interview exclusive

HUMOUR

Interview exclusive du Grand mage Kivatnikeh

Devant la polémique soulevée par l'existence des audiotels, nous avons décidé d'aller interviewer le plus honnête des voyants-médiums-astrologues-tripier-tapissier, le grand mage Kivatnikeh. Après douze heures de micheline, nous l'avons retrouvé dans sa modeste villa de 567m² au bord de la Méditerranée. Le grand mage Kivatnikeh nous a reçus au bord de sa piscine d'eau de mer. Buffy Brinogène: Grand mage, vous semblez fatigué. Du surmenage à cause de votre célèbre dévouement pour autrui? Mage Kivatnikeh : C'est exactement cela. Hier soir j'ai organisé une petite fête pour célébrer mon cent millième client. Ça s'est terminé vers 9 heures ce matin. Oui, j'avais fait venir un DJ d'Australie. Il faut bien aider les jeunes talents. BB: Votre sérénité, beaucoup de Français ont souffert de la crise. Comment avez-vous vécu cette période difficile? MK: Et bien, j'ai été très préoccupé par ce que vivait mes compatriotes. J'ai réfléchi à ce que je pouvais faire pour eux. Et je dois dire que la période a été très... productive. J'ai quadruplé mon chiffre d'affaires. BB: Votre magnificence, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, vous vendiez des potions amaigrissantes dans l'Aveyron. Aujourd'hui vous possédez une véritable entreprise. Comment en êtes vous arrivé là? MK: Laissez moi vous dire une chose. Dire au gens que leur amour va revenir, leur promettre le gros lot du loto, vendre de la poudre de perlimpinpin, ça paye bien. Mais ça prend un temps fou de baratiner les gens. Alors j'ai eu une idée lumineuse: faire travailler les autres. BB: Vous avez laissé tomber la voyance? MK: Pas du tout. Est-ce qu'on tue la poule aux œufs d'or? Bien au contraire, j'ai appliqué la taylorisation à la voyance. En gros, je paye, fort peu, des gens pour travailler à ma place. Et je vends, très cher, un service bidon à des gogos. BB: Vous faites travailler des voyants? MK: Surtout pas. Les vrais voyants coûtent trop chers. Et puis au bout d'un certain temps ils ont des remords. Bon, j'en connais quelques uns qui s'arrangent avec la moralité, histoire d'arrondir les fins de mois. Mais ceux-là préfèrent se la jouer perso. Je ne vais pas les blâmer. J'ai commencé comme eux. Non, moi je fais travailler des étudiants, des chômeurs … BB: Vous avez ouvert une école de voyance? MK: Non, mais vous me donnez une idée. Une école de voyance, des cours bidon, un joli diplôme en carton pâte. A deux mille euros le stage d'une semaine, ça peut être rentable de se diversifier. BB: Alors ces étudiants, vous les sortez d'où? MK: De la fac pardi. Vous savez quand on est étudiants, on doit payer son logement, ses fournitures, sa nourriture. Pas facile quand les parents ne peuvent pas aider financièrement. Moi je leur offre un job et je leur permets de survivre. BB: Ça consiste en quoi ce job? MK: Raconter des bobards à des personnes qui sont dans la mouise et qui veulent qu'on leur dise que ça ira mieux demain. BB: Et c'est bien payé? MK: Oui. Je leur donne 4 euros par heure générée. BB: 4 euros par heure de travail? C'est pas cher payé. MK: Ah non. Je n'ai jamais parlé d'heure de travail. J'ai dit 4 euros par heure générée. C'est-à-dire par heure de consultation. BB: Ils ont des connaissances ou un don, ces étudiants. MK: Non, ils ont juste besoin d'argent. BB: Et si un de vos pseudos voyants n'attire pas de clients? MK: Il n'est pas payé. BB: Pardon grand mage, mais c'est de l'exploitation. MK: De l'exploitation? Je dirai plutôt que c'est une chance pour eux. Les petits boulots ça court pas les rues ces temps-ci. Pour un jeune, le choix se limite entre le fast-food, la voyance bidon ou la prostitution. Le fast-food ne peut pas faire travailler tout le monde. La prostitution ça rapporte mais ça donne froid aux fesses. Moi je leur permets de travailler bien au chaud, chez eux, tout en étudiant. Et puis c'est ça ou rien. BB: Charmant. Et du coté des consultants, ça se passe comment. MK: Les gens appellent, attendent, rappellent. Ils sont invités à retenter leur chance le lendemain. Et oui, qui sait, on peut toujours avoir de bonnes nouvelles le lendemain. Alors ils rappellent, rappellent et rappellent encore. C'est comme pour le loto, ils tentent leur chance tous les jours. Mais au final, c'est moi qui gagne le gros lot. BB: Ils sont si nombreux à faire appel à vos services? MK: Que voulez-vous, en temps de crise, les gens doivent faire face à des tas de problèmes. Alors ils se raccrochent à ce qu'ils peuvent. Les gens sont devenus si égoïstes qu'ils se foutent des autres. Du coup, quand ils ont des problèmes, ils n'ont personne à qui se confier, personne pour les soutenir. Moi je leur fais croire qu'ils ont trouvé une oreille attentive. Je suis comme un ami pour eux. Un ami payant, c'est tout. En ce moment, ce qui marche bien, c'est l'emploi. Et puis il y a les valeurs sûres comme le retour d'affection et le gros lot du loto. Ça c'est indémodable. BB: Vous continuez à proposez des travaux occultes, alors. MK: Officiellement, non. J'ai même inscrit sur mon site internet que la déontologie interdit ce genre de pratique. Mais quand le client est bien ferré, on lui propose un petit truc en plus. Un galet ramassé sur la plage et revendu comme pierre astrale rapporte 2000 euros. Il ne faut pas laisser passer une occasion de payer ses impôts. Je ne suis pas l'Abbé Pierre. Tenez, le must en matière d'arnaque, c'est la poudre magique obtenue après un rituel connu des seuls initiés qui se déroule les soirs de lune rousse dans un coin perdu de l'Afrique. Je vends ça de 5000 à 25000 euros. Mais attention, je suis honnête. Chaque fois que je m'offre un safari, je ramasse de la latérite dans les jardins de l'hôtel où je descends. J'ai une conscience. BB: Vous n'avez pas honte par moment de profiter de la détresse grandissante des gens? MK: Pas du tout. Car après tout, tendre la main, même si c'est pour taxer le portefeuille, c'est toujours tendre la main. C'est le geste qui compte, vous savez. BB: Et vous les trouvez où ces gogos? MK: Voyons, il suffit de sortir dans la rue pour en ramasser à la pelle. BB: Vous faîtes du racolage? MK: Qu'allez-vous chercher là? Je travaille mon image, c'est différent. J'adopte quelques pseudos, je réponds à quelques questions sur les forums de voyance, j'offre une question gratuite, je passe des petites annonces sous différents noms, j'ai deux sites internet où je propose d'aider les gens. Je prône même une certaine déontologie. J'appâte le client quoi! BB: Et que se passe-t-il quand le client mord à l'hameçon? MK: J'écoute, je caresse, je fais peur pour mieux rassurer, j'offre toujours plus de services. Tout y passe, voyance, tarots, astrologie, magie, envoûtement, maladie, mauvais œil. Le principal est de fidéliser la clientèle, puisque chez nous, un client heureux est un client qui paye… Même s'il n'a pas les moyens. BB : Vous pensez ouvrir une annexe d’un service audiotel à l’étranger ? MK : C’est déjà fait. J’ai déjà une plate forme en Tunisie et ça marche du tonnerre de Dieu.

Buffy Brinogène

Publié
comments powered by Disqus