmospace. Le scénario à suivre était simple, il fallait faire parler le client (ou la cliente), en lui faisant raconter une partie de sa vie. Déterminer les attentes de la cliente, puis poser des questions : “Combien de temps a duré cette relation ?”, “Depuis quand êtes vous seul(e) ?”, et annoncer que c’était à cause d’un “dialogue stérile” ou d’un “manque de dialogue” que le couple s’était séparé (dans le cas d’une rupture sentimentale). Pour éviter les drames (la responsable m’a clairement dit avoir déjà eu “des personnes en train de se suicider alors qu’elles étaient au téléphone avec [nous]”, et qu’elle avait du appeler les secours pour les envoyer au domicile des ces pauvres gens), il fallait fixer des rdv chaque semaine avec les personnes pour “faire le point” et continuer de les faire parler en laissant “toujours un espoir” et en expliquant que l’on sentait une “vague d’énergie positive” arriver, mais que ça allait prendre du temps (les prédictions étaient valables de “6 à 10 semaines”). L’ex-partenaire n’était “pas prêt” à revenir pour le moment (pour diverses raisons). J’avais un rôle “d’accompagnement”... 

Il fallait alors attendre que les clientes rappellent régulièrement, jusqu’au jour où elles finissaient par nous dire qu’elles n’en pouvaient plus d’attendre et avaient décidé de passer à autre chose. Ce à quoi il fallait répondre que c’était bien qu’elles aient pris cette décision, car justement, des “ondes positives” arrivaient en masse pour leur changer la vie.   Pour les faire passer en “transfo” (“transformation, c.a.d. passer de la simple consultation à 0,34 € la minute à la consultation privée à 15 € les 10 minutes, puis 4,50 € la minute supplémentaire), il fallait insister sur le fait qu’on pourrait leur fournir plus d’informations en privé. La phrase à dire : “Accordez-moi 10 minutes”, ça me permettra de vous en apprendre davantage. Il fallait demander 4 chiffres de 1 à 22 (dans mon cas) et quels qu’ils soient, je devais déblatérer sur ce que le consultant venait de me dire.  Le mot d’ordre “A la fin de la transfo, tu accélères pour les faire passer en prol’.”(prolongation à 4,5 € la minute). Je devais tenir le client en haleine afin de le faire débourser un maximum, car les 3 premières minutes de prolongation n’étaient pas comptabilisées si le client raccrochait avant la fin de la 3ème minute de prolongation (il fallait 4 minutes minimum pour qu’elles soient facturées) Le seul point positif : si on ne respectait pas le bip indiquant la fin des 10 minutes en le signalant au client, la prolongation devait être offerte (c’est ce qui était dit dans le tchat dont j’ai gardé une copie d’écran).   Il m’a été reproché d’être “trop directe” et de ne pas faire passer assez de temps aux gens au téléphone. Je ne savais pas comment broder, alors parfois, la responsable prenait la communication en cours pour me dire les phrases à répéter au client, pour l’inciter à passer en transfo avec moi, ou comment éconduire les client(e)s qui ne voulaient pas payer plus.

Je précise ici que toutes les parties entre guillemets sont les mots exacts de la responsable.

... je vous indique à titre informatif les rémunérations et quelques autres détails : 5 € HT/heure générée, 0,28 € HT/minute pour les appels provenant de la Suisse, de la Belgique, du Canada et du Luxembourg.

Pour les paiements en carte bancaire : CA de 0 à 4 999 € HT : 28 % de reversement, CA de 5 000 à 11 999 € HT : 30 % de reversement, CA de 12 000 à 19 999 € HT : 32 % de reversement, CA à partir de 20 000 € HT : 35 % de reversement. En outre, lors de ce qui a été un simulacre d’entretien d’embauche, fait par téléphone, il m’avait été assuré que le chèque de caution du matériel d’un montant de 200 € ne serait pas encaissé. Or, à réception de mon contrat (que je fournirais si vous le souhaitez), j’ai appris que le chèque serait encaissé après “deux mois révolus d’activité”. J’avais accepté une amplitude horaire de 14 h à 23 h du mardi au dimanche inclus. Pour ma part, je n’ai vendu aucun forfait, puisque c’est le standard qui est censé le faire, pour toucher une commission de 2,5 % du prix du forfait.   D’après le contrat (article 10) : “Le conseiller prendra à sa charge toutes les conséquences financières des dommages corporels, matériels et/ou immatériels (y compris image) consécutifs ou non subis par le client et sa clientèle à l’occasion de l’exécution du présent contrat.” En fait, Cosmospace sous-traite pour de nombreux autres partenaires. Les employés donnent à chaque connexion leur accord pour adhérer à la “Charte de Déontologie” que je pourrais vous faire parvenir si vous en avez besoin, de même que le contrat et son avenant.   Voilà, j’espère avoir fourni le témoignage le plus complet possible. Pour tout vous avouer, je pensais effectivement me faire pas mal d’argent, car ma carrière personnelle a du mal à décoller et que je pensais me “faire un nom” mais je ne veux pas profiter à ce point de la détresse morale. Au final, j’ai plus joué le rôle de psy que de médium.

Je croise les doigts en espérant que ma mésaventure servira à d’autres à ne pas faire les mêmes erreurs que moi.

Roxana ( pseudonyme)

Publié
comments powered by Disqus