Un homme et une femme, les complices du désespoir

...Veuf, j'ai rencontré une personne avec qui j'envisageais une vie commune. Celle- ci ayant trouvé du travail, m'a quitté.

Ayant su sa publicité (...)j'ai contacté une voyante, Mme B à CANNES, qui voyait de fortes chances de retour de mon amie, et m'a proposé de me donner le numéro de téléphone d'un magnétiseur J'ai donc pris contacte avec lui, il m'a demandé de venir à Cannes pour commencer le travail. Sur place, je lui ai remis, chez Mme B., 900 euros puis 760 euros.

Par la suite, et à sa demande téléphonique, j'ai été amené à lui faire d'autres chèques, sur le Crédit Mutuelle de Bretagne, que je devais envoyer à son comptable, M. à MOUGINS. (Ci-joint, reçu d'envoi Chronopost).

J'ai été amené " à le rencontrer plusieurs fois, à mon hôtel, ou une fois à son cabinet à Mougins (dont je n'ai pas l'adresse, car il venait me chercher à l'hôtel).

Le 6 Juin, je lui ai remis 3 700 euros en espèce et le 18 Septembre, 2 500 euros en espèce. Comme vous pouvez le voir, certains chèques ont été encaissés par Mme B., qui bien que je ne le pensais pas, " était dans le coup ". Lorsque je l'ai rencontré le 5 Septembre ..., il m'a dit que le travail était très difficile, mais que je ne devais pas m'inquiéter. Il m'a alors présenté une assistante, divorcée, qui semblait très sympathique.

Je les ai revus le 18 Septembre, et après luis avoir remis les 2 500 euros, il m'a informé que je ne laissais pas son assistante indifférente ...., mais si nous voulions faire plus amples connaissance, il fallait que son cabinet la " libère " du " vœux qu 'elle avait fait ". Pour cela, je devais lui verser une somme d'environ 20 000 euros, Là, j'ai compris, et j'ai tout arrêté.

Monsieur M. NANTES

Publié
comments powered by Disqus