Institut National des Arts Divinatoires (INAD)

L'escroquerie payable en 3 fois

J’ai consulté la voyante L… à Paris 12 éme. Lors de ma deuxième consultation pour des problèmes sentimentaux, la carte du mauvais sort est ressortie. Mme L m'a dit qu’un mauvais sort avait été jeté sur moi, depuis de nombreuses années, et qu'il a était effectué à 90 % pour me faire échouer dans le domaine sentimental et dans ma vie en général. Elle m'a dit aussi que ce sort était si puissant que même le secours de l'église était insuffisant. Elle m’a précisé que : « … tant que ce sort serait sur moi, mes relations sentimentales seraient systématiquement vouées à l’échec, même si cela ne m’empêchait pas de faire des rencontres. Elle m'a dit également, à cause de ce maléfice, que je resterai bloquée indéfiniment dans tous les domaines…

Inquiète, je lui ai donc demandé qu'elles étaient les solutions ? Elle m'a dit, en substance, que c'était un travail très long et très délicat pour enlever ce mauvais sort, que son intervention, pour me débarrasser de ce maléfice, avait un coût, un coût onéreux. Et qui serait de l’ordre de 600 euros avec possibilité de payer en 3 fois….

Personnellement je ne crois pas à ce type de maléfice mais elle est arrivé à mettre un doute dans mon esprit… tout ce que j’entreprends n'aboutit jamais de façon positive. J'aimerai donc savoir s’il est réellement possible …. D'autre part est- ce que ce type d'offre de service tel que : annuler ou combattre un mauvais sort est une pratique courante ou normale qui relève de la compétence d’une voyante ?

Je vous remercie de bien vouloir m'apporter une réponse afin de m'aider dans les meilleurs délais car je suis très inquiète et méfiante en même temps. Je ne voudrais pas me faire arnaquer de 600 euros. J'aimerai également savoir si cette voyante dont je vous ai communiqué les coordonnées n'a pas fait l'objet de poursuites pour escroqueries ou autres de la part d'autres clients.

Emilie Paris

Publié

Comment déposer plainte pour escroquerie

Tout consommateur qui pense avoir été victime d’une escroquerie, d’un abus de faiblesse , d’une manipulation mentale , de travaux occultes imaginaires, de chantage de pressions ou de menaces… de la part d’un cabinet spécialisé dans la voyance par téléphone, d’un voyant, d’un astrologue, d’un marabout ou d’un pseudo-mage, peut déposer plainte, en s’adressant à la brigade de gendarmerie ou au commissariat le plus proche.La victime peut également demander le concours d’un avocat et , en cas de besoin, demander l’aide juridictionnelle, elle peut également déposer plainte par lettre simple ou recommandée (conseillée) au Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de la juridiction compétente (lieu de l’infraction ou domicile de l’auteur de ladite infraction). Il est indispensable, sous peine de voir la plainte classée sans suite, de rappeler l’historique de l’affaire et de préciser notamment : le nom du cabinet, du professionnel son pseudonyme s’il y a lieu, la nature, la date, le lieu, les circonstances dans lesquelles cette infraction ou délit à été commis. Et si le praticien exerce sous un pseudonyme la plainte est dirigée contre X ; les services judiciaires détermineront après enquête l’auteur de l’infraction. Si la victime entend obtenir réparation du préjudice, elle doit chiffrer le montant de la réparation, en joignant toutes les pièces justificatives. La victime peut aussi exercer, entre autres, elle-même les poursuites à l’encontre de l’auteur de l’infraction directement devant le tribunal correctionnel en déposant une plainte avec constitution de partie civile devant le doyen des juges d’instruction mais il est conseillé de prendre conseil auprès d’un avocat.

Publié

La '' voyante''et le garagiste condamnés

Mme Fabienne Farès, dirigeante Cannoise de deux sociétés de voyance par téléphone - lisia et Alexandra, vient d’être condamnée par le Tribunal de Grande Instance de Grasse, présidé Par Monsieur Emmanuel de Rosa , conformément aux réquisitions du Procureur de la République Monsieur Philippe Vigue à 36 mois de prison dont 27 avec sursis, pour abus de biens sociaux et pratique commerciale trompeuse. Son complice, garagiste, quant à lui, a été condamné à 24 mois de prison dont 16 avec sursis. Ces deux sociétés comptaient 6000 clients et empochaient jusqu’à 30.000 € / jour…

Publié

Les marchands de la détresse

Ma fille majeure a, pendant 10 mois, appelé le site de voyance V -WEB pour des consultations privées, ceci presque chaque jour et plusieurs fois par jour. Le prix des consultations soit 20.000 frs Suisse (14.000 €), furent débitées directement via sa carte de crédit dont elle avait communiqué le n°. Je dois vous préciser que ma fille était en pleine dépression, une dépression sévère…

J’aimerais vous demander si les voyants de ce site, à qui ma fille a fait appel, sont tenus à une obligation d’information à toute personne qui fait appel à eux, conformément à votre charte. En effet, ma fille en situation de mal être et en pleine dépression était totalement accroc à la voyance. Elle consultait ce cabinet jusqu’à 4 voire 5 fois par jour. Pourquoi ce cabinet n’a-t-il pas refusé les consultations à ma fille dont l’état psychique était déplorable ? Comment un professionnel de la voyance ne s’aperçoit-il pas au bout de quelques consultations que la consultante est malade, dépressive et en mal être ? Pourquoi aggraver sa situation financière et profiter de sa faiblesse ? N’aurait-il pas été plus logique de la diriger vers un psychiatre ou tout au moins un médecin généraliste ? La loi ne punit t-elle pas ce genre d’abus ?

De plus, j’ai constaté que ce site a contrevenu aux règles de la confidentialité et du secret professionnel. En effet, quand je leur ai demandé : « comment cela est-il possible que ma fille ait eu autant d’appels chez eux … » Pour me prouver qu’elle avait bien appelé, ils m’ont donné plusieurs informations, en particulier : les sujets et noms de personnes évoqués lors de ses conversations internet. » En vérifiant toute la liste des appels, j’ai constaté un nombre important d’erreurs, Bien entendu en notre défaveur.

J’aimerais connaître vos avis sur ce cas et quelles seraient nos possibilités d’intervenir sur le plan judiciaire pour obtenir réparation. J’ai décidé de vous écrire car ma fille est actuellement en traitement psychiatrique et ne peut pas le faire elle-même. Bien sûr, son problème n’est pas survenu à cause de ses consultations de voyance mais cela a largement contribué à l’aggravation de son état.

Je vous remercie par avance de votre aide et vous félicite pour votre site, qui protège les personnes et aussi les vrais voyants qui eux, sont là pour aider les autres.

Mariana (Suisse)

Publié

La descente d'une voyante aux enfers

Je vous contacte après plusieurs mois d’hésitation et sur les conseils de personnes vous connaissant par le biais de votre site. Je souhaite aujourd’hui vous faire part de mon histoire : « J’ai un cabinet de voyance depuis mars 2007, « cabinet V… » De réputation sérieuse avec une clientèle fidélisée et peu de publicités en magazine car nous avons jusqu’ à maintenant fidéliser nos clients grâce à notre travail et leurs retours positifs, beaucoup de geste de gratuité envers des clients avec peu de moyens financiers.

En novembre 2007, j’ai reçu une candidature d’un médium âgé de 58 ans avec 40 années d’expérience en cartomancie, je l’ai donc recruté sous contrat de prestations de services… Il a commencé donc dans mon cabinet et faisait un bon travail, les clients étaient satisfaits. Il s’est écoulé 3 mois durant lesquels ce Monsieur m’appelait tous les soirs à mon domicile afin de me raconter son enfance, ses joies, ses peines, son affection pour moi et toute l’aide qu’il comptait m’apportait face au travail que j’avais… Une confiance s’est alors installée entre nous et il se montrait disponible à tout moment pour des consultations ou pour ‘’m’aider’’ tout simplement.

Jusqu’ au jour ou ce Monsieur m’a fait une voyance sur mon petit ami en me disant que celui-ci allait se marier pour une histoire de business avec une femme qu’il ne connaissait pas, il aurait, selon lui, mon père en très mauvais état à l’ hôpital ,presque mort, ma mère à l’ hôpital psychiatrique avec la maladie Alzheimer et perdant complètement la boule, mon petit ami finir, lui aussi, à l’ hôpital psychiatrique à la suite à une tentative de suicide, ‘’sa carte’’ disait qu’ il était mort…

Peu après ça, tous les soirs il me conseillait impérativement de partir de chez moi avant le 15 mai 2008, car mon conjoint allait péter un câble et qu’il allait m’arriver quelque chose si je restais… Je l’ai écouté et de peur, je suis partie de chez moi, paniquée, le 10 mai et à partir de ce moment là j’ai commencé à aller mal car je n’avais plus mon copain, plus de maison, plus de travail… Je suis retournée chez moi le 15 et là il m’appelait encore pour me demander si ça ne me faisait pas bizarre de me retrouver chez moi, si je ne sentais pas quelque chose… Il m’a répété avec force que je devais repartir au plus vite car mon conjoint, à la suite à une dispute avec moi, allait prendre ma voiture, provoquer un accident et rester dans le coma, …

Je suis restée à mon domicile jusqu’ au 30 mai où j’ai été admise aux urgences à la suite d’une très grosse dépression. Lors de mon hospitalisation ce Monsieur m’a téléphoné à l’hôpital en me disant : « Vous voyez je vous l’avais dit que vous finiriez dans un hôpital psychiatrique !! » je lui ai alors répondu : « vous avez parlé de ma mère et de mon copain pour l’hôpital pas moi !!… Et là il me dit : « c’est la même chose! » Sur ce j’ai raccroché et suis restée dans ma dépression.

Je suis partie par la suite en clinique privée pour me faire soigner et suis ressortie pour rester hébergée chez ma sœur puisque j’avais encore peur de rentrer chez moi…

Aujourd’hui, j’essaye de reprendre mon travail difficilement car j’ai appris que ce Monsieur était parti avec mes clients, certains de mes médiums et il s’est fait héberger à un service audiotel qui travaillait avec moi en tant que partenaire publicitaire. Je vous écris pour vous dénoncer cet individu qui, après moi s’en est pris à deux autres cabinets à qui il a détourné leurs clientèles. Il faut préciser qu’aujourd’hui sa manière de procéder et de travailler est un véritable danger pour toutes personnes même non dépressive ou faible à la base.

Je suis actuellement en train de me reconstituer (c’est difficile !!) .En effet, après mon départ de ma maison je me suis retrouvée bien sûr dans une situation financière catastrophique, seule, sans travail et sans ressources… et des impayés à cause de ce médium car il s’est permis de prendre des consultations privées sur son numéro de téléphone et les CB des clients …. Je tiens à vous dire que je porterais plainte prochainement … .je peux vous apporter des témoignages de clients ou même de professionnels ayant suivis cette histoire de près.

Mme V.

INAD: L’affaire est si alarmante, si choquante et si grave que nous avons conseillé à la victime de déposer contre cet individu, habile manipulateur, escroc sans état d’âme, une plainte avec constitution de partie civile entre les mains du Doyen des Juges d’Instructions de la juridiction compétente pour détournement de clientèles, abus de faiblesse et manipulation mentale….

Publié

Plainte pour une escroquerie de 87000€

Hélène qui a été délestée de 87 000 € vient de déposer plainte contre le cabinet de voyance CEV et ses responsables pour association de malfaiteurs et escroquerie à la voyance en bande organisée.

Publié

Manipulation et escroquerie 140.000€

Comment une voyante a fait fortune en détruisant la vie d’une jeune femme. Au cours de notre vie, nous connaissons tous des hauts et des bas. Quelquefois, les bas sont si bas qu’on a l’impression de toucher le fond. A ce moment là, il est quasiment impossible de trouver seul l’énergie pour remonter à la surface. Alors on se tourne vers un parent, une amie, un psychologue. Quelques uns d’entre nous font appel à une voyante. Parce qu’on pense que cette personne connaît déjà notre histoire, parce qu’on a besoin d’être rassuré d’un avenir qui paraît fort incertain. Certains voyants apportent une aide réelle aux personnes qui les consultent. D’autres profitent de la détresse qui se présente dans leur cabinet pour dévaliser les comptes en banque. En 1993, Sandrine a 21 ans. Elle est amoureuse de R... dont elle attend un enfant. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour cette jeune femme qui a la vie devant elle. Mais voici qu’un jour, Sandrine perd son travail. Cet événement, qui pourrait paraître anodin quand on a vingt ans, va faire basculer la vie de Sandrine dans un cauchemar de huit longues années. Selon les célèbres lois de Murphy un problème ne survient jamais seul, il en entraîne un second, puis un autre et encore un autre...Ainsi, Sandrine voit-elle son ami la quitter Puis elle doit quitter son appartement. Enfin, son chien et son chat sont tour à tour écrasés dans la rue. Sandrine touche presque le fond quand elle accouche en janvier d’une adorable petite fille. Mais voilà, le bébé est très fragile et ses débuts dans la vie sont émaillés de problèmes. La genèse Ne sachant plus à quel saint se vouer Sandrine décide d’aller consulter une voyante, juste histoire de savoir si son avenir s’annonce meilleur, Elle prend donc rendez-vous chez Ghislaine, une voyante non déclarée qui reçoit à son domicile. Mathilde accueille Sandrine à bras ouverts, d’autant qu’elle voit en cette très jeune la victime idéale. Perdue, désespérée. Sandrine est alors prête à se raccrocher à quiconque lui apporte un semblant de soutien moral. Mathilde écoute avec beaucoup d’attention l’histoire de Sandrine. Très vite, le couperet tombe : Sandrine est ouverte aux démons, son entourage lui veut du mal et la mitraille de mauvais sorts. Effarée, Sandrine accepte de payer la mise en place de travaux occultes. En huit ans, Mathilde prendra à Sandrine 140 000 €

Une intelligence machiavélique Comme tous les voyous-voyants, Mathilde a su parfaitement utiliser les techniques de manipulations mentales qui permettent de créer une dépendance totale d’une personne vis-à-vis de l’escroc. Elle n’a eu de cesse de souffler le chaud (promesse de bonnes choses) et le froid (promesse de grands malheurs). Prise dans un engrenage, la victime accepte de payer des travaux occultes qui lui permettront de se débarrasser du mauvais œil qui la guette en permanence et de précipiter la venue d’évènements plus enviables. Et, à l’instar de ses charmants camarades voyous-voyants, Mathilde a su faire croire que les travaux occultes étaient réalisés par un mage vivant dans une contrée sauvage située à plus de 5000 kilomètres de la France. Mais ce qui caractérise Mathilde, c’est son extraordinaire intelligence ainsi qu’une mythomanie poussée jusque dans les moindres détails. Bien qu’étant peu instruite (elle saurait à peine lire et écrire). Mathilde est capable de déceler pour chacune de ses victimes les peurs et les angoisses qui les étreignent. Ainsi, elle sait exactement à quel moment prédire tel ou tel malheur Elle sait également la somme maximale qu’elle peut demander pour réaliser les soi- disant travaux occultes qui permettront d’éviter ces malheurs. En outre, Mathilde a su s’inventer une histoire personnelle en empruntant ça et là des bribes de vie. Elle a su également inventer des personnages qu’elle fait vivre depuis des années dans sa tête et dans celle de ses victimes. L’ogre et l’enfant Durant huit interminables années de souffrances, Sandrine a cru, Sandrine a culpabilisé, Sandrine a payé. Mathilde est rapidement devenue la confidente, la protectrice et la conseillère de Sandrine. Dès le début, Mathilde prend en main la santé chancelante de Sophie, la fille de Sandrine. Elle fait très vite croire à Sandrine qu’il faut faire différents travaux occultes pour améliorer la santé de Sophie. Car en l’absence de travaux occultes. Sophie est condamnée à mort. Paniquée, culpabilisée. Sandrine paie. Evidemment la santé de Sophie s’améliore un peu et Sandrine croit en Mathilde, sans même penser que la médecine y est pour quelque chose. Dès lors. Mathilde fait tout pour s’accaparer Sophie. Elle va jusqu’à prétexter que certains travaux occultes nécessitent la présence de Sophie pour que Sandrine lui confie l’enfant. Avec le temps, Sophie refuse de plus en plus d’aller chez cette personne qu’elle redoute au plus au point. Car Sophie vit chez Mathilde un véritable calvaire. Petite fille éduquée. Sophie doit supporter la violence de la fille cadette de Mathilde. Elle se voit même régulièrement accusée des innombrables bêtises commises par cette dernière. Clamant son innocence, elle est pourtant réprimandée par sa mère qui, à cette époque, ne peut croire que Mathilde lui raconte des bobards. Sophie sera sans doute marquée à vie par cette expérience douloureuse vécue durant sa prime jeunesse. Mais Mathilde n’en a cure. II était une fois... Mathilde profite des évènements pour renforcer son aura auprès de Sandrine. Sachant la mère de Sandrine menacée de licenciement, Mathilde demande 12000 francs à sa victime pour lancer des travaux occultes en vue d’une réhabilitation. Quelques temps plus tard, la mère de Sandrine récupère son travail et Mathilde ne manque pas de s’approprier la chose. Plus tard, la mère de Sandrine voit apparaître une tache sur son ventre. Pour Mathilde, c’est un cancer et l’occasion de soutirer de l’argent à Sandrine. Des travaux occultes sont soi-disant réalisés et la tache disparaît. Sandrine en sera une fois de plus très reconnaissante envers sa protectrice. Elle apprendra des années plus tard qu’il s’agissait en fait d’une allergie à un bain moussant et que sa mère avait tout simplement changé de marque.Ainsi.de promesses de cancers en promesses d’accidents, Mathilde va gentiment soutirer de l’argent à Sandrine. De 1993 à 1995, les sommes ainsi escroquées sont soit- disant confiées à Olive, grand- mère (l’une certaine Patricia. qui servent d’intermédiaires entre Mathilde et le mage. Un truc très répandu dans le milieu de l’arnaque à la voyance. Sandrine n’a jamais vu Olive ou Patricia, de même qu’elle n’a jamais vu Walihi. Cet étrange personnage apparaît début 95 et devient le nouvel intermédiaire. Olive, la vieille femme indigne devait sans doute être trop fatiguée pour continuer ses longs voyages imaginaires. Pur produit de l’imagination d’Olive, Walihi est décrit à Sandrine comme un grand noir d’une quarantaine d’années, ayant la particularité d’avoir les yeux bleus. Son nom a été trouvé par Sandrine alors que Mathilde semblait incapable de prononcer un nom aux consonances africaines. Le plus amusant est que Mathilde se persuadera elle-même que le grand noir s’appelle réellement Walibi (J’en suis baba). A cette même époque, Mathilde annonce à Sandrine que d’importants travaux doivent être effectués un jour précis de janvier (date d’anniversaire de Sophie) pour mettre un terme définitif à tous les problèmes de Sandrine et de son entourage. Rendez-vous est donc pris pour cette date. Le jour J venu, Sandrine reçoit un coup de fil d’une personne qui lui indique que tout est annulé. Elle part donc à son travail. C’est alors que Mathilde l’appelle pour lui reprocher de ne pas être venue et que tout a échoué. Sandrine et sa famille vont donc continuer à souffrir, à moins que...Vous l’avez deviné, notre Zorro de banlieue se propose de porter secours à la jeune femme en détresse. Mais voilà, Tornado s’est carapaté et Zorro doit mettre de l’essence dans sa voiture. Sandrine doit payer, et en octobre 1995 elle contracte son premier crédit (60 000 francs). En effet, une mère a fait des petits en elle. Il faut l’en débarrasser, ainsi que sa fille qui a été infectée pendant la grossesse. 11 apparaît évident que Mathilde est une incontournable fan d’Alien, mais Sandrine ne s’en rend pas compte. Elle paye donc, se couvrant de dettes sans s’apercevoir qu’elle paie pour du vent. Personne dans son entourage ne peut lui faire ouvrir les yeux. Et pour cause. Utilisant les méthodes des sectes, Mathilde éloigne de Sandrine toute personne capable de lui faire voir la vérité. L’affaire est simple: chaque fois que Sandrine fait une nouvelle connaissance, Mathilde déclare que cette personne veut du mal à Sandrine. Et la jeune femme rompt immédiatement les liens qui commençaient à s’instaurer. Le début de la fin Mathilde et Sandrine sont devenues si intimes que Sandrine fait la connaissance de la famille de sa protectrice, et notamment de Daniel, le neveu de Mathilde. Les jeunes gens se plaisent et se fréquentent de plus en plus régulièrement. Dans le même temps, Sandrine commence à avoir des doutes quant à la réalité des multiples travaux occultes mis en route par Mathilde. Elle s’aperçoit vite que la voyante fait de faux numéros lorsqu’elle téléphone devant elle et qu’il lui arrive parfois de s’emmêler les pinceaux dans les histoires qu’elle lui raconte. Sandrine commence enfin à comprendre que Walihi n’est qu’un parc d’attraction et que Mathilde la manipule. Sentant le vent tourner, Mathilde tente d’éloigner Sandrine de son neveu,ce dernier étant également très critique vis-à-vis de la pseudo-voyante. Mais Sandrine et Daniel tiennent bons. Mathilde devient de plus en plus menaçante et promet les pires malheurs à Sandrine et sa famille si cette dernière ne revient pas dans son giron. Fort heureusement, cette fois Sandrine ne se laisse pas ensorceler et en septembre 2001 elle cesse toute relation avec Mathilde. Sandrine a décidé, avec l’aide de l’lnad, de poursuivre Mathilde en justice. Sandrine souhaite que la Justice puisse sanctionner Mathilde et l’obliger à mettre un terme à ses activités qui ont jeté dans le désespoir et la misère plusieurs autres victimes. Une personnalité digne d’Hannibal le cannibale Aujourd’hui environ 70% du salaire de Sandrine passe dans le remboursement des emprunts qu’elle a contracté pour payer Mathilde. Elle ne pense pas pouvoir récupérer les 140.000 € qu’elle a versé à l’arnaqueuse durant ces huit années de calvaire, Puisque seuls 36500 € ont été réglés par chèque ou par virement. Le reste a été versé en liquide. Car une fois encore Mathilde fait preuve d’une intelligence remarquable. La quarantaine à peine abordéc hénéf iciaire du RMI,déclarée célibataire alors qu’elle vit avec son ami en banlieue parisienne. Mathilde aime le luxe et mène un train de vie bourgeois. Elle roule belle voiture, part en vacances en Espagne dans une villa avec piscine.va au casino, joue au tiercé, s’offre une liposuccion, s’achète une télé à 1700€ balles et fait réaliser de couteux travaux d’aménagement de son habitation. Un tel train de vie devrait immanquablement attirer l’attention de la sécurité sociale et du fisc. Et bien non.car la mégère est finaude: les biens sont achetés au nom de son ami et les travaux sont payés au black. Mathilde mène une vie de jet-set de banlieue sur le dos de I’Etat et surtout sur la vie brisée de ses victimes. Est-elle parfois atteinte de remords ? Lui arrive-t-il de faire des cauchemars ? Que nenni! Mathilde est de ces intelligences froides, dénuées de tous sentiments. Seuls l’intéressent l’argent et cette minable notoriété qu’elle entretient de façon maladive auprès des personnes qu’elle côtoie. Car Mathilde a un impérieux besoin de reconnaissance. Elle ne peut vivre sans que l’attention soit focalisée sur elle de quelque manière que ce suit. Elle a besoin de dominer de posséder son entourage au point de phagocyter les gens qui l’approchent. De les “vider de leur vie”. Mathilde n’aime pas les autres et son coeur est aussi vide que le compte en banque de ses victimes.

Bertrand CAILAC

INAD: jugée en juin 2008,la ''voyante'' a été condamnnée a 1 an de prison et à des dommages et intérêts mais elle a interjeté appel.

Publié

L'ASTROLOGIE

Lumière sur les âmes et sur les cœurs. N’en déplaise aux aigris, l’amour tient une si grande place dans notre vie qu’elle est une des premières demandes que nous formulons, angoissés, lors d’une consultation astrologique. Mais, dans notre carte du ciel, peut-on vraiment déceler les affinités que nous aurons avec les rencontres qui jalonnent notre vie sentimentale ? Jean Versot, astrologue, fait un sort à quelques vieilles et tenaces croyances, et remet le lecteur d’étoiles à sa vraie place. Le mot “astrologie” apparaît souvent comme un mot magique tel le “Sésame ouvre-toi” et doit permettre, à l’avance, de découvrir tout ce qui doit arriver dans notre vie humaine. Cette conception est erronée, tout particulièrement dans le domaine sentimental qui est caractérisé, très souvent, par la vie commune ou par l’attente de cette possibilité. Il faut donc se poser la question de savoir honnêtement et sincèrement ce que peut faire l’astrologie dans le domaine affectif. Nous apportons, lors de notre naissance, tin potentiel dû à la présence des dix planètes dans ce que l’on appelle la carte du ciel. Le graphisme indique l’emplacement exact dans le zodiaque, non seulement du Soleil mais aussi de la Lune qui est le satellite de la Terre. De même, cette carte du ciel permet de connaître l’emplacement des autres astres Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus. Neptune et Pluton. N’oublions pas que ces astres, progressant à des vitesses différentes, se trouvent placés à des points différents de la carte du ciel et, pour bizarre que cela puisse paraître, chaque carte du ciel ou presque est différente pour chacun de nous, c’est-à-dire pour chaque personnage vivant sur cette terre à un endroit. L’emplacement du Soleil est toutefois un moyen commode de référence puisque le Soleil parcourt chaque signe du zodiaque du 21 ou 22 d’un mois au 21 ou 22 du mois suivant, ce qui permet de dire que l’on est né sous tel ou tel signe. Par exemple, sont natives du Bélier les personnes qui sont nées entre le 2 1 ou le 22 mars et le 20 ou 2 I avril. Mais ce moyen de référence est évidemment insuffisant pour prendre connaissance de la totalité d’une personnalité, et l’astrologue va se livrer à une analyse beaucoup plus approfondie de la carte du ciel. Qu’il s’agisse d’un influence ou d’une certaine ressemblance, les positions astrales permettent d’établir une sorte de diagnostic des tendances de tempérament et de caractère. Il peut paraître aberrant, pour la raison humaine. que les planètes situées à des millions de kilomètres puissent avoir une influence sur la personnalité humaine. Mais cela se vérifie chaque jour dans la discipline astrologique. L’astrologue est souvent consulté pour connaître l’avenir, et celui des sentiments en particulier. Il est vrai que nous apportons. au moment de notre naissance. Différentes facettes de tempérament et de caractère qui nous poussent à regarder le domaine senti mental avec des yeux différents selon notre carte du ciel, qui est une sorte de carte d’identité, niais surtout la manière dont nous vivons les pulsions du thème astrologique.

Qu’est-ce-que la vie sentimentale? Pour la plupart des êtres. tin choix sentimental se fait entre quinze et cinquante ans, étant entendu qu’à la fin de l’adolescence. Physiologiquement comme psychologiquement, on brûle d’Aimer et, dans la majorité des cas, c’est vers l’autre sexe que l’on est attiré. Mais, comme je le disais plus haut, chacun se construit une image de l’amour qui peut être utopique ou irréalisable mais qui, à coup sûr, mérite d’être connue par soi—même et pour soi-même. Curieusement, dans le siècle actuel, on se laisse tenter et séduire par l’attirance sans s’interroger vraiment si la personne rencontrée va pouvoir être à nos côtés pendant très très longtemps. Actuellement, on ne pense pas tellement à l’avenir mais plutôt au présent et même au présent immédiat. En réalité, on se trouve en présence de deux mondes inconnus qui risquent de le rester, car il Faut bien dire que les relations sentimentales et sensuelles se nouant rapidement. il est difficile, pour ne pas dire impossible, de se connaître vraiment. Ensuite, quelques mois après, Ou quelques années plus tard, parfois au bout d’une ou deux décennies, on s’aperçoit que le choix a été mal conçu et par conséquent, mal vécu. Que peut l’astrologue? L’astrologue, conscient de ses responsabilités, va étudier chaque calte du ciel, va donner un profil psychologique avec les différentes facettes de tempérament et de caractère de l’un et de l’autre. Cela va permettre de faire connaissance avec soi— même, de savoir quelle tendance il faudrait valoriser et quelle autre il Faudrait gommer. Rentrons un peu plus dans la technique de l’art astrologique. Les personnes ayant le Soleil, la Lune ou Vénus en aspect favorable, c’est-à-dire en conjonction ou à 120° ou à 60° avec Saturne, auront le désir de la durée, de la stabilité, de l’enracinement tandis que d’autres ayant des aspects défavorables, tels que 90° ou 180° entre le Soleil, la Lune, Vénus ou Uranus par exemple. auront du mal à stabiliser leur vie affective. Mais, justement. qui dit difficulté ne dit pas impossibilité et. pour chacun, il s’agit de trouver le compagnon, ou la compagne, qui va pouvoir s’harmoniser le mieux et permettre de bâtir une vie sereine et lumineuse. De tout temps, il y a eu des histoires très belles et même merveilleuses sur le plan de l’amour tandis que d’autres donnaient lieu à d’intolérables souffrances. Entendons-nous bien. L’astrologue, même le plus habile, n’a pas de solution—miracle (laissons cela aux fantaisistes) mais il va permettre de savoir, d’une part, les périodes favorables à des rencontres sentimentales et d’autre part. et ceci est très important, si le choix est valable ou pas et, par conséquent, éviter les erreurs d’appréciation. Il va même permettre de conseiller sur la manière de concevoir le couple, sur quelles hases s’appuyer. Bien entendu, il s’agit d’avoir des informations le plus tôt possible lorsqu’un couple se crée et ne pas attendre les dissensions, les heurts ou les conflits. A tout instant, par conséquent, et à toute période, on peut sentir, savoir comment petit ou doit évoluer le couple et comment il faudrait le faire vivre. On dit généralement que les signes de Feu s’accordent entre eux tels le Bélier, le Lion ou le Sagittaire tandis que les signes de Terre, Taureau, Vierge. Capricorne, pourront trouver des affinités que les signes d’Air, tels que les Balance, le Verseau, les Gémeaux trouveront une harmonie, tout comme les signes d’ Eau. Cancer, Scorpion, Poissons. Pourront avoir un langage commun. Mais, disons-le tout de suite avec force. Cette indication générale est nettement insuffisante pour répondre aux questions du cœur. Chacun vit plus ou moins bien, plus ou moins mal, plus ou moins harmonieusement la vie sentimentale et la vie de couple. alors que l’on pourrait ‘améliorer, qu’on pourrait la rendre plus ensoleillée par une connaissance de soi-même et de l’autre. et en ayant connaissance à l’avance des périodes fastes ou médiocres que tout couple doit traverser, cela avec plus ou moins de bonheur.

En conclusion, l’astrologue conscient de ses responsabilités va permettre à chacun de choisir et de décider. C’est sur le chemin de la liberté que l’astrologue vous convie pourvu que vous le souhaitiez, pourvu que vous ne soyez pas fataliste, pourvu que vous ne laissiez pas le destin, le hasard choisir pour vous et à votre place. Rien n’est inscrit d’avance, il faut désirer être maître de son destin et de soi-même et, dans le domaine de l’Amour, aller au hasard, c’est aller souvent au devant du chagrin ou de la lassitude, alors qu’un compagnon ou une compagne librement et sagement choisi (e) petit permettre une vie plus facile et moins heurtée, du moins sur le plan de la vie sentimentale, Pour terminer, Souhaitons avec Alphonse de Lamartine. En conclusion de son poème “Le Lac” : Que tous puissent dire : “Ils sont aimés.” Jean VERSOT

Publié

Les interventions de l'INAD

L’INAD tient à rappeler qu’il n’intervient jamais de façon anonyme auprès des praticiens ou cabinets mis en cause par des consommateurs. Dès lors, aucun consultant ne peut se prévaloir de la caution ou du soutien de l’INAD, dans ses démarches personnelles auprès des professionnels de la voyance pour faire pression sur eux et leur demander une restitution financière quelconque. De la même façon, l’INAD n’intervient jamais auprès des professionnels pour leur faire changer leur comportement s’il n’est pas saisi par un client qui s’estime lésé. Par conséquent, toute manœuvre entreprise par un praticien à l’encontre d’un de ses confrères ne peut se prévaloir ni du soutien ni de la caution de l’INAD. Il s’agit de manœuvres pures et simples d’intimidation dans le cadre d’une concurrence déloyale voire malhonnête. Tout consommateur mécontent, abusé ou escroqué par un praticien ou un cabinet de voyance a la possibilité de se rapprocher de l’INAD ou auprès de l’un ses membres adhérents.

Publié

Escroquerie à la voyance: 167 000 €

Condamnée pour avoir escroqué 167000 euros, une jeune femme ''manipule la Justice'' au point que sa victime ne peut pratiquement rien récupérer.

Marcel mène une vie paisible dans les Alpes. Célibataire, la quarantaine, il a un boulot tranquille, une vie privée calme. Bref, il n'est pas en prise avec de gros soucis d'argent, de travail ou d'amour. Mais ce traintrain quotidien est sans saveur et sans couleur. Comme beaucoup de Français, Marcel s'intéresse aux sciences occultes. Ceci l'amène à rencontrer, à Sion en Suisse, le Père Jean Bosco. Ce prêtre capucin décèle en Marcel un mal être sournois et réalise pour lui un dégagement à l'aide de prières d'exorcisme. Mais le prêtre est âgé et remet Marcel aux bons soins du Père Jean René de l'accueil Saint Irénée à Paris. Inutile de préciser que les actions des Pères Bosco et René sont totalement bénévoles. Que l'on croit ou non en l'envoûtement, ces prières ne peuvent faire que du bien et ni la vie de Marcel ni son portefeuille ne sont mis en danger.

Mais en 1995, un ami de Marcel lui conseille de prendre contact avec Christiane, une voyante du Havre. Comme tous les voyous voyants, Christelle P. a plus d'une corde à son arc : elle est voyante, médium, astrologue, numérologue… Marcel contacte donc Christelle P. par téléphone et lui raconte son histoire. Aussitôt Christelle P. comprend que Marcel est en attente de quelque chose et elle décide de prendre sa vie en mains, sans oublier son argent. Devant l'at¬tachement de Marcel pour le Père Jean Bosco, Christelle P. annonce qu'elle est en contact médiumnique avec le prêtre alors décédé. C'est le coup de génie qui permet à l'arnaqueuse d'assujettir Marcel à sa volonté. Ce dernier ne pense même pas à demander une preuve quelconque de ce contact médiumnique. Très attaché au souvenir du Père Jean Bosco, Marcel croit dès lors que Christelle P. a été désignée pour succéder au prêtre. La pseudo voyante lui indique d'ailleurs que le prêtre lui a deman¬dé de pratiquer des séances d'astro¬logie et de numérologie pour Marcel. Mais à la différence du Père Bosco, Christelle P. fait payer ses services. Bien payer même.

Petit à petit, Christelle P. réus¬sit à se donner une image d'ange gardien et à rendre Marcel totalement dépendant d'elle: c'est une véritable manipulation mentale digne des pires sectes. Au point que Christelle P. n'a pas à utiliser les traditionnelles «visions» d'accidents ou de maladies pour garder son emprise sur Marcel. Tout juste indique-t-elle à Marcel de ne parler à personne de ce qu'elle fait pour lui. C'est ainsi que, sans le moindre don si ce n'est celui de dire aux gens ce qu'ils souhaitent entendre, Christelle P. soutire à Marcel plus de 167 000 euros (1,1 million de francs) en quatre années.

En 1999, à Genève, Marcel rencontre une personne qui lui dit qu'il fait trop confiance à un tiers et que cette dernière profite de sa crédulité. Maurice pense immédiatement à Christelle P.. Il repense à ces quatre années et se rend compte qu'il est l'objet d'une manipulation mentale visant à lui soutirer une véritable fortune. En novembre 1999, Marcel téléphone à Christelle P. qui lui demande 22 000 euros pour des tra¬vaux occultes. Soupçonneux, Marcel demande des détails et surtout à quoi sert l'argent. Comme toujours dans ce genre d'arnaque, Christelle P. affirme à sa victime que cet argent n'est pas pour elle et que la providence le lui rendra. Elle lui annonce d'ailleurs un prochain gain au loto. Vous l'avez compris, l'agent n'est pas pour Christelle P. mais pour son plaisir et la providence c'est juste Marcel qui devra travailler jusqu'à 120 balais pour gagner l'argent que l'escroc lui a soutiré. Devant la réticence de Maurice à régler ces 22000 euros, Christelle P. revient aux arguments traditionnels des escrocs à la voyance et indique à sa victime qu'en cas de non paiement, le travail réalisé depuis quatre ans sera annulé.

Mais voilà, fort de trois enregistrements de conversations téléphoniques avec Christelle P., Marcel se rend à la gendarmerie pour faire une déposition. Il contacte un avocat qui, peut au fait de ce genre d'escroquerie, aiguille mal Marcel dans ses démarches. Le résultat est catastrophique: en février, le tribunal rend un non lieu pour absence d'effraction! Informé du non lieu en juillet, Marcel contacte l'ADFI de son sec¬teur qui ne peut guère l'aider, cette affaire ne concernant pas une secte. En septembre, il contacte une association qui profite de l'occasion pour soutirer à Marcel 4500 euros uniquement pour l'informer que Christelle P. n'habite plus à l'adresse indiquée. C'est ainsi que Marcel tombe de Charybde en Sylla, se faisant littéralement enfoncer par tous ceux qui devraient l'aider. Ainsi en est-il également d'un psychiatre qui le culpabilise au lieu de l'aider à surmonter l'épreuve.

Finalement, Marcel confie l'affaire à un avocat parisien. Plainte est aussitôt déposée contre Christelle P. pour escroquerie et abus de faiblesse. Une enquête menée par la Section des Enquêtes Financières de la Police du Havre prouve que Christelle P. a bien escroqué Marcel pour un montant total de 167.000 euros. L'enquête démontre également que Christelle P. ment de façon délibérée. Rusée comme un escroc de haut vol, Christelle P. se dépêche de demander à être soignée en psychiatrie à peine reçoit-elle la convocation de la Police. L'instruction relève alors de nombreuses invraisemblances entre les propos de Christelle P., les témoignages des tiers et les résultats de l'enquête financière menée par le Commandant Guenan. Ainsi Christelle P. déclare-t-elle que l'argent soutiré à Marcel lui a servi à faire face aux dépenses de la vie courante et au règlement de mensualités d'achat d'un appartement. Mais le père de Christelle P. contredit sa fille en affirmant qu'il a dû régler pour sa fille les mensualités de l'appartement. Et surtout, l'étude des relevés des nombreux comptes bancaires de Christelle P. prouve que la majorité des sommes encaissées est ressortie des banques en espèces.

Malheureusement, que ce soit au cours de l'instruction comme lors du procès, nul n'a cherché à savoir exactement ce qu'étaient devenus les 167000 euros. Tout prouve que Christelle P. est une manipulatrice et une menteuse, qu'elle a agi de façon réfléchie et en sachant parfaitement les conséquences de ses mensonges tant sur son compte bancaire que sur la vie de Marcel Cependant, Christelle P. joue à fond la carte psychiatrique et parvient presque à faire croire au tribunal qu'elle est une victime.Condamnée malgré tout pour escroquerie, Christelle P. doit verser à Marcel 167.194 euros pour le préjudice financier, 1500 euros pour préjudice moral et 750 euros de frais de justice.

Tout s'arrange pour Marcel pensez-vous. Pas du tout, bien au contraire. Car le Juge d'Application des Peines décide que Christelle P. doit rembourser Maurice L.au rythme de 100 euros par mois, ramenés ensuite à 70 euros. Marcel devra donc attendre plus de 140 ans pour récupérer son bien. Encore faut-il que Christelle P., qui a déclaré à plusieurs reprises vouloir réparer le préjudice "dès que possible", verse ces 70 malheureux euros de façon régulière. Ce qui est loin d'être le cas.

Quand une personne a des dettes envers l'administration, la sécurité sociale ou une entreprise, des mesures de saisies de biens ou de saisies sur salaires sont rapidement appliquées. Dans le cas de Marcel, aucune mesure n'a été prise pour assurer à la victime le remboursement du préjudice subi. Manque de moyens ou manque de temps, la Justice s'est montrée particulièrement laxiste vis à vis de Christelle P. qui a escroqué une personne particulièrement vulnérable mais aussi l'Etat. En effet, Christelle P. a déclaré elle-même ne s'être installée officiellement que le 7 juillet 1998 et avoir exercé son activité de voyante de façon rémunérée au cours des deux années précédentes. Un aveu de travail au noir qui n'a entraîné aucune conséquence fiscale ou juridique. Alors que Marcel a été littéralement plumé par toutes les personnes auxquelles il s'est adressé, Christelle P. s'en est sortie par une manipulation grossière. Bien que les enquêteurs aient découvert que cette pseudo voyante avait ouvert plusieurs comptes dans différentes banques, nul n'a cherché à en savoir plus sur le devenir de des 167000 euros qu'elle a soutirés à Marcel A ce jour, Christelle P. ne verse plus qu'une trentaine d'euros à sa victime. Sa période probatoire de trois ans étant terminée, elle peut faire ce qu'elle veut. Dans quelques semaines sans doute, elle ne versera plus rien. En toute impunité… Car une fois le procès terminé et la condamnation énoncée, la Justice se lave les mains et les victimes des escrocs se retrouvent seules face à leur bourreau.

Toujours aussi perdu dans sa vie quotidienne et à présent délesté de toutes ses économies, Marcel continue donc de chercher aide et secours dans le milieu des arts divinatoire. Ce qui amène à réfléchir sur un autre problème important en matière d'escroquerie à la voyance: la responsabilité des consultants dans l'arnaque dont ils sont victimes. Dans certains cas, comme ici avec Maurice, on peut en effet se demander si les escrocs à la voyance ne voient pas leur tache facilitée par leurs clients. Comment est-il possible que l'on puisse accepter ainsi de verser des dizaines de milliers d'euros sur la seule promesse d'un avenir meilleur? Depuis plus de 20 ans l'Inad n'a de cesse d'informer les consommateurs sur les pseudos voyants et les méthodes qu'ils utilisent pour escroquer les personnes désespérées. Régulièrement des émissions de télé et des articles de presse mettent à la une des arnaques à la voyance. Pourtant chaque semaine l'Inad reçoit des appels à l'aide de nouvelles victimes de ces voyous qui gangrènent les arts divinatoires. Est-il possible qu'à l'ère de la communication tous azimuts, aucune de ces personnes n'aient entendu parler des arnaques qui ont lieu chaque jour? Faut-il que nous soyons devenus si assistés pour que nous foncions ainsi tête baissée dans un mur en pensant "il y aura sûrement quelqu'un pour réparer les dégâts". Le cas de Marcel est symptomatique de ce genre de raisonnement. Depuis bientôt cinq ans, Monsieur Maurice se plaint qu'il ne peut récupérer les 160000 euros dont il a été délesté par Christelle P. Depuis bientôt cinq ans, iL peste contre les enquêteurs, le juge, son avocat, les journalistes, tous ces gens qui ne font rien pour l'aider. Mais depuis bientôt cinq ans, il ne se passe pas une semaine sans que Monsieur Maurice ne consulte des pseudos voyantes ou ne participe à des séminaires ou des stages bidon. Ce qui est assez incroyable, c'est que Marcel n'est pas la seule victime d'une escroquerie à la voyance à n'avoir pas tiré de leçon de sa mésaventure et à continuer à consulter n'importe qui. En parcourant les histoires de victimes d'escroqueries à la voyance qui se sont adressées à l'Inad, on se rend compte qu'ils sont nombreux ceux qui ont recours à des pseudos voyants ou des marabouts pour tenter de récupérer l'argent qu'ils ont perdus auprès d'autres pseudos voyants.

Cette histoire donne beaucoup d'espoir à tous les escrocs de France, qu'ils œuvrent dans le domaine de la voyance ou dans n'importe quel autre domaine. A l'inverse elle augure mal de l'avenir des milliers de personnes que la vulnérabilité psychologique ou sociale expose immanquablement aux affres de l'escroquerie et d'une Justice dénuée de moyens. Car en cette année où la crise sociale et financière va attirer toutes les attentions, il n'est nul besoin d'être devin pour prédire que la moralisation de la pratique des arts divinatoires ne sera pas la priorité d'un Etat qui bénéficie des rentrées substantielles de ces métiers non reconnus par la loi mais taxés par le fisc.

Bertrand CAILAC

INAD: Le nom de la victime a été volontairement remplacé par un pseudonyme.

Publié

Le planisfère de l'arnaque

Mon cher Jean Louis, ...J’ai pensé à vous très fortement, et, d’un seul coup, j’ai ressenti une impression de méfiance, puis de peur. Un signal s’est déclenché dans mon esprit... Ce signal m’avertissait d’un danger imminent. Jean Louis, une menace plane sur votre vie tout entière…
Votre existence va basculer dans une zone de turbulences défavorables Des nuages sombres plongeront votre destin dans les ténèbres. … à la vitesse d’une tempête, cet ouragan, qui me fait si peur pour vous, va se briser contre votre existence et la fragiliser en même temps … sur le plan financier, sentimental ou social, les problèmes et les contrariétés vont se succéder à une incroyable vitesse, entraînant inexorablement l’anéantissement de vos espoirs, de vos projets et mettant en danger tout ce que vous avez pu construire dans votre vie… Il faut lutter contre cette malchance, contre cette tornade injuste qui veut prendre en otage votre destinée, afin de la dévaster. Mon cher Jean Louis, votre vie est en deuil… Le conseil des anciens de Venise m'a en effet demandé de vous remettre un document ...le Planisfère d'Astrologie Vénitienne..

Votre amie et confidente Séréna

Publié

Des pratiques animistes au service des escrocs

… début décembre sur un journal gratuit je vois une publicité concernant Mr Saibou, marabout, j'étais en pleine dépression et j'en avais marre des voyant et médium donc je me dis : "pourquoi pas essayer !!" J’ai donc pris un rendez vous avec ce monsieur pour une consultation à 50 € … il me fait entrer dans sa pièce, il me demande les 50 € et me dit de retirer mes chaussures et de m’asseoir. Il m’interroge sur ma préoccupation du moment, je lui réponds qu’il s’agit pour moi d’un problème d’emploi. Il me demande ma photo, celles de mes enfants et de mon concubin. Il se saisit des photos et me dit : « vous avez un très gros problème ! Mais avec une seule consultation je ne peux pas tout vous dire et cela ne sera pas gratuit ! Combien avez- vous d’argent sur vous ? » Je regarde dans mon portefeuille et je trouve en tout et pour tout 35 euros €. Il les prend et : « la prochaine fois, à votre prochaine consultation, il me faut 1800 € pour réaliser le travail. » Avant de sortir il me donne une bouteille marron, et me dit de me frotter les mains, avec le liquide contenu dans la bouteille, tous les lundis et samedis. J’ai fait ce qu’il m’a demandé et 10 jours plus tard Mr saib…me contacte: « je dois vous voir aujourd'hui hui vers 17 heures.» A mon arrivée chez lui, je lui remets la somme demandée, il compte les billets et me demande de retirer mes chaussures et de m’asseoir, tout en m’affirmant de ne pas me faire du souci pour l’emploi car j’allais l’avoir... Il me donne un paquet et me dit qu’il il faudra le tenir 10 minutes, chaque mercredi et vendredi, ce que j’ai fait. Le 20 décembre, il me laisse un message me demandant d'acheter 12 œufs, d'en prendre un, sans le regarder, de l'entourer d'un linge et de le cacher dans un placard de cuisine et de mettre les autres œufs au frigo et de ne pas les manger afin de lui reporter à la prochaine consultation. Le 5 janvier au matin, il me laisse un message me demandant d’aller le voir à 17 h, ave l’œuf caché, ainsi que les 11 autres que j’ai mis dans le frigo .En arrivant, il me fait retirer mes chaussure et me demande les œufs et celui qui entouré dans le linge et là il me regarde et me dit : « nous allons regarder l'œuf que tu as dans le linge. » Après l'avoir touche et retourner dans ses mains sous le linge, il avait aussi dans les mains une sorte de corne avec des poils noirs au bout. Il casse l'œuf dans le récipient contenant de l'eau. L’œuf était pourri et il me dit : « regarde il y a des cheveux à toi dedans, tu cours un grave danger sur la route, toi ou tes enfants. »…, je lui dis : « j'ai peur que dois je faire ? » Il me dit : « il faut mettre dans l’enveloppe 5555 euros en espèce et au milieu des billets, tu mets quelques uns de tes cheveux et de tes enfants et entre les billets et le dernier billet de 5 euros, tu y déposes deux poils du bas de mon corps»… Là, je réagis et me je suis dis : tu vas te faire avoir…,
Depuis il ne cesse de me relancer. J’ai peur car il m’a dit qu'il pouvait aussi me faire du mal !…

catherine

Publié

Soirée de l'étrange ... étrange soirée sur TF1

Comment qualifier cette émission diffusée ce week-end sur TF1? Pitoyable! Christophe Dechavanne nous avait enchantés avec des émissions comme "Du fer dans les épinards", "Coucou c'est nous" ou "Ciel mon mardi". Des émissions de qualité où l'humour se mêlait habilement à la réflexion. Dechavanne et ses coyotes seraient-ils en mal d'inspiration pour ainsi nous ressortir une émission où le sensationnel est tellement forcé qu'il en est devenu grotesque. A tel point qu'on se croyait revenu dix ans en arrière, époque maudite où TF1 produisait (déjà!) des émissions où le bidonnage était de rigueur. Patrick Sabatier et Jean-Marc Morandini en avait profité avant d'en payer le prix fort.

Au cours de cette soirée de l'étrange, nous avons pu assister à la prestation de l'astrologue tarologue- voyant- médium Jean François Rottier. Et quelle prestation, mes aïeux ! Après un démarrage en douceur, s'est laissé emporter par une vague de lyrisme hystérique à faire fuir les fantômes les plus aguerris. Etait-ce la magie des lieux, un manque de glucide ou un excès de pilules roses, je n'arrive pas à me décider. Toujours est-il que j'ai tout d'un coup eu l'impression que notre sommité médiumnique était tombée sous l'emprise des esprits de la Castafiore, de Monsieur Jourdain et des frères Bogdanov. On nous jouait Othello chez les gays. S'il existait un prix Nobel du Ridicule, sûr qu'il serait élu, le mage…

Comme si cela ne suffisait pas à faire rire nos voisins Belges, voilà t'y pas qu'on nous balance là-dessus une couche de Maud Kristen, la voyante des stars et des chiens de stars. Tant qu'à retourner dix ans en arrière, autant sortir du placard les personnalités qui vont de paire avec le sujet. Après tout, chaque année au moment d'Halloween, on ressort bien des cartons les mêmes ridicules masques en plastique... Comme les décorations d'Halloween, Maud Kristen est indémodable. Elle a toujours ces mêmes lèvres mutines qui vous annonceront désormais que votre poisson rouge préféré n'aime pas la sécheresse. Et oui, comme un épagneul dans un champ de blé, Maud a du flair. Sentant le marché de la voyance saturé, la voyante qui se targuait d'avoir un carnet de rendez-vous complet se tourne vers les propriétaires d'animaux et invente un nouveau métier: truffologue. Fallait y penser!

Sauf que dans l'histoire, les pigeons seront une fois de plus les pauvres couillons qui pensent qu'un passage à la télé est signe de bonne foi. Merci qui ? Merci soirée de l’étrange ou ‘’étrange soirée ‘’!!

Buffy Brinogène

Publié

Grasse : trois ans de prison requis contre la fausse voyante

Elle avait trouvé le bon filon. Une astuce qui lui assurait des revenus confortables et lui aurait rapporté au minimum 80 000 euros, au préjudice d'au moins 94 victimes dans toute la France. Des faits qui lui ont valu, hier, une comparution devant le tribunal correctionnel de Grasse pour abus de confiance. Entendue longuement, la fausse voyante mais vraie gérante d'une entreprise fructueuse n'a cessé de nier les faits. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 17 mars prochain. En 2000, cette Mouansoise de 44 ans est embauchée comme secrétaire dans une société de voyance par téléphone au Cannet. Très vite elle en devient la comptable puis la cogérante, effectuant de temps en temps quelques « remplacements » en cas d'absence d'un des voyants. « Mais vous n'avez aucun don ? l'a interrogée le président Alain Ramy. Ça ne vous gênait pas de tromper ainsi les gens ? » « ça me gênait un peu, en effet » a-t-elle répondu à la barre. Elle monte ensuite d'autres sociétés similaires, hébergeant différents voyants, les faisant bénéficier de son terminal de paiement contre une commission de 10 % de leur chiffre d'affaires. Mais les clients, qui avaient communiqué leur numéro de carte bancaire pour le paiement de la consultation, découvrent, dans les mois qui suivent, qu'ils sont débités de sommes non justifiées pour des prestations fictives au bénéfice de sociétés de voyance qu'ils n'ont jamais contactées. Accusée d'avoir abusé de l'utilisation des numéros de cartes des clients, la prévenue a invoqué la thèse du complot, se déchargeant sur les voyants et son associée. La fausse voyante, aujourd'hui syndic de copropriété, s'adonnait également aux expertises d'oeuvres d'art, activité hébergée par la société d'un ex-employé. « Elle m'a demandé de passer 1 000 cartes bancaires pour un montant de 219 F (33 euros) chacune » se souvient ce Niçois de 44 ans, poursuivi pour complicité d'abus de confiance. Les 1 000 transactions ont toutes fait l'objet d'opposition. « Il s'est fait berner » a plaidé en défense Me Gervais Gobillot. « Pour une société de voyance, on n'y voit pas très clair », a ironisé le procureur Arnaud Faugère, accusant la prévenue d'embrouiller le tribunal. Il a requis à son encontre 3 ans de prison dont 2 avec sursis et une amende de 80 000 euros. Il s'en est remis à l'appréciation du tribunal en ce qui concerne le présumé complice.

Mathilde Tranoy Monaco-Matin

  • Cet article est paru le 28 janvier 2008, dans les colonnes de Monaco - Matin et publié sur le site de l’INAD (www.inad.info), avec l’aimable autorisation de la S.A.P.O. Nice –Matin.
Publié

La magie et les pratiques occultes

Sur bien des points, Judaïsme et Islam présentent des similitudes dans les rapports qu’ils entretiennent avec les arts divinatoires. En effet, les alchimistes arabes ont reçu de l’antiquité grecque trois éléments distincts ayant contribués à favoriser leur approche mystique et physique des phénomènes naturels.

La mystique juive quant à elle, s’est mêlée aux courants grecs créant ainsi une orientation nouvelle depuis la fin de l’antiquité et durant tout le moyen-âge. Elle induit une communion avec la divinité. Le rituel dicté par la Torah acquiert un certain pouvoir magique. Seuls les religieux détenaient le pouvoir de prononcer des paroles divines. Les capacités magiques et rituelles de certains mots réapparaissent dans les incantations théurgiques.

La symbolique du cosmos intégrée au sanctuaire s’inscrit dans le champ ésotérique. Le temple représentant ce cosmos est divisé en trois parties qui correspondent au ciel, à la terre et à la mer.

Les sept branches du chandelier renvoient aux sept planètes, les douze pierres précieuses que porte, le grand -prêtre représentent à la fois les douze signes zodiacaux et les douze tribus d’Israël.

UN HERITAGE VENU DE LA GRECE ANTIQUE

Pour l’islam, le monde est perçu comme un vaste ensemble de relations en perpétuelle mutation. Le patrimoine philosophique et ésotérique hellénique, assimilé à l’islam, a légitimé la dimension spirituelle de cette science. Des recueils d’opération, des recettes, des procédés en métallurgie et pharmacopée ainsi que les concepts de la physique aristotélicienne selon laquelle le monde est une hiérarchie de choses (matière et forme) qui vont du minéral à Dieu. Des listes entières de formules consacrées à la définition des sciences profanes, religieuses, occultes, sont relevées dans le fameux « Livre des définitions. Les termes Jourhar (essence, substance), Sûra (forme, image), Tabîa (nature) et Rûh (l’esprit) constituent les éléments clés de ce langage. L’Aûre serait une « substance divine qui vivifie le corps.

LA KABBALE, TRADITION ISSUE DU JUDAISME

La mystique juive, relevant de l’héritage grec antique, est l’un des constituants essentiel de l’ésotérisme occidental. Les kabbalistes accordent autant de crédit à la vie cachée de Dieu qu’à sa manifestation intelligible. D’après la kabbale, le Dibbouk est un esprit qui possède l’être vivant.

Partant du principe qu’à chaque consonne de l’alphabet correspond une valeur numérique, le processus kabbalistique a pour objet un rapprochement de mots qui ont une valeur numérique identique. La pratique relève de la lecture et de l’interprétation de livres tels que la Torah (les cinq premiers livres de la Bible), le Zohar, le Zepher Raziel (grammaire de lettres-énergies.

La kabbale s’inscrit dans une démarche à la fois spirituelle et intellectuelle. Pratiquée par les initiés en quête de méditation, la talismanique est l’art le plus accessible de la kabbale. Il implique néanmoins la connaissance des systèmes évocatoires des hiérarchies évangéliques, faute de quoi les vertus des pentacles seraient extrêmement limitées. Le talisman est confectionné au cours d’un rituel et s’adresse à une personne en particulier.

UNE ASTROLOGIE ESSENTIELLEMENT LUNAIRE

Bien que l’astrologie soit interdite par la loi, il n’en demeure pas moins que la tentation suscitée par une ligne de conduite aussi catégorique soit omniprésente dans l’esprit de chacun. La notion de destinée est reconnue et développée par le Talmud qui relie la prééminence de trois faits: le nombre d’enfants, la longévité et les moyens de subsistance. La destinée préside toujours aux événements de la vie, mais elle est sujette à des retournements de situations. Ainsi, un malade agonisant changera de nom et de lieu d’habitation dans le but de modifier son sort. L’astrologie hébraïque accorde une importance aux sept jours de la semaine en établissant une correspondance entre le jour de la semaine spécifique du natif et les événements qui ont présidé à ce même jour lors de la création. Ainsi, les natifs du premier jour de la création (le samedi) sont soit entièrement bons, soit totalement mauvais.

LA MAGIE : UN SAVOIR TRADITIONNEL

Chez les musulmans, le fond commun islamique, l’héritage familial et le conditionnement social ont favorisé la transmission des croyances. Et l’on peut penser qu’au sein des autres communautés ce phénomène s’est propagé et perpétué de la même façon. Au fil du temps, le recours à des rites a induit une fonction psychosociale à l’égard du phénomène d’acculturation. D’où l’intérêt accru porté aux nombreuses croyances véhiculées par l’entourage. La magie fut la source commune de l’astrologie et de toutes les pratiques qui leur furent plus ou moins associées dans les sociétés de type traditionnel. La magie s’étend dans une sphère reconnue par l’islam, c’est le monde des esprits (les Djinns) Il est traditionnellement admis que les Djinns écoutent aux portes du ciel pour surprendre les secrets de Dieu.

L’âme religieuse est une âme prophétique, elle s’élève vers Dieu et les anges, se met à leur écoute, alors que l’âme magique abaisse les esprits sidéraux dans le but de s’en faire obéir. Les talismans par exemple, constituent de véritables pièges à esprits. La magie qui se place en dehors de toute considération morale est considérée comme étant satanique. Il y a bien donc, chez les musulmans, une distinction entre les magiciens incapables de produire le bien et les prophètes. La tradition orale, outil privilégié de la transmission du savoir au sein des civilisations orientales a élevé les récits légendaires au rang de discours référentiels, empreints de vérité irréfutable. Porteurs de messages, ils évoquent parfois les circonstances d’une scène d’envoûtement, d’ensorcellement.

Un mariage non consommé, la stérilité d’un individu, une possession diabolique, le mauvais œil, tant d’énigmes à travers lesquelles des personnes se reconnaissent. D’où ce recours fréquent à des tentatives d’assainissement de situations mal vécues par le biais des marabouts. Du linceul d’un mort qui servira à immobiliser tous ceux auxquels il sera présenté, du sang menstruel, des cheveux, des talismans, chaque objet confectionné se transformera en une arme puissante capable de délivrer du mal, de rendre le bonheur. C’est ainsi qu’une jeune fille, âgée de seize ans, se trouva le jour de ses noces, contrainte d’avaler des œufs durs sur lesquels un marabout avait pris soin d’ajouter des écritures afin de lui faire accepter le futur époux qu’elle s’obstinait à refuser puisqu’il était choisi par ses parents. Ces derniers obtinrent pour tout résultat de payer largement le marabout et la séparation du couple peu de temps après le mariage. Mais des tentatives vouées à l’échec, la croyance en de telles manipulations subsiste. Bien que certains jeunes aient une aversion profonde pour les manifestations du sacré, pour les superstitions, nombreux sont ceux qui suivent les traces de leurs ancêtres en adoptant leurs croyances. C’est ainsi que certaines pratiques sont transmises. Le sang menstruel additionné à un aliment permettra de conquérir à jamais l’amour de l’élu de son cœur, une fois que ce dernier l’aura évidemment consommé.

Chez le peuple juif, la sorcellerie est pratiquée de la même façon que dans les autres ethnies. L’un des épisodes de la Genèse apparaît déjà empreint de sorcellerie. Il s’agit de la rivalité entre Léa et Rachel autour de la personne de Jacob. Les éléments utilisés pour mettre fin à cette situation sont les racines de mandragore, connues pour leurs nombreuses vertus et dont les racines rappellent étrangement la forme du corps humain. Par ailleurs, les hébreux ont fait grand usage des « téraphîm », petites statuettes de bois parfois de forme phallique et que l’on croyait douées de paroles prophétiques. Sachant que les « téraphîm » ne représentaient pas Yahvé (Dieu), les juifs les utilisaient sans crainte, dissociant ainsi religion et pratiques magiques. Le sorcier hébreu pratiquait les envoûtements par imprécations, des malédictions à l’aide de poupées de plomb enserrées par un fil, lesquelles fondaient lentement à la flamme sacrée du chandelier à sept branches. Ces pratiques étaient néanmoins officiellement dénoncées. Le sel constitue, par ailleurs, pour les hébreux, l’élément magique par excellence. Pour préserver sa maison et la famille des mauvais sorts, il est recommandé de répandre du sel sur le seuil de la porte.

Pour guérir une personne souffrante, le sorcier transpose la maladie sur un animal. Le déplacement de malédiction sur un animal est fréquent. La magie rouge est essentiellement axée sur le sang humain, qui permet d’obtenir la réussite et de braver le destin ou les dieux. L’origine du fameux interdit du sang chez les juifs tiendrait au fait que le sang soit le support de l’âme. Après avoir sacrifié des êtres humains (les fils du roi Hiel, par exemple, furent incorporés dans la muraille et dans les portes de la ville lors de la reconstruction de Jéricho), les sorciers se sont rabattus sur les sacrifices d’animaux. Le sang menstruel et celui des animaux de consommation constituent l’apanage des sorciers. Ceux-ci s’emparent de l’âme en se livrant à des opérations maléfiques.

Dans la magie hébraïque, la main de gloire (parfois le pied) est constituée à partir de la main d’un pendu. Enveloppée dans un linceul, saupoudrée de salpêtre, de poivre, de sel et autres ingrédients, la main sèche pendant quinze jours au soleil. Elle fera par la suite, office de chandelier doté d’un pouvoir de stupéfaction et d’immobilisation.

Dans l’univers de la magie tout semble réalisable. Les textes des grimoires sont pris au pied de la lettre, les recettes sont assidûment appliquées. Il n’en demeure pas moins que de véritables charlatans usent de leur ruse pour exercer une emprise sur leur client. Car il s’agit là bien souvent de véritables transactions commerciales.

Certains maghrébins vivant en France se rendent jusqu’à leur pays d’origine pour conclure un marché avec la sorcière capable de les convaincre d’un miracle. Des sommes colossales leur sont réclamées. De nombreuses personnalités n’hésitent pas à se rendre outre Méditerranée afin de rencontrer celui ou celle dont la réputation a su s’étendre sans pour autant qu’il s’agisse d’une personne possédant de réelles compétences. Une fois encore il est très difficile de juger des compétences d’un praticien tant ce domaine brasse d’escrocs en tout genre.

D’un enseignement délivré à un nombre restreint de croyants, l’ésotérisme s’est très largement étendu du fait de sa conception symbolique et imagée. Les nombreux marabouts que l’on peut rencontrer à l’heure actuelle ne sont pas forcément ce qu’ils prétendent être. D’une identité fabriquée de toutes pièces, sous prétexte de transcrire la langue et d’interpréter des livres religieux de référence, certains pratiquent le désenvoûtement systématique des clients crédules venus à eux. Leurs actions s’inscrivent dans une démarche échappant à l’entendement. Cependant, toute personne émotionnellement fragile, en situation d’échec sentimental ou professionnel constitue la proie idéale des charlatans. N’ayant pas forcément pignon sur rue, ils sont néanmoins connus et possèdent une clientèle. En quête de l’inaccessible absolu, face à des interrogations de plus en plus pesantes, les adeptes de sorcellerie identifient les marabouts à des libérateurs. La décadence morale et religieuse des marabouts répond à des besoins impérieux résultant d’une oppression despotique exercée sur les individus. Sans scrupule, ils blessent, guérissent, endorment, réveillent mais réclament toujours ce qu’ils estiment être leur dû.

D’une science ancestrale, la magie a dévié vers des pratiques insidieuses et tellement insondables qu’elle suscite plus que la curiosité: une croyance dogmatique.

Yamina Guéham

Publié

les praticiens à consulter

Afin d’éviter que des consultants ne soient abusés par certains professionnels douteux et par les multiples publicités à caractère mensonger, nous mettons à la disposition des consommateurs une liste de praticiens qui se sont engagés sur l’honneur à respecter les dispositions édictées dans la charte morale et professionnelle et à exercer leur activité avec sérieux, honnêteté et loyauté afin de satisfaire au mieux les consultants qui feront appel à leurs services… Nous tenons à rappeler que : « Le praticien des arts divinatoires n'est tenu qu'à une obligation de moyens (utilisation de ses connaissances, de son savoir, de son don...) Dans le domaine des arts divinatoires, cette obligation de moyens interdit au praticien de faire état de certitudes, de garantir la réalisation certaine d'évènements ou la justesse de ses prédictions.
Dans le domaine de certaines pratiques parapsychiques, cette obligation de moyens interdit au praticien de promettre ou garantir un résultat. Le consultant a droit au remboursement des sommes éventuellement versées à défaut de réalisation du résultat garanti ou promis.

Publié

Centre Européen de l'Escroquerie

…IL y a 4 ans environ, j'ai contacté le Centre Européen de Voyance qui résidait : « 33 chemin des fades au 06110 Cannet et avait à l'époque le téléphone 04.92.18.45.15 je crois (?) Pour résoudre certains problèmes, et j'espérais une aide et ce cabinet me l’a assuré. Comme j'étais très fragile et particulièrement dépressive, j'ai cru en tout, à toutes les consultations de voyance qui m’ont été faites et aux produits (très chers) qui allaient agir pour me sortir de l’embarras, m’ont-ils promis vainement. Bref, aujourd’hui, je suis endettée jusqu’au cou.
J'ai été obligée pour ne pas sombrer dans ''l'irréparable'' bancaire (interdictions, poursuites…) de m'adresser à un organisme de rachat de crédits et compte tenu de la somme importante, j’ai été contrainte de prendre une assurance-vie pour assurer le remboursement, ce qui m'amène à ça : « 60 000 euros, environ , à rembourser sur 13 ans à G. MONEY BANK, plus Assurance APRIL pour la même durée. Je ne voulais pas (en cas de décès) que mes enfants subissent les conséquences de ma naïveté, j’ai été obligée, malheureusement, d'hypothéquer ma maison (tout s'est fait devant notaire).

J'ai subi un énorme préjudice financier énorme , car j'ai eu des agios à payer à la banque étant donné que je me suis retrouvée facilement à découvert avant le rachat de crédits. J'ai envoyé également des mandats cash au cabinet de voyance, en espérant avoir des résultats rapides (comment ai-je pu arriver là? J'ai honte!..) Je me retrouve donc à rembourser pour ce rachat de crédit, sur 13 ans, un peu plus de 540 euros par mois à G. MONEY BANK et environ 80 euros à APRIL (assurance) sans compter l'augmentation chaque année !! (Sur 1500 euros de retraite).En effet, je suis en retraite depuis le 1er janvier et cette situation me détruit moralement et financièrement. Je demande de l'aide car j'ai été manipulée par des individus. Je n'ai guère de noms à vous donner à part ceux que la dernière voyante en date m'a donnés (est- ce le bon ?) : Marcel FESTINI. Annick LOMBARD, elle m'a même donné le nom d'un soi disant liquidateur judiciaire M. HATRY ou PATRY qui habiterait Nice et qui aurait un cabinet dans cette ville ? (Évidemment pas dans l'annuaire!!!) Une autre personne qui se chargeait d'acheter les produits mais est- elle vraiment responsable (elle était employée) ainsi qu'employée soi-disant celle qui était la médium, qui prétend que le liquidateur judiciaire va m'envoyer en trois fois un remboursement, sans plainte de ma part, soi-disant que son avocat se porte partie civile pour moi ? Un peu gros ça ! non ?? Je dois vous indiquer que j’ai en ma possession les photocopies de mes comptes et même un relevé sur un tableau de ce que j'avais réglé (enfin presque tout, puisque je n'ai pas comptabilisé tous les mandats CASH et ce qui fait au total une somme d'environ 80.000 €). Aidez-moi...

Hélène Bretagne

Publié

Islam,magie et marabouts

Magie et religion ont en commun de reposer sur des croyances ou des êtres surnaturels. Mais tel que le souligne le sociologue Emile Durkheim « le magicien a une clientèle, non une église ».

Les alchimistes arabes ont reçu de l’Antiquité grecque (copte et syriaque) trois éléments distincts ayant contribué à favoriser leur approche mystique et physique des phénomènes naturels. Des recueils d’opérations, des recettes, des procédés en métallurgie et pharmacopée ainsi que les concepts de la physique aristotélicienne selon laquelle le monde est une hiérarchie de choses (matière et forme) qui vont du minéral à Dieu.

Des listes entières de formules consacrées à la définition des sciences profanes, religieuses, occultes sont relevées dans le fameux « Livre des définitions ». Les termes de jawar (essence, substance), sûra (forme, image), tabîa (nature) et rûh (l’esprit) constituent les éléments clés de ce langage. L’âme serait une « substance divine qui vivifie le corps ». Le monde est perçu comme un vaste ensemble de relations en perpétuelle mutation. Le patrimoine philosophique, ésotérique, hellénique, assimilé à l’islam a légitimé la dimension spirituelle de cette science. Le fonds commun islamique, l’héritage familial et le conditionnement social ont favorisé la transmission des croyances. Au fil du temps, le recours à des rites a induit une fonction psychosociale à l’égard du phénomène d’acculturation. D’où l’intérêt accru porté aux nombreuses croyances véhiculées par l’entourage.

Vu sous un angle purement rationaliste, le pouvoir des marabouts relève du charlatanisme, de la peur et de l’emprise exercée sur les esprits faibles. La magie fut la source commune de l’astrologie et de toutes les pratiques qui leur furent plus ou moins associées dans les sociétés de type traditionnel. A la notion de « fausse science » tend à se substituer, à présent, la conception d’un savoir traditionnel, essentiellement ésotérique et symbolique. La magie s’étend dans une sphère reconnue par l’islam c’est le monde des esprits ( djinns). Il est traditionnellement admis que ces djinns écoutent aux portes du ciel pour surprendre les secrets de Dieu. L’âme religieuse est une âme prophétique. Elle s’élève vers Dieu et els anges, se met à leur écoute alors que l’âme magique abaisse les esprits sidéraux dans le but de s’en faire obéir. Les talismans, par exemple, constituent de véritables pièges à esprits.

La magie qui se place en dehors de toute considération morale est considérée par l’islam comme étant satanique. Chez les musulmans, il y a donc une distinction entre les magiciens incapables de produire le bien et les prophètes. Les prophètes et les anges ne savent que ce qu’Allah leur a enseigné ». Pour le musulman, un devin qui pratique la prédiction se base sur les étoiles et ceux qui lui apportent des nouvelles sont les djinns. Il en va de même pour ceux qui travaillent à partir du sable, de cailloux, de grains. Afin de se protéger du mal des djinns et de la magie, l’islam préconise la lecture et la récitation de sourates de protection matin et soir. Chez les musulmans, le peuple nourrissait une croyance particulière selon laquelle chaque être serait accompagné par un génie, un ange tantôt bienfaisant, tantôt menaçant. Les Contes des mille et une nuits représentent le recueil de récits le plus riche du patrimoine oriental. Ces contes populaires très anciens et dont la rédaction définitive date du XV e siècle mêlent de fantastiques génies sortis d’une vieille lampe à huile, tapis volants, villes merveilleuses, trésor. La 764e nuit, en l’occurrence, celle durant laquelle Shéherazade raconte l’histoire d’Aladin confronté aux magiciens et au génie, illustre de façon remarquable cette croyance. Au demeurant, il est à noter que culture et éducation ont perpétré des croyances dont le fondement repose davantage sur des superstitions que sur une connaissance rationnelle des phénomènes. La tradition orale, outil privilégié de la transmission du savoir au sein des civilisations orientales a élevé les récits légendaires au rang de discours référentiels, empreints de vérité irréfutable. Porteurs de messages, ils évoquent parfois les circonstances d’une scène d’envoûtement, d’ensorcellement. Un mariage non consommé, la stérilité d’un individu, une possession diabolique, le mauvais œil, tant d’énigmes à travers lesquelles des personnes se reconnaissent. D’où le recours à des tentatives d’assainissement d’une situation que l’on refuse d’accepter avec l’aide d’un marabout. Du linceul d’un mort qui servira à immobiliser tous ceux auquel il sera présenté, du sang menstruel, des cheveux, des talismans, chaque objet confectionné se transformera en une arme puissante capable de délivrer du mal, de rendre le bonheur. C’est ainsi qu’une jeune fille âgée de seize ans se trouva, le jour de ses noces, forcée d’avaler des œufs durs sur lesquels un marabout avait pris soin d’ajouter des écritures dans le but de lui faire accepter son futur époux qu’elle s’obstinait à rejeter. Les parents obtinrent pour tout résultat de payer largement le marabout et une séparation du couple peu de temps après le mariage. Malgré des tentatives vouées à l’échec, les croyances en de telles manipulations subsistent. Bien que certains jeunes aient une aversion profonde pour les manifestations du sacré, les superstitions, on remarque qu’ils sont nombreux à suivre les traces de leurs ancêtres en adoptant leurs croyances. Du sang menstruel additionné à un aliment permettra de conquérir à jamais l’amour de l’élu de son cœur, une fois que ce dernier l’aura évidemment consommé. Des recettes pour arriver à ses fins

Dans l’univers de la magie, tout semble réalisable. Les textes des grimoires sont pris au pied de la lettre ; les recettes sont assidûment appliquées. Il n’en demeure pas moins que de véritables charlatans usent de maintes ruses pour exercer une emprise sur leur client. Car il s’agit là véritablement d’une transaction commerciale. Certains maghrébins vivant en France se rendent jusqu’à leur pays d’origine pour conclure un marché avec la sorcière capable de les convaincre d’un miracle. Des sommes colossales leur sont réclamées et soutirées. Avides de recettes miracles, nombre de personnes tentent par tous les moyens d’obtenir celle qui leur permettra d’arriver à leurs fins. Si l’on souhaite qu’il ne pleuve pas à un certain endroit, (ou plus précisément, si l’on souhaite protéger un emplacement des fortes pluies), il suffit de laisser un chat gratter la terre avec ses pattes, à l’endroit désigné, au lever du soleil. Si, dans un tout autre registre, on souhaite qu’une personne soit atteinte de folie, il suffit de lui faire manger de la cervelle de* …. Oui, en effet, c’est le genre de produit facile à se procurer ! D’autres recettes encore, pour le moins étonnantes : déterrer un mort de moins de trois jours, lui couper la main, et à l’aide de celle-ci cuisiner un plat de *…, celui qui en mangera sera incapable d’aimer une autre personne que celle qui aura réalisé le plat ! Mais attention, comme le précise les croyants, tout ce qui se rapproche de la magie est une forme d’adoration aux djinns.

Du marabout au charlatan :

D’un enseignement délivré à un nombre restreint de croyants, l’ésotérisme s’est largement étendu du fait de sa conception symbolique et imagée. Les nombreux marabouts que l’on peut rencontrer, ne sont pas forcément ce qu’ils prétendent. D’une identité fabriquée de toute pièce, sous prétexte de lire et écrire la langue arabe, ils interprètent le coran à leur guise. Ils pratiquent le désenvoûtement systématique car cela rapporte davantage d’argent. Leurs actions s’inscrivent dans une logique échappant totalement à l’entendement humain. Mais il est vrai qu’une personne fragile, en situation d’échec sentimental ou professionnel constituera une proie idéale pour les charlatans. N’ayant pas forcément pignon sur rue, ces marabouts sont connus de la communauté musulmane, qui convaincue de leurs pouvoirs, n’hésite pas à les consulter. Le bouche à oreille fonctionne bien dans ce domaine. S’identifiant à des talebs (sages, lettrés) les marabouts répondent aux interrogations des âmes inquiètes ou rebelles. Privilégiant le surnaturel à la raison, les orientaux sont attirés par des forces mystérieuses les entraînant parfois jusqu’à leur propre d échéance. En quête de l’inaccessible absolu, face à des interrogations de plus en plus pesantes, les adeptes de sorcellerie identifient le marabout au libérateur des âmes troublées. La décadence morale et religieuse des marabouts répond à des besoins impérieux résultant d’une oppression despotique exercée sur les individus. Les sahars (sorciers) à l’aide de calculs que leur auraient inculqué des sages de l’Orient, s’engagent à remédier à l’infortune de leur client quel qu’en soit le degré de gravité. Sans scrupule. ils blessent, guérissent, endorment, réveillent mais n’omettent jamais de réclamer leur dû. De science ancestrale, la magie a dévié vers des pratiques insidieuses et tellement insondables qu’elles suscitent plus que la curiosité, une croyance dogmatique.

À la recherche de protections, de bonheur ou pour conjurer le mauvais sort. Toutes les raisons sont bonnes pour aller consulter celui qui saura vous délivrer. Dans les rues de Barbès, dans le 18e arrondissement de Paris, vous serez accostés des dizaines de fois par des pseudo-médiums qui n’hésiteront pas à vous brandir sous les yeux des cheveux, des os et autres ustensiles de sorciers afin de vous persuader de les suivît dans une arrière-cour d’immeuble insalubre. Là. Ils vous démontreront que vous êtes envoûté, que l’on vous veut du mal. Seul moyen d’en finir avec le mauvais sort, écouter scrupuleusement les consignes du marabout : acheter une poule, du savon, bref des objets ou mets qui lui seront utiles et lui donner une somme d’argent assez conséquente. Faute de quoi, vous ne vous en sortirez pas. Dans un autre registre, vous aurez une liste de voyants via les radios et autres supports de presse. Certains sont peut- être fiables mais beaucoup savent que dans la culture musulmane, on accorde une large place à la magie, au mauvais œil. Par conséquent, les propositions de travaux occultes, non justifiées, pourront fuser. A aucun moment, ils ne se soucient de leurs clients, seul le rendement et l’argent extorqué comptent. Une grande vigilance s’impose avant de consulter, il faut se renseigner et s’assurer du sérieux et du professionnalisme du médium.

Yamina Gueham

  • INAD: Certaines informations ont été volontairement supprimées
Publié

DES SORCIERS DANS LE BOCAGE

Qu'il soit normand, vendéen, berrichon, le "bocage" (champs et près) s'entoure encore de l'aura sulfureuse des sabbats de sorciers et sorcières des siècles passés. Il s'ensuit que la Sorcellerie reste imprégnée dans l'esprit du public, d'une série d'images d'Epinal qui ne correspond pas toujours à la réalité. En tout premier lieu, il y a confusion inévitable entre Magie et Sorcellerie, dont les termes sont mal différenciés, dès lors qu'on les croit interchangeables de par l'ignorance de leur spécificité. Etymologiquement, la Magie c'est "L'Art des Mages". C'est-à-dire de ces Prêtres - Perses, ces Sages Chaldéens, ces Prophètes Hébreux (Moise), ces Kabbalistes, ces Saints Marabouts, quelle que soit leur affiliation religieuse, car Magie et Religion ne sont jamais séparées comme le souligne l'ésotérisme de leurs textes sacrés. En quoi consiste cet "Art" ? C'est un ensemble d'opérations par lesquelles le Mage, cherche à contraindre les Forces Naturelles (Puissances Invisibles de divers ordres) à agir (faire) selon ce qu'il requiert d'elles. Le Mage est un "Initié" dévolu aux grands Mystères Divins, un Maître. Le Sorcier de la magie campagnarde ou bocagère, est un "apprenti" qui déchaîne des forces qu'il ne connaît qu'empiriquement, et dont ensuite il n'est pas maître. Chez l'un il y a "Connaissance", chez l'autre, utilisation perverse des "forces occultes" à des fins personnelles ou pour autrui dans le rejet volontaire de tout ordre moral. Le grand démonologue du XVIème siècle, Jean Bodin, définit le sorcier comme : "étant celui qui par moyen diabolique s'efforce sciemment de ‘‘parvenir à quelque chose". Amour, haine, argent, vengeance, mort ? Tout cela peut-être suivant la demande ?

D'OU VIENT LA SORCELLERIE ? L'intérêt actuel pour la sorcellerie tant en Europe qu'en Amérique, tient en grande partie à la vogue de l'ésotérisme et de l'occultisme, vogue qui embrasse pêle-mêle : l'astrologie, le spiritualisme, la voyance, la médiumnité, le spiritisme et certaines techniques exotiques : le Zen, le Yoga, le Tantrisme, le Chamanisme etc... Mais le phénomène de la sorcellerie est si complexe qu'il paraît difficile de l'expliquer par un facteur unique. Pour le comprendre dans son étendue universelle, il faudrait faire appel à des disciplines incluant : le folklore, 1'ethnologie, la sociologie, la psychologie et surtout l'histoire des Religions. Ainsi, organisation cultuelle pas spécialement dressée contre le christianisme, la Sorcellerie était en réalité le vieux paganisme répandu dans toute l'Europe, car il constituait une "religion" la WICCA. On y adorait un dieu cornu, assimilable au dieu Celte Cernunos, que les Inquisiteurs bien plus tard confondront délibérément avec le Satan de l'Evangile. Loin d’êtres maléfiques, les pratiques et rituels de la WICCA utilisaient un "savoir" ancestral incluant le pouvoir des plantes médicinales et magiques, l'influence des pierres précieuses,1'efficacité des rebouteux, des guérisseurs, des magnétiseurs, et ces "remèdes de bonne femme" qui ont traversés les siècles’’ la voyance, les prédictions, la médiumnité avec l'au-delà, enfin presque une parapsychologie avant la lettre, tout cela participait de la WICCA. En conséquence, c'est en diabolisant ce contexte naturiste, que le christianisme petit à petit va éradiquer le vieux paganisme qui de ce fait rentrera tout naturellement dans la clandestinité. L'Eglise poursuivra de sa haine axée sur l'hérésie une religion concurrente, en assimilant progressivement le culte archaïque de la WICCA à la Magie Noire, toute entière vouée à l'adoration de Satan, et de ses oeuvres maléfiques. Férocement réprimée, la sorcellerie va alors entraîner dans son sillage, des procès, des bûchers, des morts en art- grand nombre, des massacres sans fin. Epidémie meurtrière ravageant l'Europe dans toutes ses parties et le Nouveau Continent où se déroulera le célèbre procès des sorcières de Salem.

QUI SONT LES SORCIERS ET LES SORCIERES ? En premier lieu des "croyants" dont on pourchasse le culte, comme plus tard on verra les guerres de religion entre Cathares et catholiques, entre protestants et catholiques, génératrices de massacres dont l'histoire a répercuté l'horreur. En second lieu, les sorciers et sorcières sont des "révoltés" contre le Pouvoir. Surtout les femmes, car depuis EVE, la méfiance règne contre l'espèce féminine tant sur le plan social que sexuel. La veuve en particulier, dépourvue de contrôle marital est en première ligne de suspicion. Vieille, méchante c'est un parasite de la société. L'imagerie du Moyen Age en fera cette créature échevelée et farouche, chevauchant un balai pour aller au Sabbat, le rendez-vous diabolique ou concoctant dans son antre, les poisons, les philtres magiques qui provoquent l'amour, la haine, la mort... Pour réprimer la sorcellerie, qu'elle amalgame à 1'hérésie, 1'église va instituer "Le Jugement de Dieu", "l'ordalie", épreuve judiciaire relevant des puissances surnaturelles, afin de vérifier ou infirmer, une présomption de comportement diabolique. La sorcière, présumée coupable, était soumise aux épreuves du feu du poison, du fer rouge, de la noyade, et devait sortir indemne de ces tourments pour prouver son innocence. ‘‘L’ordalie’’, ce : décret particulièrement barbare, n'offrait aucune chance à l'accusée, et nombreuses furent celles qui y succombèrent.

Du XIIIème au XVI.eme siècle, la sorcellerie partie du bas peuple, va gagner tous les étages de la société. De hauts personnages, tels : Louis d'Orléans, frère du roi Charles VI, Gilles de Rais, maréchal de France et compagnon de Jeanne d'Arc, cette dernière brûlée comme sorcière, les Templiers, dont le grand Maître Jacques de Molay périt sur le bûcher. Sous Louis XIV, avec l'Affaire des Poisons, la sorcellerie éclaboussera presque les marches du trône. La principale accusée, la sorcière La Voisin, partira en fumée, tandis que ses complices les grandes dames de la noblesse, coupables mais non responsables, échapperont au jugement. Le Ministre Colbert mettra un point final à la poursuite des sorciers par l'Edit de 1682. Toujours persifleur. Voltaire aura beau jeu de nier la sorcellerie "puisque toutes les sorcières avaient- été brûlées !". Cette boutade métaphysique d'un philosophe de ce I8ème siècle imprégné d'anticléricalisme, tournait en dérision la théologie médiévale axée sur l'hérésie, sans pour autant expliciter la condition humaine assujettie au Bien et au Mal.

LE BIEN ET LE MAL L'être humain est continuellement entraîné par deux courants contraires. Il résulte de ce principe de dualité que le Bien et le Mal vont apparaître mobiles, interchangeables, équivoques. Une créature est bonne ou mauvaise, non par sa nature, mais par l'orientation qu'elle prend ou qu'elle subit. Le grand poète Goethe a reconnu ce fait de la double conscience, ces deux pôles entre lesquels évoluent le flux et le reflux de la conscience normale de chaque être humain. C'est de cette oscillation constante engendrant alternativement le Bien et le Mal que surgissent le Prêtre-Mage et le sorcier, images terrestres de Dieu et du Diable, que chaque Religion a essayé d'imposer. Mais comment et pourquoi malgré des siècles de christianisme occidental la sorcellerie a pu.non seulement persister, mais encore rester aussi vivante et agissante dans les villes et les campagnes, comme en témoignent les publicités feutrées ou tapageuses des magazines spécialisés.C'est probablement que la Sorcellerie a constitué un moment de l'Histoire de l'humanité, puisqu'on la retrouve partout sous des formes diverses. Des aborigènes d'Australie aux sociétés polynésiennes, de l'Amérique anglo-saxonne à l'Afrique, de l'Europe entière jusqu'à notre bocage de la France cartésienne. Paradoxalement, c'est une scientifique ethnologue. Jeanne Favret Saada, qui atteste la vitalité et l'authenticité de la Sorcellerie... Pendant, trois, ans, elle a vécu parmi les "désorcelleurs". les "ensorceleurs", les "envoûteurs" et autres"jeteurs de sorts'* d'un village de Normandie. Dans son livre :"LES MOTS, LA MORT, LES SORTS", best-seller des sciences sociales, elle décrit les rituels de "dégagement" appliqués à une famille victime de nuisances occultes : maladies du bétail, champs stériles, disputes et violences en milieu familial et dans le voisinage, divorce, suicide.Après le passage du "sorcier désenvoûteur", le faisceau de haine qui enveloppait cette famille s'est évanouie comme par "enchantement", c'est bien le cas de le dire ! Le"charme"était rompu... Bien évidemment, Jeanne Favret-Saada, a scrupuleusement rendu compte des faits, mais n'en a pas trouvé l'explication ni la compréhension. Ici, la Science n'avait pas grand chose à dire, sinon à déployer largement.1'étiquette- "superstition" dont elle affuble ces "affaires-là" ! Aujourd'hui, dans notre modernité technologique, les sorciers et sorcières, ceux qui se prévalent de ce titre dans des publicités avantageuses, ne sont que de pâles héritiers de la WICCA. Ils sont "tireurs de sorts" campagnards dans le bocage appuyés par une clientèle rurale qui les craint, mais les consulte. En ville c'est une sorcellerie élégante, frottée de science parapsychologique qui leur permet d'élaborer (disent-ils) des moyens magiques pour changer les destins malheureux, conjurer la mauvaise fortune, réparer les désordres amoureux, la réussite assurée.pour un examen, une candidature, un siège politique (!) »... La bourse de la ‘’sorcellerie’’ de pacotille est florissante. Y pullulent les Mage, les Maîtres, les Hauts Initiés, portés par des publicités tapageuses qui les créditent de tous les miracles ! Les malheureux défavorisés y croient. Ils sont prêts à tout pour sortir du cercle de fer de la fatalité, retrouver la chance et l'espoir, s'évader de la solitude de l'âme et du corps... C'est ainsi que le métier de "sorcier" spécule sur la crédulité humaine, il a encore de beaux, jours devant lui. Pourtant, La Magie, qui est fondamentalement la Science des Mages, de ces Hauts Initiés qui ont étudié en de longues recherches la Connaissance des lois de l'univers, cette Magie appelée "Théurgie’’ existe. Sa devise "SAVOIR, VOULOIR, FAIRE SE TAIRE" exprime bien l'occultation d'un secret à ne pas mettre dans toutes les mains, Le détournement délibéré pour un usage personnel et lucratif de cette science, constitue la sorcellerie ou "goétie". Ses victimes sont nombreuses, car l'esprit de lucre qui l'anime n'a pas de limite. La cupidité humaine qui s'infiltre partout a trouvé là un créneau particulièrement juteux.

Louise Falba

Publié

La Sibylle des salons

Notre héroïne fut l’oracle le plus consulté durant trois régimes politiques, cinquante années durant. Par ses prédictions données aux grands, elle parvint aux sommets de la célébrité, et influa sur des décisions capitales. Nous avons suivi le fil de sa vie tant il est entrelacé avec le déroulement de l’histoire. Mademoiselle Lenormand , prénommée Marie-Anne, serait née en 1768 à Alençon, la même année que Charlotte Corday, originaire du même département. Selon d’autres sources, elle naquit en 1772. Pensionnaire des bénédictines, elle y aurait prédit le nom de la remplaçante de l’abbesse du couvent décédé. Elle grandit dans ces dernières années de l’Ancien régime, où le public se passionnait moins pour la crise économique et politique que pour les guérisons « miraculeuses » obtenues par Messmer grâce à l’électricité, aux prouesses de Cagliostro invitant à dîner des morts célèbres, ou aux premières ascensions en ballon. Dès mai1789, Mademoiselle Lenormand annonça la fin de la monarchie et les pires tourments pour la religion catholique. Lorsque ses prophéties se réalisèrent, elle se voua à l’étude des arts divinatoires : astrologie, numérologie, chiromancie et cartomancie.

AU COEUR DE LA TERREUR.
Venue à Paris chercher fortune, elle se fit passer pour une jeune américaine, et eut pour premiers consultants les victimes de la Révolution : aristocrates aux abois, prêtres menacés, et même Mirabeau et le futur Louis XVIII. La princesse de Lamballe, intime de Marie-Antoinette, se vit prédire son atroce destin : mise en pièces par la foule, elle eut ses viscères exhibées au bout de piques. Ardente royaliste, Mlle Lenormand s’efforça de sauver la Reine : portant un panier de provisions, elle parvint à pénétrer dans le cachot de Marie-Antoinette, et lui conseilla de s’enfuir, mais en vain. Durant la Révolution, le camp des vainqueurs la consulta également : Danton, Fouché, alors député, Jacques Hébert, « chef des «enragés», et Lazare Hoche, « l’organisateur de la victoire ». Au plus fort de la Terreur, vinrent la visiter ensemble Robespierre, Marat et Saint-Just, rapporte le chanoine Lecanu. À chacun, elle prédit sa fin fatale et les circonstances de celle-ci. Pourtant en 1794, elle est arrêtée sur l’ordre de Robespierre, accusée d’avoir incité à la guerre civile par ses prédictions. De sa prison, elle délivre ses oracles sur la chute prochaine de Danton, puis de Robespierre par de petits billets glissés à l’extérieur. Libérée avec la fin de la Terreur, ses consultants se multiplient : rescapés de la guillotine aussi bien que républicains effrayés d’un brutal retour à l’ordre. A Joséphine de Beauharnais, elle annonce son prochain veuvage. « C’est en voyant la main de Joséphine que je prophétisai qu’un jour elle jouerait le plus beau rôle de France » (Souvenirs prophétiques). En 1795, Joséphine lui présente un jeune militaire : Mlle Lenormand examine sa paume qu ‘elle qualifie de « chef-d’œuvre chiromancique », et lui annonce une extraordinaire carrière dans les armes : c’était Napoléon Bonaparte. Le jeune général revint la voir ; elle le dissuada, dira t’elle, de s’enrôler dans l’armée du Grand turc : « vous jouerez un grand rôle en France ». Le mariage de Napoléon et de Joséphine en 1796 qu’elle a annoncé lance définitivement notre voyante.

LA SIBYLLE DANS SON CABINET DE VOYANCE. Notre sibylle ouvre alors un cabinet de consultation près du Sénat, rue de Tournon, sous la couverture du métier d’écrivain public, car l’exercice de la voyance était illégal depuis 1791 et n’était que toléré. Des descriptions de l’époque nous ont conservé l’image de cet appartement assez fastueux, où elle recevait dans sa chambre à coucher aux murs tapissés de tableaux et de livres de magie. Sur son bureau où avaient lieu les consultations trônait un miroir aux vertus magiques censé provenir de Marie de Médicis. Ce bureau était couvert de cartes divinatoires, dont son célèbre tarot, de tableaux magiques, de cartes courantes et de divers supports techniques. À ses consultants, Mlle Lenormand apparaissait « la mise toujours simple et même un peu négligée » nous rapporte un contemporain. Généralement, elle portait un béret en hiver et une perruque blonde en été. Parfois, elle se vêtait à l’orientale, un turban lui ceignant le front. La voyante proposait à ses consultants une palette d’ approches divinatoires : cartes et lecture des mains, bien sûr, également lecture des rêves, marc de café, cendres, plomb fondu, ou blanc d’œuf que le visiteur avait porté sur lui. Cette dernière technique divinatoire était déjà pratiquée par les Romains. Enfin, elle avait recours à l’alectromancie : des grains de blé étaient placés sur les lettres de l’alphabet, un coq y était posé, et le message provenait des grains picorés par le volatile. Ce rituel resta inchangé tout au long de la carrière bien remplie de la sibylle. Femme d’affaire avisée, elle proposait à ses consultants d’acquérir de ses nombreuses brochures et de s’abonner à des journaux rédigés par ses soins : Le mot à l’oreille, et Le Don Quichotte des dames où on trouvait prédictions générales, conseils pratiques et moraux, et échos politiques. Comme pour les nombreux autres voyants du temps, sa publicité se faisait par le bouche à oreille, et par quelques rares prospectus glissés clandestinement. Les consultations coûtaient de trois à une vingtaine de francs, somme élevée mais non exorbitante pour une célébrité ; l’horoscope approfondi ne revenait pas à moins de 400 francs.

LA PREMIERE VOYANTE DE FRANCE. Si le rôle effectif de notre voyante durant la Révolution a été contesté par certains de ses contemporains ou par des historiens postérieurs, sa gloire inouïe durant l’Empire et la Restauration n’est pas niable. Elle devient la première voyante de France, tant par la notoriété que par le nombre de ses consultants. On la compare alors souvent à Jeanne d’Arc… Sous le Consulat de Bonaparte, elle est déjà la plus fameuse voyante de France, en partie grâce à l’influence de Joséphine de Beauharnais qui ne l’a pas oubliée et reste férue d’arts divinatoires. Dès 1801, Mlle Lenormand est invitée au château de la Malmaison. Elle lit dans la main de Joséphine, lui tire les cartes et déclare : «Si jamais votre époux parvenait à saisir le sceptre du monde, cet ambitieux vous délaisserait…Un jour viendra où vous jouerez le premier rôle en France ». En se séparant, les deux femmes échangent leurs bagues pour marquer leur estime réciproque. Napoléon avait fait inscrire dans le Code civil que « les gens qui font le métier de deviner et de pronostiquer ou d’expliquer les songes » s’exposaient à verser une amende de 11 à 15 francs et risquaient au moins 5 jours de prison. Il lança une enquête sur tout le territoire pour observer et enregistrer les comportements superstitieux ; cette enquête révéla leur enracinement dans les villes comme dans les campagnes. Les nombreux voyants eurent beau protester de leur différence avec les anciens sorciers et les adeptes de la magie noire, le préjugé demeurait que « qui tire les cartes tient le diable ». À l’égard des arts divinatoires, l’Empereur avait une attitude changeante et ambiguë : en fils de la Révolution, il avait envers la « superstition » et toute forme de religion une approche purement utilitaire. Ainsi, l’Empereur déclara : « Si le peuple ne va plus à la messe, il ira chez Mlle Lenormand, ou chez Cagliostro » (cité par Gougenot des Mousseaux). Mais, après César et Alexandre, Napoléon ne dédaignait pas de faire appel à la voyance pour le confirmer dans des décisions déjà arrêtées. Ainsi il prit ombrage des rapports trop étroits entre son épouse et Mlle Lenormand. L’Impératrice, bavarde impénitente, racontait les confidences sur l’oreiller de son époux impérial, même à Fouché, ministre de la police, qui réglait les fastueuses dépenses refusées par l’Empereur Napoléon accepta donc fort mal des indiscrétions de Joséphine colportées par la Sibylle qui interférait avec ses visées politiques. En 1802, notre voyante est à nouveau arrêtée pour avoir prédit que le débarquement en Angleterre n’aboutirait pas. Elle se voit accusée de conspirer avec les Chouans de Vendée. Elle aurait, vraisemblablement, eu pour consultant leur chef Cadoudal. Nouvelle interpellation en 1805 : elle sort au bout de deux jours, comme elle l’avait annoncé, ce qui fit grand bruit. La surveillance et les tracasseries de la police n’empêchent pas le « tout-Paris » de se précipiter chez elle : dirigeants politiques, écrivains, acteurs, militaires, gens du monde et gens du commun. Elle est de toutes les soirées et mène grand train. En 1809, l’Empereur lui-même, fort réticent au début, l’aurait consultée à plusieurs reprises. Il avait compris, semble-t’il, que la Sibylle pourrait fournir de précieux renseignements à sa police secrète. Fouché et Talleyrand vinrent la visiter dans le même sens. Apparemment, Mlle Lenormand s’est toujours refusée au rôle d’indicateur de police.

ENTRE JOSEPHINE ET L’EMPEREUR. En 1809, notre voyante joua un grand rôle dans la séparation entre Napoléon et Joséphine. Interprétant un cauchemar de l’Impératrice où des serpents l’étouffaient, elle lui prédit que le divorce aurait lieu dans un mois jour pour jour, le 16 Décembre 1809, ce qui se produisit. Selon divers historiens, elle utilisa une indiscrétion émanant de l’entourage de Napoléon qu’elle transforma en prémonition, peut-être à l’instigation du machiavélique Fouché, ministre de la police. Une semaine avant le divorce, les deux femmes se revirent en secret, malgré les menaces de l’Empereur. Une perquisition et une nouvelle arrestation, douze jours durant, s’ensuivirent. Dans ses Souvenirs prophétiques d’une sibylle, Anne-Marie Lenormand a raconté, non sans humour, ses réponses aux interrogatoires : « Depuis tant d’années, nous avons fait un si cruel apprentissage du malheur que vous ne devez pas être surpris que l’on vienne de toutes parts chercher des motifs de consolation …Parmi les personnes qui me consultent, il en est qui ont bu jusqu’à la lie la coupe de la douleur : elles ont perdu leurs amis, leur fortune, et sans ma voix consolatrice, elles auraient terminé leur existence dans l’agonie du désespoir ». Elle refusa fermement de révéler les noms de ses consultants. Pendant son incarcération, la voyante fit le rêve prophétique d’un aigle volant si haut « qu’un coup de vent terrible et des nuages amoncelés venus du Nord l’abattront ». Chaque jour, une foule se rassemblait devant la fenêtre de sa cellule, et Joséphine lui fit parvenir clandestinement des messages d’amical soutien. À sa libération, elle échappe à l’exil promis, grâce à l’influence de l’Impératrice. Éblouis par sa prophétie de l’impérial divorce, de nouveaux consultants se précipitèrent pour la visiter, 700 dit-on. En 1814, Anne-Marie Lenormand fait éditer ses Souvenirs prophétiques où elle plaide la cause des arts divinatoires, et s’attribue un rôle éminent sur la scène politique. Grand succès de librairie, d’autant plus qu’elle passe en revue les ouvrages de divination anciens les plus célèbres. Elle y prédit le retour sur le trône de France d’un Roi ramenant la paix et l’abondance. Dans un nouveau rêve prophétique, elle voit Napoléon pâle et défiguré et croise des soldats parlant russe. Ce rêve lui annonce sa chute prochaine et l’entrée dans Paris des Alliés coalisés contre lui. Anglais, Russes, et Prussiens s’emparèrent bien de Paris en Mars 1814. Le Tsar de Russie et le Roi de Prusse auraient alors consulté notre voyante. Un génie l’avertit du retour de l’Empereur en 1815, ce que lui confirme la numérologie. Dans un nouveau livre Oracles sibyllins, elle relate sa dernière rencontre avec Napoléon qu’elle dépeint comme fort superstitieux ; il lui narre ses rêves qu’elle interprète comme annonçant la défaite de Waterloo et son prochain exil aux mains des Anglais. Elle lui prédit ; « Tu seras vaincu et donné même en spectacle au peuple d’Albion. Les rochers de l’Afrique te serviront d’asile ». Selon Mlle Lenormand, l’Empereur aurait emporté à Sainte-Hélène un exemplaire de ses Oracles sibyllins. Selon Killian (p.43), il aurait déclaré à ses derniers fidèles que Mlle Lenormand avait dessiné le plan de l’île sur les boiseries de son appartement…
ANNE-MARIE REFLEURIT AVEC LE RETOUR DES LYS. Royaliste de cour, bonapartiste par suivisme, Mlle Lenormand fut enchantée du retour d’un Roi sur le trône de France. On se souvint à la Cour de sa tentative de sauver Marie-Antoinette. On y lisait, comme dans les autres cours européennes, ses Souvenirs prophétiques ; « Tous l’ont agréé », nous dit-elle. Nombre d’émigrés revenus à la suite de Louis XVIII firent appel à sa voyance. Mais sous la Restauration, elle fut plus souvent consultée sur des problèmes de cœur ou de carrière que sur les hautes destinées du royaume. En 1818, les souverains vainqueurs de Napoléon se réunissent en congrès à Aix-la-Chapelle pour redessiner la politique européenne. Sans doute lasse des fastidieuses affaires de cœur, Mlle Lenormand tente de s’y rendre pour tirer l’horoscope des souverains, mais elle est arrêtée en Belgique. Elle se fixe quelque temps à Bruxelles où elle est emprisonnée pour « pratiques magiques ». De sa plume acérée, elle en tirera une brochure vengeresse : Souvenirs de la Belgique. Cent jours d’infortune… Elle revient durablement à Paris, y reprend ses consultations, et publie de plus en plus d’ouvrages prophétiques qu’elle vend dans son appartement. Si la police ne l’inquiète plus, les journalistes se déchaînent contre elle, l’accusant de lancer des prophéties ambigües qui ne pouvaient donc être démenties par les faits, et de prédire à coup sûr dans ses brochures des évènements… déjà passés. Mlle Lenormand se lance dans une dernière cause politique en soutenant la romanesque duchesse de Berry et son fils, « l’enfant du miracle », prétendant légitimiste au trône face à Louis-Philippe. Des problèmes financiers (elle a vécu grand train), une certaine mélancolie la poussent à séjourner davantage à Alençon, sa ville natale, où elle refuse à tous de tirer les cartes. Elle s’éteint en 1843, au bel âge pour l’époque de 72 ans, en dépit de sa prophétie de vivre 108 ans…Son enterrement devient un événement considérable auquel assistent hommes politiques, écrivains et artistes, et une foule de ses anciens consultants moins huppés.

VISIONNAIRE OU INTUITIVE ? Le tableau que nous venons de tracer pourrait faire croire que Mlle Lenormand s’est principalement occupée des plus hautes affaires de l’État. C’était son sujet de prédilection auquel elle consacra l’essentiel de ses ouvrages. Elle fut l’oracle privilégié des grands, sous quatre régimes successifs, et, avec un sens tout moderne de la « publicité » a bâti là-dessus sa célébrité. Elle s’est fait connaître par ses brochures au ton lyrique et biblique, et au sens souvent ambigu où elle délivre souvent des prophéties… rétrospectives . Mais 50 ans durant, elle a reçu des personnes de diverses conditions sociales venues la consulter sur toute sorte de problèmes, personnels, affectifs, financiers et sociaux. Son écoute attentive, son sens aigu de la psychologie, féminine notamment, lui permit de prodiguer des conseils avisés. En des temps de libertinage, elle réussit à sauver de la rupture nombre de ménages. Toujours, elle tentait de ramener ses consultants dans le droit chemin de la morale et de la fidélité conjugale. Elle s’efforçait de dissuader, d’inciter sans imposer : « J’ai eu le bonheur de diriger et de fixer les opinions que l’incertitude semblait égarer. En leur présentant le tableau fidèle de ce qu’ils avaient à espérer, je suis parvenue à dissiper leurs craintes, sans jamais essayer de troubler leur conscience ». Son art, insistait-elle, relevait uniquement de la magie blanche et ne comportait rien de contraire à la religion. «Dans mon cabinet, j’ai souvent prêché la morale sublime de l’Évangile, j’ai réconcilié le pécheur avec son Dieu, ainsi qu’avec lui-même ». Et, consciente d’un éventuel usage manipulateur de la voyance, d’ajouter : « Il est des esprits faibles qui ne voient partout que lutins, que fantômes et que sorciers… Je ne corresponds qu’avec des génies supérieurs » (Souvenirs prophétiques, p.443). Mlle Lenormand a ainsi contribué à donner à la voyance ses lettres de noblesse. Grâce à elle, la cartomancie est rentrée dans la catégorie des hautes sciences magiques, et a cessé d’être confondue avec la sorcellerie.
Sur la réalité de ses dons divinatoires, nous n’avons pas à nous prononcer, mais force est de constater son approche déjà moderne de la psychologie de chaque individu, et son sens de l’écoute. Républicain, laïque et « anti-superstitieux » s’il en fût, Pierre Larousse appréciait ainsi notre voyante monarchiste dans son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866) « Elle mettait un grand appareil à développer le grand jeu ou le petit jeu, selon la somme, à consulter le marc de café dans les grandes occasions. Elle a montré en bien des cas une perspicacité remarquable, mais non tout à fait extraordinaire. À ce point de vue, ses soi-disant prophéties restent curieuses à étudier… Elle étonnait même les gens les plus prévenus contre elle ; un regard inquisitorial lui révélait la pensée secrète qui lui amenait le client ; quelques questions posées au hasard lui faisaient toucher du doigt l’espérance ou la crainte qui l’agitait.»

PRINCIPALES SOURCES UTILISÉES.

  • LE NORMAND (Mlle M.A.). -Lettres inédites (collection personnelle) -Souvenirs prophétiques d’une sibylle (1814) -La Sibylle au congrès d’Aix-la-Chapelle (1819) -Mémoires historiques et secrets de l’Impératrice Joséphine (1820) Souvenirs de la Belgique. Cent jours d’infortune (1822) –L’Ange protecteur de la France au tombeau de Louis XVIII (1824) -Le Petit homme rouge au château des Tuileries…Prédictions (1831) L’Ombre de Henri IV au palais d’Orléans (1831) -Arrêt suprême des Dieux de l’Olympe en faveur de Mme la duchesse de Berry et de son fils (1833).
  • CAILLET (A.L.). Manuel bibliographique des sciences psychiques ou occultes (1964).
  • CASTON (A. de). Les Marchands de miracles. Histoire de la superstition humaine (1864)
  • CELLIER DU FAYET (N.H.). La Vérité sur Mlle Le Normand. Mémoires, révélations intimes (1845). La meilleure source sur sa vie écrite par un de ses amis.
  • DARNTON (Robert). La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution (1984). Remarquable synthèse.
  • DUBOIS (L.). De mademoiselle Lenormand et de ses deux biographies récemment publiées (1844). Contient d’importantes précisions et dates.
  • FLAMET (H.). La sibylle du XIXe siècle. Dernières prophéties de Mlle Le Normand (1843).
  • GIRAULT (F.). Mademoiselle Le Normand, sa biographie, ses prédictions extraordinaires, son commerce avec les personnages les plus illustres de l’Europe (1843). Assez complet. -GOUGENOT DES MOUSSEAUX. La Magie au XIXe siècle (1864)
  • KILLIAN (Wilfried). Les Prophéties de Napoléon à l’île de Sainte-Hélène (1830).
  • GUAITA (Stanislas de). Bibliothèque occulte (1899).
  • LAROUSSE (Pierre). Dictionnaire universel du XIXe siècle (1865). (Article Le Normand).
  • LECANU (Chanoine). Dictionnaire des prophéties et des miracles (1852). (Article Le Normand).
  • MOZZANI (Eloise). Magie et superstition de la fin de l’Ancien régime à la Restauration (1988). -UNGHERINI (A.). Manuel de bibliographie biographique des femmes célèbres. (1892). (Article Le Normand).

Emmanuel Camille-Bernard.

Publié

Chasser une escroc, elle revient au tarot

On ne l'avait pas oubliée mais presque. Sans doute se tenait-elle tranquille dans son coin. On pensait qu'elle avait pris un peu de conscience et d'humanité après une visite au commissariat de police. Ben non, chassez l'escroc, elle revient au tarot. A…., le retour. En pire…

Souvenez-vous. C'était en 2005, Eliane se désespère de voir son mari rongé à petit feu par le cancer. La faculté est impuissante, Eliane est désemparée. Comme souvent dans ces cas-là, Eliane se tourne vers l'impalpable. A ce stade de détresse, qui ne serait pas prêt à faire n'importe quoi, à s'accrocher au moindre petit espoir pour sauver l'être aimé? Malheureusement pour Eliane, elle est tombée sur une vendeuse d'espoir. Vendeuse de luxe, même, au vu des tarifs pratiqués. 1800 euros pour la promesse de sauver un homme aux portes de la mort, puis 25000 euros pour réaliser l'exploit mais aussi, bonus gratuit, pour empêcher la maladie de "retomber" sur la fille. Hé oui, A… avait découvert à l'époque que le cancer était soumis à l'attraction terrestre! Il est vrai que lorsqu'on se cache derrière le nom d'A…de …, que l'on prétend détenir son pouvoir des rois de France comme des Cathares, on peut aussi être plus forte qu'Einstein et Pasteur réunis. Car sauf erreur des historiens, c'est précisément un roi de France qui a ordonné de passer tous les cathares au grill. Il faut dire qu'Ambrouilla de mauvais Aloi n'est pas à un paradoxe près quand il s'agit d'arnaquer le bon peuple. Ainsi, elle affirme en plus travailler en relation avec les moines de la Grande Chartreuse. Traduction: A…, pardon, C…puisque tel est son vrai nom, taquine de la bouteille et avoue à demi mots un net penchant pour le fabuleux breuvage produit dans cette abbaye. Vu les divagations de la dame, consommer avec modération n'est pas son truc.

Le problème est que dans cette histoire, c'est Eliane qui a trinqué. Quelques mois plus tard elle était veuve, comme l'avaient prévus les médecins. Pire, grâce à A…, Eliane a du en plus de sa détresse faire face à un sentiment d'impuissance et à une situation financière désastreuse. Suite à une intervention de l'Inad, A… avait alors promis de rembourser en partie la veuve et l'orpheline. Une promesse à la façon de certains politiques que la Coco n'a jamais tenue. Comme toute victime des escrocs à la voyance, Eliane avait donc porté l'affaire en justice. Du coup, A… et C…s'étaient faites plus discrètes. On la croyait calmée… A tort.

En 2008, c'était au tour d'une handicapée de tomber entre les griffes d'A…. Gravement malade et ne pouvant se servir de ses jambes, et bien entendu désemparée, Mme K. a le malheur de tomber sur une publicité de l'omnipotente A…. Au cours d'une consultation téléphonique avec l'arnaqueuse en chef, Mme K apprend, ô miracle, qu'elle va retrouver l'usage de ses jambes. C… serait-elle une descendante de Jésus? C'est ce que l'on pourrait croire si la sainte voyante ne demandait pas 2000 euros pour un tel miracle. Bon, on va dire qu'avec la crise les descendants de Jésus ont du mal à joindre les deux boules de cristal et qu'ils ne peuvent attendre que Dieu leur rende au centuple. Manque de bol, au contraire de Lazare, Mme K. n'a jamais pu se lever et marcher. N'est pas Jésus qui veut. Au lieu de semer amour et compassion, A…use et abuse du désespoir et du malheur des gens pour accumuler les biens. On est loin de cette précieuse "aide" promise sur les pubs.

Une fois de plus, à la demande de la victime, l'Inad est intervenu auprès d'A… pour tenter d'obtenir un règlement amiable de l'affaire. A partir de là, on connaît le scénario: promesse, rétractation puis nada. Sauf que cette fois, notre « guérisseuse » a décidé de se la jouer mafia. Non contente d'avoir arnaqué une pauvre femme, la "parraine" a décidé d'envoyer son avocat résoudre cette affaire à sa manière. Le baveux ne s'est pas fait prié et a même décidé d'en rajouter. Se croyant dans un film de Scorcèse, l'homme n'a rien trouvé de mieux que de "conseiller fortement" à la victime de modifier son témoignage et pour affirmer que ce serait le Président de l'Inad qui l'aurait forcé à se plaindre. Mme K. refuse. Et là, notre spécialiste du droit bafoue ce qu'il est censé défendre et laisse entendre à Mme K. qu'elle pourrait bien se retrouver dans un institut psychiatrique. Et pourquoi pas dans une rivière avec des chaussures en béton? Il faut croire qu'A… et son homme de peu de loi ont vraiment pété les plombs et qu'il est plus que temps pour eux et pour le peuple de France qu'ils suivent une thérapie.

Bien sûr, en parcourant ces lignes et en constatant l'énormité des propos d'A…, on pourrait penser que les victimes sont vraiment naïves. Mais quand des individus comme A… profitent de la maladie et de la mort pour faire fortune, on aurait plutôt tendance à serrer les poings. Dans ce cas-là, on aurait même envie de rappeler à cette chère A… qu'il y a un peu plus de 200 ans, des nobles ont perdu la tête parce qu'ils avaient cru pouvoir spolier le peuple en toute impunité. Et à bien y regarder, on pourrait se demander si l'Etat, par son attitude passive vis à vis d'un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur, et les magazines qui publient de telles annonces , sans aucune vérification préalable, en toute connaissance de cause ne seraient-ils pas ‘’complices’ de ces arnaques.

Buffy Brinogène

Publié

LA SUPERSTITION

Qui est superstitieux ? Tout le monde et personne, serait-on tenté de répondre. Les uns s'en défendent comme d'une maladie honteuse, les autres le clament bien haut sans souci aucun de respect humain. Nous nous arrêterons pas plus sur l'opinion de Freud, qui taxait la superstition de "symptôme pathologique" (genre névrose), que sur celle de ce cher Voltaire, grand sceptique devant l'Eternel qui disait volontiers : "La superstition est à la religion, ce que l'astrologie est à l'Astronomie : la fille très folle d'une mère très sage" Opinion très discutable ! Alors, comment se définit la Superstition ? A la base, c'est une fonction qui a pour but de réduire l'angoisse découlant de l'Incertitude de la vie, en essayant de mettre sous son contrôle, des événements que les connaissances techniques et scientifiques ne suffisent pas à dominer… Il est vrai que de tous temps, l'imagination humaine s'est plu à attacher une signification, bonne ou mauvaise, à tous les événements fortuits. Insolites, étranges, qui interfèrent dans le quotidien : miroir brisé, sel répandu, couteaux en croix, chiffre pervers, couleurs néfastes, etc. etc.. Clin d'œil de l'Invisible dont la liste se prolonge à l'infini, suivant les pays, les mœurs, les traditions. C'est en ce cas que la Superstition devient presque l'histoire sous-jacente de la civilisation humaine. Car étant partie -Intégrante de la psyché, elle a imprégné et continue d’imprégner l’humanité. Nul ne peut se vanter d’échapper à son emprise : rois, princes, philosophes, bourgeois, paysans, homme de Néanderthal ou du XXIe siècle, tous ont payé tribut à ce mode de "pensée sauvage" comme le qualifiait Lévi-Strauss" Cependant l’enchevêtrement des manies, des pratiques, des crédulités, soient héritées ou familiales ou encore acquises par contagion, adoption, additions étrangères, cet enchevêtrement est si touffu qu'il est pratiquement impossible d'en démêler les fils conducteurs. TeIle la Parque antique, la superstition tisse sa toile d'araignée dans laquelle les mouches humaines s'engluent Ere après Ere, siècle après siècle, sans grand espoir de dégagement. Existe-t-il un profil type de 'personnes superstitieuses ?
Les femmes plus que les Hommes ? Les imbéciles plus que les Intellectuels ? Les religieux plus que les athées ? Pas de discrimination, tout le monde est logé à la même enseigne !

Cependant, lorsqu'on entend parler de crédulités populaires, bizarres ou incongrues, frisant même le ridicule, on est fondé à penser que l'on se trouve en présence d’absurdités, si contraires a la "raison" que cela ne mérite pas d'arrêter l'esprit de gens cultivés, rationnels, ce qu'il est convenu d'appeler le "bon sens rien n'est moins sûr que cette convention supposée. Ainsi, Napoléon, difficile à classer dans la catégorie "imbécile-crédule", ne craignait pas d'affirmer :"Je n'aime pas les esprits forts, il n'y a que les sots qui défient l'inconnu". En bon Corse, l'empereur savait de quoi il parlait. L'Ile de Beauté regorge de pratiques superstitieuses de tout acabit. Encore de nos jours, certaines ménagères armées d'un manche à balai, elles parcourent leur maison de haut en bas, tapant sur les meubles, le plancher, les murs dans une sorte de nettoyage psychique ! En parallèle avec les simples ménagères, des politiciens d’envergure, des écrivains célèbres, des intellectuels de renom, ont sacrifié à la superstition, sans souci du "qu'en dira-t-on". Génie politique et Grand Chambellan de Napoléon, le Prince de Talleyrand n'engageait jamais un collaborateur* ou même un simple valet, sans lui demander bien avant son C.V, s'il avait de la chance. Si la réponse était négative, le candidat était impitoyablement refoulé. Un vaste esprit comme Honoré de Balzac avouait sans complexe :"Un homme n'est pas tout à fait misérable quand il est superstitieux, une superstition, vaut une espérance". Voilà donc des cautions de poids qui ne manqueront pas de réconforter tous les porteurs de pattes de lapin, de trèfles à quatre feuilles, les toucheurs de bois (rond de préférence) les dévots de St Christophe, protecteur attitré des accros du 200 à l'heure. Curieusement, l'Eglise vient de chasser St Christophe de la litanie des saints du calendrier, sans explication. Le saint n'en continue pas moins de se balancer dans l'habitacle des différentes marques de voitures, des plus humbles aux plus prestigieuse Cependant, le champ de la superstition est si entendu qu'il ne peut être question dans un simple article d'en parcourir la superficie dans son intégralité, une encyclopédie n'y suffirait pas ! Malgré tout dans ce foisonnement de manies, de pratiques, il convient de distinguer les superstitions collectives à caractère social, transmises par traditions dont l'origine se perd dans la nuit des temps des superstitions personnelles (jouer sa date de naissance au loto* croire à son jour de chance, porter en secret un objet fétiche.). Pour l'exemple, rentre certainement dans la 1ère catégorie cette curieuse coutume qui se perpétue encore à Rome : la veille du Nouvel An, on jette par la fenêtre (gare aux passants) les objets usagés : verres ébréchés, couteaux émoussés, vaisselle fendue, vêtements démodés, chaises bancales... en somme toutes les vieilleries encombrantes, ceci afin de renouveler par du neuf porteur d'espérance, l'aura de la maison.

AVIS de MALCHANCE Les avis de malchance à contrecarrer sont innombrables pour tout le monde dans la vie de tous les jours : ne pas passer sous une échelle, renverser du sel, briser un miroir (7 ans de déveine), déposer un chapeau sur un lit, ouvrir un parapluie dans la maison, disposer des couteaux -en-croix, allumer trois cigarettes avec la même allumette' signe de mort certaine Cet interdit serait de source religieuse, par référence à la Sainte Trinité. Prononcer le mot "corde" est tabou sur une scène de théâtre. Il en est de même pour le "lapin" dans la marine, cet animal ne figure jamais au menu des navires. La couleur verte et les oeillets sont honnis de tous les acteurs. Voir un chat noir traverser sa route annonce le malheur. Se marier le mois de mai (Mois de la Vierge) fera échouer l'union. Pour éloigner "l’épizootie" fléau des étables, le pays de Galles accroche un bouquet de gui aux cornes de la vache qui vient de vêler après Noël. Voilà un "remède" à signaler très vite à nos édiles empêtrés dans l'actuelle fièvre aphteuse... On peut dire, sans tomber dans le jeu de mot facile, que la Superstition se nourrit de tout. Ainsi, le pain, aliment mythique du SUD, port de vie depuis l'Antiquité, focalise encore bien des croyances. Celles qui perdurent de nos jours, parmi tant d'autre c'est celle du pain retourné, mis à l'envers sur la table, censée porter malheur, car c'est dans cette position insolite qu'on le présentait au bourreau avant chaque exécution ! Quant au levain, âme du pain^, il faisait l'objet de soins particuliers. On le conservait dans un récipient de préférence façonné dans un chêne dont le tronc ne comportait aucun départ de branche. Du reste toute la fabrication du pain, la réduction du levain, le pétrissage de la pâte, sa cuisson excluait totalement la présence d'une femme atteinte "de ses jours d'impureté", censée gâter toute l'opération. La succulente mayonnaise comporte le même tabou. Principe de vie, le sang doué de vertus mystiques s'accompagne de "tabou" si nombreux que notre propos ne peut les énumérer.

LE NOMBRE DE JUDAS Mais le champion toute catégorie de ces déviances qui émaillent le quotidien de tout un chacun, surtout ceux qui y adhèrent, c'est le fameux "I3". Il participe hautement à la fameuse symbolique des nombres découverte par Pythagore qui en avait fait une doctrine L'Arithmomancie ou divination par les nombres. Parmi les 3, 7, 9 12, 22, étudiés dans leurs analogies particulières par les Kabbalistes, le 13 occupe un statut particulier. Pour beaucoup de personnes, il reste la peste métaphysique incontournable... une vraie calamité, semant l’épouvante et cela d’autant plus par l’humour féroce du hasard, il se trouve quelquefois accouplé au vendredi, jour considéré comme néfaste. . A contrario, pour quelques courageux, des esprits forts prêts à braver l'enfer, le "13" est un tel symbole de chance, qu'ils le cajolent, le recherchent et s'amusent à le défier dans toutes les circonstances où il se présente. L'ostracisme du "13" vient de loin. Déjà dans l'Antiquité on le considérait comme particulièrement maléfique. Le père d'Alexandre le Grand, Philippe de Macédoine, roi mégalomane, mourut assassiné lors d'une procession pour avoir ajouté sa propre statue au cortège des douze Dieux de l'Olympe. Vengeance divine ! Les Romains, bardés de superstitions, avaient promulgué une loi, ordonnant au plus haut Magistrat de l'Etat, d'enfoncer chaque année un clou, l’ I3ème jour du mois de septembre, dans le mur du temple de Jupiter, ceci afin d'arrêter les ravages de la peste, maladie endémique et terreur des anciens. Mais la carrière du "13" connut son plus bel essor dans l'ère Chrétienne. Le fameux "13" à table, cauchemar des maîtresses de maison qui le redoutent particulièrement, vient en droite ligne du repas de la Cène, le repas symbolique du Christ célébrant la Pâque juive avec ses disciples. Les douze apôtres entouraient Jésus, quand Judas Iscariote, le trésorier du groupe vint s'asseoir au banquet, treizième convive méditant déjà sa trahison. La malédiction du nombre pervers ne se fit pas attendre, le Christ fut crucifié et Judas se pendit… C'est dans cette circonstance historique et religieuse que le:Vendredi et le "13", tel un duo fatal, vont imprégner longtemps l'Inconscient Collectif de l'Occident Chrétien. La nocivité de ce duo fera encore de célèbres victimes. C'est un Vendredi 13 Octobre 1307 que le puissant Ordre du Temple fut exterminé. .' Pourtant, -"il "y aura " toujours des esprits forts, des indifférents des athées, qui braveront allègrement la virulence possible de ce duo fatal. Ce jour-là ils s'empresseront de courir après la Déesse Fortune : loterie, tiercé, loto, casino verront s'accroître leur clientèle en ce jour particulier. Les craintifs peu soucieux de braver le sort, se tiendront coits… on ne sait jamais : "la guigne», "Ia cerise", là "scoumoune" pourraient bien être au rendez-vous !

VOUE AUX GEMONIES ! Presque partout dans le monde, le 13 est voué aux Gémonies. Au Japon, la Fête des Lanternes, était consacrée aux âmes des morts censées revenir le "treizième jour du septième mois. Les illuminations avaient pour but de chasser les fantômes indésirables qui auraient pu importuner les vivants. Dans le Pendjab, petit état de l'Inde, on croyait que la femme qui décédait 13 jours après l'accouchement, reviendrait sûrement sous la forme d'un esprit malin, afin de tourmenter la maisonnée et surtout le mari. Pour éviter ce retour intempestif, on enfonçait des clous dans les yeux et la tête de la défunte, afin "d'égarer" magiquement son esprit. Devenue aveugle (!1) celle-ci ne pouvait reconnaître le chemin de son foyer. Croyance têtue, se retrouver "13" à table a de quoi ôter l'appétit, car cela cela signifie que l'un des convives mourra dans l'année. C'est dans cette sombre perspective que Victor Hugo, qui avait le "13" en horreur, exigea que son Cocher fasse le quatorzième dans un dîner où un invité s'était malencontreusement décommandé. Même cas de figure pour Alexandre Dumas, qui s 'étant aperçu que dans une circonstance semblable il était lui-même le I3ème, refusa net l'invitation. On peut être un grand roi, et néanmoins crédule, Frédéric de Prusse palissait de terreur à l'énoncé du chiffre fatal. Son Chambellan, le Marquis d'Argens, pourtant grand cynique, tremblait lui aussi devant ce "13" redouté. •Quelques dissidents du "13" tel Henri IV, bon vivant et joyeux luron, raffolait du "13" et le concevait comme un porte-bonheur.Son fils également Louis treizième du nom, vénérait son propre chiffre, ce qui ne l'empêcha pas de mourir relativement jeune.

Au I8 ème siècle, le vieil usage du "treizin" avait encore cours. Dans cette circonstance, les fiançailles, le prétendant riche ou pauvre était tenu de donner 13 deniers à sa promise ou au célébrant du mariage. Se pliant à l'usage, le roi Louis XVI, offrit à Marie-Antoinette sa future épouse, 13 pièces d'or en gage de bonheur... Funeste présent qui décapita à la lettre leur existence à tous deux. Pour en finir avec ce 13 dévastateur, notons qu'en Allemagne certaines villes ont rayé ce nombre de leurs rues et maisons. Egalement Aux U.S.A. quelques gratte-ciels passent directement du 12 au 14. Même terreur superstitieuse dans les hôtels. Pas de chambre 13. Idem pour les théâtres, pas de fauteuil 13, pas plus que de ticket de vestiaire...

Au bout du compte, QUI est superstitieux ? Tout le monde et personne probablement. Chacun a sa superstition particulière à laquelle il croit dur comme fer. Untel se méfie des chats noirs quand d'au très les adorent. On se détourne des échelles, on porte des oeufs à Ste claire pour qu'il fasse beau le jour de son mariage.On pique des cierges pour trouver du travail, on tremble au cri de la chouette, du corbeau, etc Tout cela aide à vivre, croit-on. Tout est affaire de circonstances, de vieilles terreurs enfantines, de légendes de nourrice de traditions familiales... En temps de guerre, les superstitions se renforcent. Les soldats portent médaille protectrice, une écaille de tortue, une patte de lapin, fétiches salvateurs dont ils rougiraient dans la vie civile. Le danger et l'incertitude renforcent la part de l'irrationnel que chacun porte en soi. Les marins, gens ô combien superstitieux sont confrontés à un environnement si imprévisible (tempêtes, coups de vent, naufrage) que les rituels de sauvegarde les plus saugrenus, sont pour eux comme une seconde nature. En conclusion, nous ne saurions définir totalement la superstition. En cela l'aide du dictionnaire ne sera pas d'une grande clarté. Pour le Petit Robert :"attitude religieuse considérée comme vaine". Le Larousse est encore plus strict :"déviation’’ du sens religieux". Ni l'un ni l’autre ne sont dans l'exacte appréciation. La Superstition n'est ni religieuse ni anti-religieuse c'est un mode "d'être" personnel, face aux événements et à la conduite de la vie, une intimité précieuse envers soi-même, et comme le dit Balzac : "une superstition vaut une espérance".

Louise Falba

Publié

Le bouclier microcosme de l'arnaque

….Je n’ai pas pour habitude de m’immiscer dans la vie des autres, mais si je vous écris aujourd’hui c’est que les circonstances sont vraiment graves et qu’il m’est interdit de me taire, le dois Impérativement vous avertir. Vous devez penser que mon intrusion est un peu abrupte, mais quand vous connaîtrez le motif de ce courrier, vous me pardonnerez et vous vous féliciterez de ma démarche. … quelque chose se trame. Il faut agir très vite, car les événements se précipitent. Je n’affirme rien. Je le vois. C’est tout. ….C’est alors que je vous al vue tomber dans un gouffre à une vitesse vertigineuse, vous tournoyiez sur vous-même dans cette chute, aspirée par une force puissante et nuisible. J’ai immédiatement compris que quelque chose de grave se tramait et qu’il fallait que J’intervienne. Mes visions ne sont jamais anodines, ni sans motif. C’est alors qu’à la place de votre corps qui tombait ce sont les lettres de votre nom qui se sont mises à tournoyer dans le vide et comme un appel au secours, elles se sont mises dans l’ordre, vibrant sous la force de la chute. Dans un bref instant, j’ai découvert votre nom L D’où ce courrier, qui ne souffre aucun retard! …Le temps joue contre vous, vous pouvez me croire. La menace qui pèse sur vous vient de la terre !...Devant l’urgence de la situation …je parlerai même de péril…J'ai glissé à l'intérieur de cette enveloppe un bouclier microcosme magnétique... A Winter

Publié

Les salons de voyance, terreau pour escrocs

J'ai appris la mise en examen d'une medium-astrologue exerçant à Montélimar, spécialisée en numérologie et pratiquant des travaux occultes "dans une grotte dédiée à la Sainte Vierge aménagée dans la cave de son domicile" !

J'ai rencontré cette femme, M.., en 2004 lors d'un salon de la voyance. De consultation en consultation, cette personne m'a manipulée en prétendant que j'étais envoutée, moi ainsi que mes enfants. Elle a également affirmé qu'il fallait "tout nettoyer, appartement compris".

J'étais censée trouver la sérénité, la stabilité, l'amour ainsi que la réussite financière. Tout ceci, bien entendu à l'aide de rituels extrêmement onéreux. La facture de ses travaux occultes s’élève en effet à plus de 40 000 € !

Aujourd'hui soit 5 ans après, le résultat se fait encore attendre et surtout, je souffre de l'abus de faiblesse et de la manipulation dont je suis victime.

Madeleine

Publié

Vies antérieures

Les charlatans du passé

C’est au XIXème siècle que l’étude des doctrines hindoues relança l’idée de la réincarnation, occultée depuis l’antiquité par la censure de l’Eglise qui en faisait une hérésie majeure depuis la condamnation d’Origène, le grand Docteur d’Origène, le grand Docteur d’Alexandrie, champion malheureux de la transmigration des âmes. Seuls les cercles romantiques, romantiques, artistiques, si foisonnant dans ce XIXème siècle accueillirent généreusement cette philosophie étrangère, tandis que le matérialisme scientifique tout imbu de ses découvertes, la rejetait comme une nouvelle superstition trois quart de siècle plus tard, la doctrine de la transmigration imprégnait insensiblement tout le monde occidental. Prorogée par de nombreux livres, articles, conférences, tribunes et débat, relayée par les médias, radio, télé, cette idée nouvelle (vieille comme le monde) se rependit dans le public, gagnant petit à petit toutes les couches de la société. En Amérique, un psychiatre réputé, le professeur Ian Stevenson publiait des enquêtes, fruits de vingt ans de recherches, sur des personnes qui affirmaient se « ressouvenir » de leurs vies passées. Parallèlement, les livres du docteur Moody, d’Elisabeth Kubler Ross, psychiatre également, et du Docteur Kennerh ring, cardiologue, traitant de la survivance de l’âme et des vies antérieures vécues par leurs patients, ces livres faisaient un véritable tabac. Car, à la faveur de la mystique consolante d’un Eternel Retour, la mort elle-même changeait tout doucement de visage. Ce n’était donc plus l’extinction définitive. Avec la réincarnation en perspective, on pouvait renaître, réintégrer un corps neuf, jeune, plein d’aptitudes nouvelles : une fois, deux fois, plusieurs fois… On venait pour réparer des erreurs, revivre ou continuer des amours ou des haines, reprendre une œuvre interrompue, un talent négligé, mille et une possibilités. C’était une seconde chance ! Se penche sur son passé antérieur expliquait peut-être la médiocrité de la vie présente, cette vie de tous les jours, plate et monotone, sans éclat, avec son cortège de soucis, de stress et de peurs. C’est dans ce contexte intéressant que de faux thérapeutes, mais par ailleurs vrais charlatans des Arts-Divinatoires, concoctèrent des arnaques fructueuses se conjuguant au passé. Bien sûr ce n’était pas le banal « je suis » que venait chercher chez eux le client en mal de vivre, mais grâce au racolage d’une publicité tapageuse, c’était plutôt l’extraordinaire « je fus » qui allait lui permettre de reconditionner sa vie quotidienne par le dévoilement d’une mémoire antérieure porteuse d’un riche enseignement. Malheureusement, dans la pratique faussement spirituelle que ces escrocs appellent » recherche sur les Vies Antérieures » il n’y a de « riche » que les honoraires qu’ils en retirent au détriment des naïfs qui viennent les consulter en toute bonne foi. Ces naïfs ne peuvent se contenter de leur lot, souvent petit et modeste, plein de frustrations affectives et sociales. Consulter un voyant pour savoir si leur destin va s’améliorer, cela ne les intéresse pas. Il y a longtemps qu’ils ont dépassé la banalité de cette démarche, Ils aspirent à quelque chose de plus fort. Si dans cette vie ils ne sont « tien » ou si peu, ils pensent que la découverte de leur passé va compenser l’étroitesse de l’existence par l’enjolivure d’un rôle de premier plan qu’ils ont vécu un jour... dans une autre vie. Que fait le naïf quand il découvre dans un magazine cette alléchante proposition « Découvrez vos vies antérieures » par le célèbre médium J.. D.. On ne sait pas s’il est «célèbre» (car c’est bien ainsi qu’il se présente), mais médium il le prétend puisqu’il s’est fait une spécialité de ce créneau fructueux de déchiffrage » des autres vies que vous avez vécues » Un malin, certes, qui peut faire ce travail par correspondance, il n’a même pas besoin de la personne en chair et en os Plusieurs de ses collègues utilisent plus ou moins un semblant d’hypnose, pour faire plus crédible. Lui, non. Une simple lettre et hop ! Il voit le défilé du passé. Et qui pourrait le prendre en défaut de ce qu’il avance comme une certitude ? » A beau mentir qui vient de loin » dit le proverbe. Peut-on venir de plus loin que des siècles et des siècles en arrière. Aucun contrôle. Toutes les élucubrations sont permises. Plus la personnalité « retrouvée » est chatoyante, plus le client sera content, même et surtout s’il ne s’en souvient pas. Son imagination va broder sans fin sur ce qu’il « fut ». Cependant, à la longue, confronté jour après jour à l’ordinaire de sa vie présente, tout ce charabia antérieur risque de faire plus de mal que de bien.

Voici un échantillon de cette parodie passéiste: « Je suis serveuse dans un restaurant dont les clients sont presque tous du Moyen- Orient. Je me sens proche d’eux. Leur musique me touche au fond de l’âme. Pourquoi ? »

L’inénarrable réponse fuse aussitôt. Le « célèbre » médium a fouillé les archives du passé -»Chère S... je suis persuadé que vous avez déjà vécue au Moyen- Orient. Ma « vision » me montre un homme du XII’ siècle, très élégant. Il me semble que vous étiez chargée d’organiser des cérémonies et des soirées raffinées pour le compte d’un potentat local, un roi ou un vizir... Ce rôle vous le remplissiez à la perfection. Au contact des musiciens vous avez appris à chanter. Aujourd’hui ce passé musical vous revient et vous allez acquérir une certaine importance (?) dans un nouvel emploi. Vous avez un » karma » favorable grâce à vos bonnes actions réalisées dans vos vies passées. On reste confondu devant la platitude et la niaiserie de ces propos. Penser que ces « consultations » se font sur le reçu d’une lettre sans contact aucun. Il y a là véritablement une extralucidité phénoménale! Et quelle absurdité de la part de ce « célèbre » médium de parler de « karma » comme s’il se prenait pour le Dieu Osiris effectuant la pesée de l’âme ! Qui petit savoir la quantité de bonnes ou de mauvaises actions qui conditionnent chaque vie?

Un autre exemple « Je suis très timide sur le plan affectif Je manque de confiance en moi. Je me cache sous une apparence de froideur. D’OÙ me Vient ce blocage?» Superbe réponse du praticien : "En me concentrant sur votre photo je vous ai vu vivant sur une île sans possibilité de vous évader (genre Robinson Crusoé !). Vous aviez votre petite maison, votre jardin, le soleil, mais vous avez beaucoup souffert de la solitude, Dans votre vie actuelle tous ses blocages vont disparaître, si vous savez oublier la rancune et la violence que vous éprouvez encore pour ce passé. Essayez de changer''. Le n’importe quoi de cette analyse ridicule saute aux yeux instantanément. Le conseil du médium « changez» ressemble au cautère sur une jambe de bois. On s’effare à la pensée de tous ces naïfs qui reçoivent de telles directives inconsistantes, un attrape -gogo sans risque qui ne tombe pas sous le coup de la loi !
La régression vers les vies antérieures n’est pas une vue de l’esprit. Cela existe mais ce n’est pas à la portée du premier venu, fut-il un « célèbre » médium. Les faux thérapeutes visent plus le succès commercial que l’enseignement spirituel de la loi de réincarnation et de son corollaire le karma. Cette recherche du sensationnel à tour prix et l’excès de simplification qui caractérisent ces expériences frauduleuses, bafouent une loi spirituelle dont la grandeur échappe aux trafiquants patentés de l’âme humaine. Le karma vient d’un mot sanscrit qui veut dire -action- c’est la loi de cause à effet et ce sont nos propres actions bonnes ou mauvaises qui en déterminent l’application. En somme, la fameuse justice immanente qui rend compte de l’aphorisme » on récolte ce que l’on a semé ». C’est dire que, en toute logique, le karma porte ses fruits. De plus, inconsciemment nous fabriquons tous les jours du karma qui s’ajoute au karma antérieur. Partant de là, nous voyons que notre destin est entièrement forgé par nous même. La roue universelle tourne et nous tournons avec elle. Inutile donc par une curiosité frivole d’aller pêcher dans des vies antérieurs bidons des personnalités prestigieuses. Cela n’a aucun sens et ce curetage commercial des coulisses de l’Au-delà est plus nuisible que bienfaisant. Louise Falba

•article paru dans INAD- Consommateurs Hors série N° 1

Prince Paul Mourousy: « vous pourrez constater que tout le monde a été un Mozart, Attila, ou Louis XIV…Personne n’a été un humble concierge ou marchand de bananes dans les rue du caire »

Publié

Chantage et menace

……Pendant 2 ans j’ai consulté le cabinet de voyance M., à qui j’ai laissé des sommes colossales. Au mois d’octobre dernier, j’ai fait part à ce cabinet de mon mécontentement sur la qualité des prestations de voyance qui m’ont été faites, notamment par Lea Lune, Davina, qui m'ont raconté que des mensonges, me faisant miroiter tout et son contraire. C’est ainsi que la responsable de ce service audiotel m’a contacté pour me menacer de révéler à mon ami la nature de mes consultations…, ainsi la rupture, entre lui et moi, serait définitive. Je trouve que le chantage et les menaces de cette voyante sont inadmissibles… C’est vraiment une honte. Je travaille au tribunal de … et croyez-moi, je ne cèderais en aucun cas à ce type de menace et de chantage… Lysa

Publié

Paru, Vendu, escroqué

…Je vous transmets les faits relatifs à l’escroquerie dont j’ai été victime par Monsieur koita M . En effet, au mois d’août 2008, j’étais dans une période délicate, je traversais une mauvaise passe. J’ai donc contacté ce marabout, dont j’ai relevé l’annonce publicitaire dans le gratuit : Paru vendu. A mon appel, ce marabout m’a affirmé être un grand professionnel et en mesure de faire de « bonnes choses » pour moi, moyennant 750€ à payer en 2 fois , au début et après les travaux qui sont indispensables pour me sortir de mon embarras... Je lui ai donc versé 350 € en espèces, à l’adresse suivante……72100 le Mans..A la réception de cette somme et après examen, semble-t-il, de mon cas, ce dernier m’a recontacté aussitôt pour me demander la somme de 20.000 €, en espèces. Bien entendu, cet argent, selon ses dires, me serait rendu rapidement, car cette somme allait lui servir pour exécuter son travail.J’ai été réticent, car je ne disposais pas de cet argent mais il est arrivé à me convaincre pour le rencontrer à Paris afin de lui remettre la somme dont je disposais soit :9400 €….De son côté, ce marabout, monsieur Koita ,m’a affirmé , pour la bonne exécution de son travail, qu’il allait compléter cette somme avec son propre argent. Pour me convaincre de sa bonne foi, il m’a signé un papier valant une reconnaissance de dettes, comportant son numéro de Passe Port, qui est le n° d R0144… De plus il m’a certifié habiter Paris, que l’argent ne l’intéressait et qu’il ferait tout pour m’aider. Pour cela, il fallait que lui fasse confiance. Il m’a convaincu. .Une semaine plus tard, il m’a recontacté ; je croyais qu’il aurait fini le travail entrepris et il allait me rendre mon argent comme convenu mais à ma grande surprise , il m’a annoncé froidement qu’il ne pouvait pas ‘’ fermer le travail’’ et qu’il lui fallait encore de l’argent pour finir son travail et le ‘’ fermer’’ mais toutes mes demandes d’explications se sont heurtées à : « vous ne pouvez pas comprendre …» .j ‘ai hésité mais, pris au piège, il est arrivé encore à me convaincre de lui envoyer de l’argent par mandats cash jusqu’au, cela a duré jusqu’au mois de novembre 2008, ce qui fait un total de 20000 €, frais non compris... Puis à partir de la fin du mois de novembre, il m’a contacté de Guinée, où il était dans sa famille pour recevoir un Don de son grand père et finir par la même occasion son travail pour moi. Il en profite pour me demander encore 2000 €, en insistant de faire un effort pour cette dernière somme qui est utile pour finir son travail et que je n’avais aucune inquiétude car cet argent allait m’être restitué. J’avoue avoir été faible et naïf, je lui ai encore envoyé ce qu’il demandait via Western union… Ce marabout m’a fixé un rendez- vous à Paris le 6 décembre à Paris afin de me remettre le ‘’travail’’ et me restituer mon argent. J’en avais marre mais l’idée de récupérer mon argent a été pour moi la plus forte car j’ai cru naïvement que de retour à Paris, ce marabout me rembourserait, je lui ai donc, à sa demande, envoyé, encore, une fois de plus 500 € pour qu’il s’achète un billet d’avion.Malheureusement, à ce jour je n’ai eu aucune nouvelle et son téléphone à Paris, sonne désespérément dans le vide….je veux récupérer mon argent…

Fabrice Lyon

Publié

Audiotels et voyants aveugles

Depuis fin 2005, isolée et pas soutenue par mon entourage proche, n’ayant aucun métier, je suis tombée dans la spirale des audiotels de voyance. Enfin, par l’intermédiaire de ma mère qui n’a jamais su faire autrement que de m’éduquer avec ses bonnes femmes dans ma vie. Je reconnais là toutes ma faiblesse, mes tords, mais JE SUIS SI SEULE. Mes parents n’ont jamais été là. Les médiums l’ont ressenti….

C’est parce que je souffrais de solitude, d’absence affective, d’une envie de ne plus faire le « métier » de secrétaire imposé par mes parents, des envie de réussir dans le spectacle, que je me suis affaiblie et adonnée à ses consultations de vendeurs de bonheur par audiotel qui aujourd’hui m’ont conduite à la ruine financière et dans une souffrance énorme puisque les belles promesses n’ont jamais vu le jour. Quand certaine personne de ses audiotels n’intervienne pas dans votre vie …. (Trop long à expliquer mais je voudrais malgré tout dénoncer cette intrusion).

D’autre, comme le Cabinet A……- qui n’a eu aucun scrupule à me traiter de névrosée (mais pas mon argent), a voulu quelques photos que je n’arrive toujours pas à récupérer encore à ce jour. Y compris celle de ma petite chienne qui est morte le 4 janvier dernier alors que soit disant lui et une de ses médiums Florita (disparue depuis de son réseau… comme par hasard avec plusieurs autres que j’ai consulté) la « protégeait ». JE VEUX RECUPERER MES PHOTOS !

Pouvez-vous m’aider à défaut de guérir à me retourner contre ce charlatanisme des audiotels :

Voici quelques coordonnées :

IS..: 0892 … (médiums consultés : Lucette, Aimée, Benoît, Nathan, Sergio, Gérard, Jacques, Audrey, Chloé (avec précision que quelqu'un viendrait me chercher avec une voiture aux vitres teintées), Claudia, Alexandra, Anna, Nicolas, Loïc, Angélina, …..

CABINET A… (adresse ci-dessus) : 05 .. …. – 0892… Pour ce Monsieur : je suis une névrosée !!! Grâce à des gens comme lui ! Florita, Jessie, Naty, Fleurine, Régina,

« ??? » 0892 2…. Pascaline (qui avait juré que l’emploi que j’occupe actuellement ne serait juste que par correction - juste une semaine…. Cela fait bientôt 5 mois que je suis dans un endroit de travail inhumain !) Elisabeth, Cristal, Emma, Claire (je devais partir 3 - 4 jours au bord de l’eau cet été : RIEN !)

« ??? » 0892 ….. Fabrice (selon lui, heureusement que là je n’y ai pas cru- je dois être amie avec Céline Dion) Alma, Sonia, Laurence, Amanda, Eric

NINA : 0892 36 .... Nina, Véronica, Sabine = au bout d’un an RIEN ! Et pourtant, tout était fabuleux pour moi fin 2007 ! ! ! !

PALAIS DE ….. (apparemment la « Patronne serait M.. …. ) 0892 23 … Léa, Elodie, Lucas, Lucia, Emeraude (aujourd’hui, excepté Elodie, l’équipe a changé…)

« ???? » 0892 39 … Jean-Loup (je devais me marier à la fin de cette année !), Shana, Delphine, Charlotte, Betty, Jade, Jordy, Melinda, Charlotte ….

« ???? » 0892 …. … Chanel, Paola, Séphora, Fergie, Michael de St Graal (dixit : « vous avez le droit de m’engueuler si cela n’arrive pas » - fin août 2008 : RIEN), on y retrouve le Nathan et Sergio de chez Isis, Corinne, Camille (qui avait une vision pour le 12 juillet dernier pour moi !), Marina, Inès, Miss Mouette, Athena, que de belles choses pour mon enfer réel …. Début septembre, on a contacté le secrétariat pour dire que rien n’arrivait jamais et on o juste dit « on va vous rappeler »….

CABINET S…. : 0892 23 .... Caliste (alors lui me voyait aux USA et me déplacer en jet privé !!!) Eric, Monica, Maria

NIC… … qui avait menacé ma mère de faire intervenir la police si on continuait à consulter ses chers médiums pour leur dire en fait que rien n’arrivait : 0892 …. + EL…. + RA… 0892 … (de mémoire je ne suis plus sûre du n°)

CASS… : 0892 23 …. Andréa et lors d’une consultation, Arnault ayant entendu que je craquais à cause de prédictions fausses nous a interdit de consulter sa voyante et le joindre LUI. Or, lorsque que l’on appuie sur la touche 2 pour entrer en contact avec le secrétariat, on ne connaît pas cet Arnault … Qu’est-ce donc que ce trafic ???

EL…. : Site:….

J’ai tenté d’écrire hier un message comme quoi j’étais très déçue et évidemment l’administrateur l’a effacé. Et pour cause, pas très commercial pour leurs bénéfices sur la souffrance. Je sais que ce n’est pas très intelligent de ma part d’avoir céder à cette spirale infernale, mais je suis endettée de 15 000 € pour souffrir. Je voudrais m’en sortir. J’ai 40 ans, et ma vie est gâchée à cause d’eux ; via ma mère, je l’avoue – mais la victime c’est moi !

Pouvez-vous m’aider à me retourner contre ces réseaux ? … Vers qui me retourner je suis gravement dépressive maintenant et sans argent pour me soigner. Je suis au bord du suicide. Je ne sais pas comment sortir de cette souffrance, ces belles promesses face à une vie douloureuse en plus…

Comment arrêter ces commerçants de la douleur ? Ces vendeurs de bonheur ?.....

Laurence

Publié

Bonne année 2009

Non, je ne regrette rien !!Tout le monde connaît le refrain de cette belle chanson de Charles Dumont* et immortalisée par Edith Piaf. A l’INAD, nous ne regrettons rien de ce que nous avons fait, entrepris tant pour le compte des consommateurs que pour celui des professionnels sérieux. Depuis 21 ans, nous avons mené des actions fortes et positives pour moraliser l’ensemble de la profession, informer, prévenir et défendre les consommateurs avec loyauté et sincérité. Certains praticiens douteux et affairistes notoires ont cru bon de nous poursuivre devant les tribunaux mais ils ont été déboutés et condamnés, d’autres ont cru pouvoir escroquer, abuser en toute impunité, faire du chantage et menacer leurs clients mécontents, ils ont été condamnés à de fortes amendes et à des peines de prison ferme ou avec sursis.
Nous espérons que pour l’année 2009, tous les professionnels praticiens qui aiment cette activité des arts divinatoires puissent être vigilants et surtout responsables de leurs actes afin de donner une autre image, une image noble et crédible de leur profession afin d’apporter le maximum d’aide et de soutien à nos semblables loyalement et honnêtement.

Nous tenons à remercier tous les membres adhérents qui ont apporté leur soutien indéfectible à l’INAD afin de lui permettre de continuer à mener à bien sa mission dans l’intérêt de tous.

A vous tous, amis internautes, consommateurs potentiels ou curieux intellectuels, au nom de tous les membres de l’INAD, nous vous souhaitons une bonne et heureuse année2009.

Youcef SISSAOUI
Président de l’INAD

  • Charles Dumont sera à l’Olympia au mois de mars 2009
Publié

L'arnaque aux sentiments

Je travaille depuis le 23 mai avec un medium, membre de l'INAD. Celui-ci m'a proposé la télépathie pour me rapprocher de l'être aimé. Aujourd'hui nous sommes le 27 décembre et à ce jour ne n'ai toujours pas eu de rapprochement. Qu'en pensez-vous ? Dois-je arrêter ou continuer ? Je règle tous les mois 120 euro pour ce travail et je n'ai qu'un tout petit salaire. 420 euro par mois. Ce medium est très au courant de mes difficultés…. En fait il n'est pas membre de l'INAD mais sur son site internet il fait référence à l'INAD. …Il s'agit de A et C.

Goléa

Publié