Un petit pas pour le médium, un bond de géant vers la réactivité ?

Voilà ce que pourrait nous inspirer l’une des questions finalement abordées au sein de l’Assemblée Nationale le 21 février 2012. La députée Christine Marin a en effet attiré l’attention du Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation, sur la problématique de l’absence de réglementation quant à la pratique des arts divinatoires en France. Nous ne saurions en effet que trop nous rappeler que cette activité, de par le peu d’encadrement qu’elle met à disposition du consommateur français, attire de nos jours nombre d’escrocs et de bonimenteurs en tous  genres, dont la dignité et les scrupules se vendent à 3 euros la minute.

Nous évoquions il y a quelques mois le peu d’éthique et de déontologie dont savent faire preuve la plupart des plateformes audiotels (société Wengo,Cosmospace....) qui s’octroient aujourd’hui et sans doute aucun la part de marché la plus juteuse quant à l’exercice de la voyance en audiotel. Scandaleuse, nauséeuse, les qualificatifs ne manquent pas pour désigner l’attitude d'un grand nombre de ces professionnels auto-proclamés qui continuent, encore et toujours, d’exploiter des personnes en situation d’isolement et de détresse morale extrême.

Que de proies faciles forment-elles pour ces industriels de la détresse humaine d’une ère nouvelle, qu’aucune barrière n’intimide ! Quelle piètre image donnent-ils au médium qui essaie d’exercer son talent avec altruisme! Demandons-nous légitimement  pourquoi,  oui pourquoi, il aura fallu tant d’années pour qu’enfin la législation française montre ces premiers signes de réactivité ?

Madame Christine Marin a rappelé à juste titre qu’en vertu du nouveau Code Pénal entré en vigueur le 1er mars 1994, tout ce qui n’était pas considéré aux yeux de la Loi comme une infraction était par conséquent permis. La voyance, occultée depuis des années par l’hégémonie incontestée des sciences humaines, avait ainsi de beaux jours devant elle pour évoluer dans leur ombre, sans que quiconque ne s’en préoccupât.  La porte était alors ouverte à tant de dérives qu’elle en est devenue une discipline anomique, dont les normes, l’organisation et les structures se sont lentement désintégrées. Des praticiens douteux, se sont mêlés à d’honnêtes voyants sans qu’il soit désormais possible pour le consultant non averti de les identifier.  Que d’insultes, de mesquineries, de propos diffamatoires ou outranciers portent maintenant la grande majorité des'' experts'' de Wengo à l’endroit de leur clientèle, non contents qu’ils sont d’abuser de sa confiance que le malheur aura rendue naïve !

Un fort sentiment d’impunité renforce leur besoin de provoquer, de duper : il a été question dernièrement  sur le forum experts de ladite plateforme de supprimer définitivement tout système de notation envers les voyants, jugé « trop scolaire », « désuet » ou « dévalorisant » pour ces derniers ! Quel recours auront désormais les futurs clients qu’aucun indice ne pourra mettre sur la voie d’une possible escroquerie ? Le peu de transparence qu’offrait le système d’évaluation des fiches experts les gêne désormais, il faudrait  que la plateforme les couvre tout entiers !

Jusqu’où ira cette course vers l’abus de confiance, l'escroquerie, la manipulation alors que nous avançons timidement vers la réglementation des arts divinatoires ? Combien de personnes devront être escroquées, leurrées, ruinées, lésées, humiliées ? Comment se fait-il qu’aucune formation basique en psychologie dans un métier qui en requiert constamment l’exercice ne soit demandée ? Ni diplômes, ni concours, ni autorisations pour se lancer dans ce métier. Seul le talent compte, celui d’aider son prochain, ou celui de l’enfoncer encore plus au profit de sa seule personne, pour la plus grande et triste majorité des cas. Puisse cette volonté d’instaurer une réglementation dans l’exercice de la voyance s’imposer dans l’esprit de tous, à commencer par les premiers concernés, ses usagers. Faudra-t-il que des personnes se fassent arnaquer de plusieurs milliers d’euros pour qu’enfin elles daignent réagir? Le malheureux exemple des clients déçus ne suffira-t-il pas à détourner de futures cibles de leur envie de consulter ?

Le problème est désormais posé, grâce au concours opportun de Madame Christine Marin, mais aussi, probablement, et par voie de conséquence, grâce aux actions et aux différents témoignages  apportés  sans relâche par l’INAD. Nous espérons qu’une collaboration étroite en découlera sur le court terme, au nom du droit menacé du consommateur français.   Amélie.

Publié
comments powered by Disqus